Changer d'édition

Football / Après Slovaquie - Luxembourg: Joubert: «Tout le contraire de ce qu'on devait faire»
Sport 2 min. 27.03.2015

Football / Après Slovaquie - Luxembourg: Joubert: «Tout le contraire de ce qu'on devait faire»

Maurice Deville s'est dit surpris sur la tête qui aurait pu ramener le Luxembourg dans la course

Football / Après Slovaquie - Luxembourg: Joubert: «Tout le contraire de ce qu'on devait faire»

Maurice Deville s'est dit surpris sur la tête qui aurait pu ramener le Luxembourg dans la course
AFP
Sport 2 min. 27.03.2015

Football / Après Slovaquie - Luxembourg: Joubert: «Tout le contraire de ce qu'on devait faire»

Les Luxembourgeois ont reconnu être passés complètement à côté de leur première période. Maurice Deville s'est dit surpris sur sa tête qui aurait pu ramener les siens dans le match. Jonathan Joubert et Chris Philipps pointent les manquements de la soirée.

Les Luxembourgeois ont reconnu être passés complètement à côté de leur première période. Maurice Deville s'est dit surpris sur sa tête qui aurait pu ramener les siens dans le match. Jonathan Joubert et Chris Philipps pointent les manquements de la soirée.

• Jonathan Joubert: «On était avertis qu'on devait répondre présent dans les duels et ne pas paniquer derrière. On a fait tout le contraire en première mi-temps en ne gagnant aucun duel et en relançant n'importe comment. A la fin, on rentre aux vestiaires avec 3-0. Heureusement qu'ils n'ont plus trop joué. Va falloir regarder ça à la vidéo mais on n'a gagné aucun duel et c'était la clef du match. Le coup franc? Je le touche, mais pas suffisamment. En première mi-temps, je ne sais pas si on a réussi à faire trois ou quatre passes de suite.»

• Chris Philipps: «On savait qu'ils allaient nous sauter à la gorge dès le début. On prend un but à la dixième et ça devient très vite difficile. C'est 3-0 à la pause et le match est quasi terminé. Avec notre prestation durant les 45 premières minutes, on ne pouvait pas espérer mieux. Ils ont joué avec trois milieux, nous avec deux. On s'est donc retrouvé en infériorité numérique. On aurait pu le résoudre collectivement, mais on n'est pas parvenu à le faire face à une équipe qui ne s'est pas trompée une seule fois. On ne s'est pas créé beaucoup d'occasions. On a eu du mal à poser le jeu. Par moments, ils nous ont laissé jouer et on a fait preuve de naïveté. Et comme eux aiment bien jouer en contres... »

• Luc Holtz: «On n'a pas été agressifs en première mi-temps. On savait que les Slovaques étaient forts, mais on n'est pas parvenus à les arrêter. En deuxième mi-temps, le bloc a reculé de dix mètres et ça s'est mieux passé. Il nous a manqué des joueurs qu'on ne peut pas facilement remplacer. La Slovaquie est l'équipe la plus forte du groupe.»

• Maurice Deville: «Les premières vingt minutes, on a dormi. On les a regardé jouer. Ils ont fait ce qu'ils voulaient. A la pause, on a reculé le bloc. Ma tête? Je me suis retrouvé surpris. Il m'a manqué un peu de chance. Je ne dois pas mettre le ballon sur le gardien, mais ça m'est déjà arrivé à cinq reprises en club et je ne trouve jamais le coin.»

• Marek Hamsik: «On a très bien débuté le match et comme on a mené assez rapidement, tout s'est enchaîné facilement. En seconde période, on a moins poussé, mais ça n'enlève rien à la meilleure prestation des Luxembourgeois. La victoire de l'Espagne est une bonne chose. Je pense qu'elle ne perdra plus de points et qu'on a ainsi une bonne chance de nous qualifier tous les deux.»

• Lars Gerson: «La première mi-temps a été mauvaise. On prend un coup franc sur lequel on n'a pas été présent sur le deuxième ballon. On a manqué d'agressivité alors qu'on en avait parlé avant le match. La Slovaquie? C'est une bonne équipe avec Stoch et Weiss notamment.» 

Propos recueillis par Christophe Nadin


Sur le même sujet