Changer d'édition

«En aucun cas je ne quitte le navire dudelangeois»
Sport 4 min. 03.07.2020

«En aucun cas je ne quitte le navire dudelangeois»

Malgré les liens qui unissent les deux hommes, Romain Schumacher avoue qu'il n'a jamais eu l'intention de rejoindre Flavio Becca à Hesperange.

«En aucun cas je ne quitte le navire dudelangeois»

Malgré les liens qui unissent les deux hommes, Romain Schumacher avoue qu'il n'a jamais eu l'intention de rejoindre Flavio Becca à Hesperange.
Photo: Ben Majerus
Sport 4 min. 03.07.2020

«En aucun cas je ne quitte le navire dudelangeois»

Originaire de la capitale mais enfant de la balle à Dudelange, Romain Schumacher quitte la présidence du F91 après 18 ans de services. Pour autant, le dirigeant associé aux années fastes du club ne va pas rejoindre le giron de Flavio Becca à Hesperange. «Je reste au club dans une fonction encore à définir.»

(DH) - Romain Schumacher aime à dire qu'il est et restera «un citoyen de la Ville», mais qu'il est et demeurera «à jamais viscéralement attaché à Dudelange et au F91». Le président au long cours qui, ces 21 dernières années, n'a cédé sa place que trois ans - pour rejoindre le conseil d'administration de la Fédération luxembourgeoise de football -, explique les raisons qui l'ont poussé à quitter ses fonctions, pour en épouser d'autres au sein du club.

Quel a été le déclic qui a précipité votre choix de quitter la présidence du F91 Dudelange?

Romain Schumacher - «Ce n'est pas un déclic à proprement parler. Cette démission de la présidence est une composante d'un ensemble de choses. En partie, en raison de l'évolution du club. En partie aussi, en raison d'une chose, dont je suis fier, ma proximité avec la famille Becca. Avec Flavio notamment. N'oublions pas que tous les succès que nous avons connus, nous les lui devons en très grande partie.

Etant donné qu'il choisi d'atteindre de nouveaux objectifs (au Swift Hesperange, ndlr), le "projet Dudelange" va immanquablement prendre une nouvelle tournure. C'est pourquoi, j'ai pensé que c'était le moment idéal de me retirer de la présidence, mais en aucun cas, je ne quitte le navire dudelangeois. J'ai demandé au conseil d'administration de pouvoir y siéger. Désormais, je dois faire attention à ne plus jouer au président et j'espère avoir assez de flexibilité intellectuelle pour y parvenir.

A Dudelange, vous avez été considéré comme le bras droit de Flavio Becca, n'avez-vous pas eu envie de tenter avec lui l'aventure à Hesperange?

«Oui, en effet "le bras droit". Au point que lors de réunions, certains se demandaient si je m'exprimais en mon nom ou en celui de Flavio Becca. Mais pour répondre directement, il n'était pas concevable que je quitte Dudelange pour Hesperange. 

Au conseil d'administration du F91, Romain Schumacher entend ne pas se comporter comme le président qu'il n'est plus désormais.
Au conseil d'administration du F91, Romain Schumacher entend ne pas se comporter comme le président qu'il n'est plus désormais.
Photo: Gerry Huberty

En tant que président démissionnaire, qui voyez-vous vous remplacer?

«Au sein de notre conseil d'administration, plusieurs personnes disposent des compétences pour prendre la relève. Et pour reprendre une question que j'ai souvent entendue: "A-t-on besoin d'un président qui vient de Luxembourg-Ville?", je répondrais que le prochain président sera un Dudelangeois. Mes deux vice-présidents sont d'excellents candidats (Romain Brenner et Gerry Schintgen, ce dernier tient la corde, ndlr) .

Quel rôle entendez-vous jouer au sein du conseil d'administration?

«Tout dépend ce que le CA et la direction me demanderont. Ils savent très bien ce que je peux ou ne peux pas faire. Je suis notamment intéressé par la communication, ou le travail sur des dossiers spécifiques. 

