Changer d'édition

Filipe Vila Verde: «Je sens une envie de bien faire»
Sport 2 min. 15.04.2019

Filipe Vila Verde: «Je sens une envie de bien faire»

Le maintien, c'est par là semble indiquer Filipe Vila Verde. De la théorie à la pratique...

Filipe Vila Verde: «Je sens une envie de bien faire»

Le maintien, c'est par là semble indiquer Filipe Vila Verde. De la théorie à la pratique...
Photo: Michel Dell'Aiera
Sport 2 min. 15.04.2019

Filipe Vila Verde: «Je sens une envie de bien faire»

Le FC Atert Bissen a égalisé à la dernière minute au grand dam de Canach. Il reste cinq matches pour conforter la dixième place. Le plus difficile commence pour un club dont le coach estime qu'il n'est pas à l'abri malgré une certaine dose d'optimisme.

Propos recueillis par Vincent Lommel

  • Filipe, le premier but inscrit dans les nouvelles installations est synonyme d'un point (1-1). Plus personne n'y croyait…

Si je suis réaliste, la physionomie aurait dû rapidement tourner en faveur de Canach. Deux tirs terminent leur course sur la barre transversale et le gardien Bassene a le réflexe qui s'imposait sur une reprise de la tête de Negi. La spirale négative dans laquelle est Bissen (4 points sur 27) impacte le moral des garçons. La confiance fait cruellement défaut. À Wormeldange, en dépit de la victoire 1-0 il y a une semaine, notre prestation fut très, très faible. Auparavant, nous avions courbé l'échine face à l'US Esch (5-2) et Mühlenbach (1-0) mais, à chaque fois, le jeu développé était intéressant. Ces équipes étaient prenables. Nous aurions mérité d'empocher une unité ou l'autre. Le brin de chance n'était pas à nos côtés… contrairement à ce dimanche. L'égalisation de Rick Theis me satisfait. Sur ce que j'ai vu lors de nos quatre derniers matches, je me montre assez optimiste pour les cinq dernières journées.

  • Vous oubliez la défaite 2-0 sans gloire contre Sandweiler (17 mars). Avec trois points supplémentaires, Bissen serait huitième et en posséderait cinq d'avance sur Mamer, onzième et barragiste…

Mon prédécesseur Paul Hunnewald a été honnête en affirmant «ne plus savoir que faire». L'admettre est respectueux. Concernant le revers à Sandweiler, j'avais repris le groupe la semaine précédente. J'avais décidé de laisser le staff s'occuper de la mise en place. Après coup, j'ai décidé de changer des choses tant ce que j'avais vu me dérangeait. Tactiquement, on est plus offensif. Le FCAB n'est pas dixième de classe par hasard.

  • De Junglinster (8e), Canach (9e), Bissen (10e), Mamer (11e) et Erpeldange (12e), deux clubs seront barragistes - Wormeldange et Sandweiler sont dans de sales draps. Ils se tiennent sur six points alors qu'il en reste quinze à distribuer. Votre équipe se déplace à Mamer vendredi (20h). Arrivera-t-elle à gérer le stress et y imposer ses vues?

J'ai 25 à 30 joueurs à chaque entraînement. La preuve est faite de la volonté de vouloir continuer l'aventure en Promotion d'Honneur. En dépit des nombreux absents qui ne joueront plus cette saison et dont il est inutile de parler, la qualité est présente au sein du groupe. La spirale négative ne facilite rien… mais je sens une envie de bien faire. Tôt ou tard, nos efforts seront récompensés. On doit assumer nos responsabilités. On doit être capable de passer un cap. Se focaliser sur le déplacement à Mamer ne sert à rien. Ne pas perdre serait un bon résultat. Après, le calendrier nous réserve Mertert, Kaërjéng, Rodange et Junglinster. Il faudra bagarrer.