Changer d'édition

Denis Balbir: «J’accorde 70% de chances de maintien»
Sport 4 min. 01.02.2015 Cet article est archivé
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)

Denis Balbir: «J’accorde 70% de chances de maintien»

Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)

Denis Balbir: «J’accorde 70% de chances de maintien»

Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
AFP
Sport 4 min. 01.02.2015 Cet article est archivé
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)

Denis Balbir: «J’accorde 70% de chances de maintien»

Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.

Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.

• Denis, la rencontre entre FC Metz et l’OGC Nice devait-elle aller jusqu’à son terme?

Non. Pour moi le match aurait dû être arrêté. A la fin de chaque période, la visibilité était trop moyenne et le ballon ne roulait plus. La Ville de Metz et les employés du club ont fait un gros travail, à la pause, pour permettre au jeu de se dérouler convenablement par la suite mais comme la neige est tombée de manière forte en fin de partie, cela ne ressemblait plus à grand-chose.

• Les Messins auraient-ils mérité de l’emporter?

L’OGC Nice ne m’a pas du tout impressionné et ce match aurait pu être l’occasion pour nos Messins de repartir de l’avant après cette longue période d’arrêt dont je situe le début à la réception du Paris-Saint-Germain (2-3, 14e journée). Au final, je pense que ce 0 à 0 ne frustre personne, surtout dans ces conditions extrêmement difficiles.

• Ce partage des points pénalise néanmoins le FC Metz qui est dans l’obligation de vaincre pour se maintenir, non?

C’est exact. Quand on voit le parcours de Caen (15e, 24 points) qui vient d’aligner trois succès de rang (face à Reims, Rennes et Saint-Etienne) on se dit que les partenaires de Marchal peuvent en faire autant. Il faut absolument un déclic et un succès qui doit maintenant arriver très vite. A Bastia (16e, 24), dans huit jours, ce serait formidable de revenir avec les trois points en poche. Ensuite, on joue Guingamp, Reims et Evian et il faudra également s’imposer face à des concurrents directs au maintien.

• Quels ont été les meilleurs messins samedi dernier face aux Niçois?

Palomino, Philipps et N’Daw. Je ne cite que des joueurs à vocation défensive car il nous manque clairement un joueur capable d’inscrire entre huit et dix buts et de faire gagner l’équipe. Il nous faut absolument un buteur sinon on va souffrir dans notre jeu offensif. Nivet à Troyes (Ligue 2) ou des joueurs comme Jérôme Leroy ou Mickaël Pagis étaient capables de vous faire remporter une partie. C’est un joueur de cette catégorie qu’il faudrait au FC Metz.

• Julien Féret était, apparemment, un élément susceptible de rejoindre le club grenat l’été dernier…

Si c’est vrai, je ne comprends vraiment pas pourquoi sa venue ne s’est pas réalisée. Regardez ce qu’il fait avec Caen depuis quelques matchs: il porte l’équipe, marque et permet à sa formation de revivre. Il aurait vraiment fallu qu’il signe au FC Metz car c’est un vrai joueur créatif. Le jeu grenat est léger en attaque et le spectacle s’en ressent bien évidemment. Toutefois, à défaut d’être séduisante, l’équipe de Cartier a été vaillante et solidaire, des ingrédients qu’il faudra reproduire jusqu’au mois de mai.

• Ailleurs qu’au FC Metz, tout entraîneur auteur d’une telle mauvaise série (aucun succès, trois points en onze parties) aurait été remercié par ses dirigeants. Etes-vous pour le départ d’Albert Cartier?

Non! Quand l’équipe tournait bien, tout le monde disait: «C’est génial, Albert fait jouer untel avant-centre, untel ici et l’autre là-bas». Mais, quand ça va mal on entend «pourquoi N’Sor à la place de Falcon? pourquoi Krivets et Ikaunieks ne rentrent-ils pas plus tôt?» Albert Cartier est en place, cela ne me surprend pas et je trouve ça bien. De toute façon, statistiquement, remplacer un entraîneur à mi-parcours n’est pas un gage de réussite finale.

