Changer d'édition

Europa League: Bachirou (Östersund): «Tactiquement, le Fola est une belle équipe»
Sport 4 min. 01.08.2017 Cet article est archivé

Europa League: Bachirou (Östersund): «Tactiquement, le Fola est une belle équipe»

Unique buteur à l'aller, à Östersund, Fouad Bachirou se méfie de la réaction du Fola jeudi soir.

Europa League: Bachirou (Östersund): «Tactiquement, le Fola est une belle équipe»

Unique buteur à l'aller, à Östersund, Fouad Bachirou se méfie de la réaction du Fola jeudi soir.
Photo: Reuters
Sport 4 min. 01.08.2017 Cet article est archivé

Europa League: Bachirou (Östersund): «Tactiquement, le Fola est une belle équipe»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Formé au Paris Saint-Germain, Fouad Bachirou est un des hommes de base d'Östersunds FK que le Fola retrouvera jeudi en Ligue Europa. Le milieu de terrain franco-comorien de 27 ans livre ses impressions sur le club doyen ainsi que sur son parcours.

Formé au Paris Saint-Germain, Fouad Bachirou est un des hommes de base d'Östersunds FK que le Fola retrouvera jeudi, à l'occasion du match retour du troisième tour de qualification en Ligue Europa. Le milieu de terrain franco-comorien de 27 ans livre ses impressions sur le club doyen ainsi que sur son parcours.

Propos recueillis par Thibaut Goetz

Fouad, tout d'abord, comment se passe la vie à Östersund?

A la base, je suis de Paris et ici c'est une petite ville. Alors, au début, c'était difficile. Surtout que je ne suis pas un grand fan de la neige et du froid. Mais au niveau du foot je m'épanouis totalement! Cela fait maintenant trois ans que j'y suis. Au départ, ce n'est pas une ville de foot mais l'engouement grandit. Depuis que je suis là on a gagné la Coupe de Suède et on est monté de la deuxième à la première division, c'est un grand plaisir.

Dimanche, vous avez affronté Halmstad en championnat avec un 0-0 à la clé face à cette équipe qui joue le maintien. Les esprits étaient-ils déjà tournés vers le match retour contre le Fola?

Pas forcément, on avait une équipe remaniée, c'était donc plus dur de trouver des repères. On n'a pas fait un mauvais match mais il y a eu un manque de fluidité. Ils sont relégables mais c'est une équipe qui se bat bien.

Quelle analyse avez-vous faite du match aller et de la prestation du Fola?

On avait plutôt bien commencé le match, mais on n'a pas été aussi bon qu'on peut l'être. C'était un bon match d'Europa League. De notre côté, il y avait peut-être un peu de stress, c'était différent que contre Galatasaray contre qui on n'avait rien à perdre. Là, nous étions en position de favoris et forcément il y a plus de pression. Tactiquement, le Fola est une belle équipe. Le match était équilibré et il y avait une belle intensité. Ils ont du répondant au niveau physique et c'est bien de ne pas avoir pris de but.

C'est  d'ailleurs vous qui avez offert la victoire à l'ÖFK à l'aller. C'est plutôt rare que vous marquiez nous ont dit certains fans de votre club, vous confirmez?

 C'est vrai qu'on me le reproche, c'est pas souvent que ça arrive (rires).

Ces mêmes fans vous surnomment le «N'Golo Kanté d'Östersund» et vous avez une chanson qui vous est dédiée. Ces attentions vous flattent?

 Il y a une chanson, c'est vrai! Les fans sont super avec moi. J'imagine que mon style de jeu leur plait, je donne tout ce que j'ai et c'est un style qu'ils n'ont peut-être pas l'habitude de voir en Suède.

Y a-t-il un joueur en particulier dont vous vous méfiez du côté du Fola?

Collectivement, c'est déjà une bonne équipe, après je ne vais pas mentir je ne la connaissais pas avant de l'affronter. J'aime ce qu'ils proposent en tout cas. On les a analysés et l'attaquant (Hadji) est à suivre, il est grand et puissant. Le latéral gauche (Kirch) qui a pris le rouge était difficile à arrêter aussi.

Vous avez été formé au PSG, comment s'est passé votre apprentissage dans le club de la capitale française?

C'était bien, j'y ai commencé à l'âge de 15-16 ans, j'ai fait les équipes de jeunes et  j'ai joué avec la CFA avec quelques entraînements avec les pros. J'ai ainsi pu côtoyer de super joueurs. Je progressais mais je n'étais pas prêt à devenir professionnel à ce moment.

Vous avez ensuite rejoint l'Ecosse et sa deuxième division avant de partir vers la Suède, c'est plutôt atypique comme parcours?

Au départ, j'avais eu quelques contacts pour aller en Italie, mais comme mon agent connaissait l'entraîneur du club de Greenock Morton j'ai fait la pré-saison avec eux et je les ai intéressés. Je me suis dis pourquoi pas, c'est un autre style de jeu et ça peut être bon pour mon apprentissage. J'ai ensuite connu un pépin physique, une déchirure aux ischios. Je suis resté quatre mois sur la touche. J'ai eu du mal à revenir. A un moment, je ne progressais plus et j'ai eu des envies d'ailleurs. L'assistant du coach m'a trouvé ce challenge en Suède. J'ai eu des opportunités de revenir en France mais ma priorité est de rester à l'étranger.

A quel point l'Europa League est-elle importante pour une ville comme Östersund? Cela vous permet-il d'exister davantage sur le plan national?

Avoir gagné la Coupe de Suède et jouer en Europe League ça apporte beaucoup à la ville. La reconnaissance est énorme puisque avant, au niveau football, il n'y avait rien dans la ville. Il y a trois ans, en deuxième division, on jouait devant un maximum de cent personnes, maintenant on fait le plein!

Sur quels aspects va se jouer ce match retour face au Fola?

Sur des détails je pense. Le Fola va sûrement proposer du jeu et il va falloir répondre physiquement aussi. Ils sont chez eux, ils vont essayer d'être agressifs et de nous priver de ballon. Tactiquement, on va faire en sorte de remporter la bataille du milieu de terrain, c'est important. 


Sur le même sujet

Football : Lourenco: «Plus considérés comme des "petits"»
L'UNA Strassen de Kevin Lourenco se déplace dimanche à Niederkorn pour clore en beauté une première partie de saison déjà réussie. Rencontre avec le maître à jouer d'un promu qui se sent pousser des ailes tout en se gardant bien de fanfaronner. Par la même occasion, l'ancien de la Jeunesse et du Fola nous livre ses pronostics pour la 13e journée de BGL Ligue, la dernière de l'année.
Kevin Lourenco, ici face à Differdange, se verrait bien engranger une huitième victoire en championnat, à Niederkorn, avant la trêve hivernale.