Notamment au niveau des relations avec la fédération qui se sont souvent révélées tendues ces derniers temps...

«J'ai certainement eu des relations critiques avec la FLF et son président (Paul Philipp, ndlr), mais je suis satisfait d'avoir un président qui, comme moi, comprend qu'on peut avoir des avis différents. Etant donné que je me suis montré critique, et même souvent très critique, je vais peut-être prendre le contre-pied. C'est-à-dire proposer des solutions pour faire avancer les choses. Dudelange est parvenu à un niveau que même l'équipe nationale n'a jamais atteint et m'a apporté un certain background qui me permet aujourd'hui de pouvoir devenir une force de propositions.


Friture sur la ligne entre le F91 Dudelange et la FLF
La pose d'un nouveau gazon au pied levé fin novembre au stade Josy Barthel avait coûté 250.000 euros. Le club de la Forge du Sud, qui avait alors pris les frais à sa charge, déplore ne pas avoir reçu le moindre soutien financier de la part de la Fédération (FLF), selon nos confrères du Tageblatt.

La vitrine du F91 est garnie de 15 titres de champions, de huit Coupes de Luxembourg alors que la trésorerie du club a bénéficié de remarquables performances en Coupe d'Europe, mais vous avez un regret qui vous laisse encore aujourd'hui un goût amer?

«Certainement, car le football est parfois dur. Ce fut le cas après notre premier titre de champion (2000) lorsque nous nous étions séparés de notre duo d'entraîneur (Angelo Fiorucci - Damon Damiani, ndlr), deux amis et deux "historiques" du club. J'ai bien entendu regretté de les avoir perdus suite à leur départ

Avec le départ du généreux mécène du club, que peut désormais viser le F91?

«Il faudra d'abord que le club s'organise au mieux à tous les niveaux, mais, à l'avenir, nous pouvons nous positionner comme un club de BGL Ligue de bon niveau. Un club qui devra redescendre sur terre, retrouver ses racines locales, mais aussi - ce qui a été mis entre parenthèses ces dernières années - miser sur son académie. 

Que peut-on vous souhaiter pour la suite?

«Que je puisse aider le club de mon cœur le plus longtemps possible.  Mais aussi que je comprenne que je ne suis plus désormais le président, mais simplement une cheville ouvrière du club.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le F91 Dudelange se sépare de Crasson
Suite à l'arrêt de la compétition et au gel du classement de BGL Ligue, le club de la Forge du Sud ne décroche pas de ticket européen en vue de la saison prochaine. Une situation qui coûte sa place à son entraîneur belge, selon nos confrères de la Dernière Heure.
Pressekonferenz F91 Düdelingen bei Apoel Nikosia mit Bertrand Crasson und Tom Schnell Europa League / Foto: Sakispress
Norwich City impatient d'accueillir Sinani
A 23 ans, l'attaquant tourne la page du F91 Dudelange pour filer en Angleterre. La saison prochaine, il évoluera en Premier League et c'est peu dire que son futur club compte sur le Luxembourgeois.
Dudelange quitte l'Europe sur un regret
Le F91 a concédé le match nul contre Qarabag (1-1) alors que la victoire lui tendait les bras. Pour son dernier match de la phase de poules de la Ligue Europa, les Dudelangeois peuvent nourrir des regrets. Ce sont 380.000 euros qui leur échappent.
Sport,Football,Fussball,UEFA Europa League,QARABAG FK 1  -F 91 Dudelange,Azerbaidjani,12.12.2019
Alexandre Karapetian: «J'ai des offres de l'étranger»
Solide leader du classement des buteurs de la BGL Ligue avec 18 réalisations, Alexandre Karapetian est l'homme que tout le monde attend dans le choc de samedi face au F91 (16h). L'Arménien respire la confiance et évoque un éventuel départ pour l'étranger.
Alexandre Karapetian respire la confiance avec le Progrès. Le meilleur buteur de la compétition pourrait conduire Niederkorn au titre avant de partir.