• Quel pourcentage de chances de maintien accordez-vous aux Messins?

J’accorde 70 % de chances de maintien au FC Metz. Je conçois que c’est un pourcentage élevé mais les grenats reviennent de très loin dans le paysage du football français et possèdent donc le mental pour se maintenir. Je considère que, malheureusement, le cas de Lens est réglé sportivement et administrativement. Il reste donc deux places à éviter et les Messins possèdent l’effectif, le public, de bons gardiens et des défenseurs de qualité. De plus, la culture familiale du FC Metz va l’aider: Carlo Molinari et Joël Muller assistent très régulièrement aux matchs, Gaillot se démène et l’ensemble est soudé. Moi, j’y crois!

Propos recueillis par Hervé Kuc


Sur le même sujet

Le FC Metz a repris des couleurs, et, du rouge vif, il va tenter de passer à l’orange face à Caen ce samedi (20h). Une partie à remporter avant d’aller à Lille, puis de recevoir Angers, histoire d’entrevoir le vert intense. Stéphane Borbiconi commente des débats que l’on prévoit forcément tendus et disputés.
Metz' Senegalese defender Fallou Diagne (L) celebrates with his teammate Japanese goalkeeper Eiji Kawashima at the end of the French L1 Football match between Rennes (Stade Rennais FC) and Metz (FC), on April 14, 2018, at the Roazhon Park, in Rennes, western France.
Metz won 2-1. / AFP PHOTO / Jean-Francois MONIER
Au lendemain du partage des points concédés par les Messins devant les Caennais (2-2), Jean-Marc Rodolphe, l’ex-gardien mosellan fervent supporter du club, fait le point sur la situation du FC Metz. Le PSG arrive à Saint-Symphorien ce mardi (18h30).
Jean-Marc Rodolphe ne ferait pas tourner l'effectif contre le PSG. Selon l'ancien gardien, disputer une affiche si prestigieuse est un Graal pour un footballeur.
 Football / Xavier Schmitt préface Reims - FC Metz
Le FC Metz se rend à Reims ce dimanche (17h) avec le fol espoir d'y cueillir un succès qui lui permettrait d’y croire encore un peu. Xavier Schmitt, porte-parole de Génération Grenat, préface l’opposition et se veut réaliste: «et si les joueurs actuels n'avaient tout simplement pas les qualités pour évoluer en Ligue 1?».
Florent Malouda ne sera pas de trop pour ramener de la sérénité dans les rangs messins
Football / Après Lens - FC Metz
L'ex-Messin Phillipe Piette (56 ans) a suivi avec intérêt le succès lensois face au FC Metz (2-0). Il a confiance en la rigueur d'Albert Cartier pour redresser la barre face à Bordeaux puis à Marseille.
«Je suis beaucoup plus inquiet de l'avenir du RC Lens que celui du FC Metz», estime Philippe Piette.
Observateur de choix lors de l'opposition entre le FC Metz et Caen (3-2), Denis Balbir (55 ans) a apprécié l'état d'esprit et la solidarité des hommes d'Albert Cartier. Résidant à Metz depuis six ans, le présentateur actuel de M6 a suivi les joueurs d'Albert Cartier du National à la Ligue 1. Il tresse des louanges à Malouda, Métanire et Maïga mais égratigne les groupes de supporters messins grévistes.
Denis Balbir est un fidèle de Saint-Symphorien.
Football / L'invité du jour avant Metz - Caen (samedi 20h)
Maillon essentiel lors de la remontée du FC Metz en Ligue 2 (2013), Grégory Proment (35 ans) dirige l'équipe réserve du Stade Malherbe de Caen. Il ne devrait pourtant pas être du voyage en Moselle et assistera devant son poste de télévision à l'opposition entre le FC Metz et le SM Caen (12e journée de L1) ce samedi (20h). 
Grégory Proment n'a connu que deux clubs en France: le FC Metz et le SM Caen. C'est dire si son cœur battra fort samedi soir!