Changer d'édition

Eliminatoires du Mondial 2018: Le Luxembourg est passé si près
Sport 1 10 min. 06.09.2016

Eliminatoires du Mondial 2018: Le Luxembourg est passé si près

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Battue in extremis (3-4) par la Bulgarie à Sofia pour son entrée en lice dans le groupe 1 des éliminatoires du Mondial 2018, la sélection luxembourgeoise aurait mérité de repartir avec le point du match nul. Déjà rien que parce qu'il n'est pas courant d'inscrire trois buts en déplacement et de rentrer bredouille.

Battue in extremis (3-4) par la Bulgarie à Sofia pour son entrée en lice dans le groupe 1 des éliminatoires du Mondial 2018, la sélection luxembourgeoise aurait mérité de repartir avec le point du match nul. Déjà rien que parce qu'il n'est pas courant d'inscrire trois buts en déplacement et de rentrer bredouille.

A Sofia, Jean-François Colin

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Le match

Comme prévu, les "arrivés tardifs" Maxime Chanot et Aurélien Joachim intégraient bien le onze de départ de Luc Holtz, qui en défense centrale, qui à la pointe de l'attaque, mais c'est sur le flanc gauche que l'Ettelbruckois avait sorti sa botte secrète avec le ticket Malget - Da Mota.

Le sélectionneur n'avait toutefois pas pour autant tout chamboulé par rapport au dernier match amical, vendredi en Lettonie, avec la triple confirmation de Christopher Martins comme arrière central, du capitaine Mario Mutsch côté droit et de Vincent Thill comme chef d'orchestre, en numéro 10.

En face, comme prévu, Ivaylo Petev articulait sa formation dans un 4-2-3-1, avec le duo Dyakov - Marcelinho en récupérateurs, Ivelin Popov, du Spartak Moscou, en meneur de jeu derrière l'attaquant de Konyaspor, Dimitar Rangelov, à charge de Gorgi Milanov (Spartak Moscou) et Mihaïl Alexandrov (Legia Varsovie) de meubler les flancs. Petite surprise tout de même: les deux sociétaires de Serie A, Ivaylo Chochev (Palerme) et Alexandar Tonev (Crotone) débutaient sur le banc.

On sent clairement les deux équipes avant tout soucieuses de veiller à une bonne organisation dans un début de match fermé. Le terrain est parfaitement quadrillé par les vingt-deux acteurs qui prennent le temps de poser calmement le jeu.

Gerson se troue, Rangelov en profite au quart d'heure

De ce fait, les occasions sont rares au cours du premier quart d'heure: tout juste Milanov (6e) répond-il à Joachim (5e), alors que Nedyalkov (13e), et Vincent Thill, suite à une relance catastrophique du gardien Stolyanov dans les pieds de Joachim (14e), n'ont pas plus de succès dans leur envoi au but.

Il faudra attendre une erreur, sous la forme d'une perte de balle plein axe résultant d'une glissade inopportune de Lars Gerson, qui avait réceptionné un ballon de Thill, pour que ce diable de Rangelov en profite immédiatement et, sans se poser la moindre question, catapulte le cuir dans le plafond du but d'un Joubert qui se détend bien mais ne peut en définitive qu'effleurer le ballon (1-0, 16e).

Le match est évidemment beaucoup plus fermé que celui, amical, de vendredi en Lettonie, et les ouailles de Luc Holtz doivent se méfier des fréquentes infiltrations du Brésilien naturalisé de Ludogorets Marcelinho, qui vient créer le surnombre, et oblige à l'occasion Chris Philipps à redescendre assez bas, au niveau de sa défense centrale. Surtout que... 50% de la défense grand-ducale reçoit un carton jaune avant la demi-heure (Malget, 23e, et Martins, 29e).

Les Roude Léiwen ont cependant le mérite de ne pas s'affoler, de ne pas se ruer éperdument dans des attaques suicidaires pour vouloir égaliser à tout prix et rapidement, et continuent de poser leur jeu calmement, mettant volontiers le pied sur le ballon. Dommage quand même ces centres bâclés de Da Mota (35e) et Jans (37e). Le premier acte se clôt sur la frappe du très incisif Georgi Milanov (CSKA Moscou) qui... touche la transversale de Joubert (42e).

La deuxième mi-temps repart sur un tempo inchangé et avec les vingt-deux mêmes acteurs. les tirs de Popov (50e) et Marcelinho (51e) sont hors cadre.

Trois buts en cinq minutes

A l'heure de jeu, Luc Holtz introduit un second attaquant, Dave Turpel, en lieu et place d'un Vincent Thill éteint, et dans la foulée de son entrée au jeu, le Dudelangeois... manque sa frappe au but, ce qui profite à un Joachim opportuniste, qui tend la jambe pour faire rouler lentement le ballon au-delà de la ligne de but de Stoyanov (1-1, 60e).

Mieux, deux minutes plus tard, l'attaquant du Lierse s'échappe à grandes enjambées côté gauche, mystifie Ivanov d'un crochet assassin, et enroule une frappe du droit hors de portée de Stoyanov (1-2, 62e). L'ancien joueur du CSKA Sofia se rappelle aux bons souvenirs du public bulgare et inscrit ses huitième et neuvième buts en sélection.

Le match se débride alors complètement, les Bulgares poussent, ça chauffe dans le rectangle luxembourgeois, Joubert se multiplie, et sur un corner de Tonev, le ballon est remisé par Popov pour la tête piquée de Marcelinho au premier poteau que Joubert ne peut stopper en raison d'une très légère déviation du pied de Joachim, qui trompe son gardien (2-2, 65e). Trois buts en l'espace de cinq minutes: c'est l'"effet Lettonie" qui recommence!

A la 78e minute, Bohnert, entré à la place de Da Mota, commet une faute aux abords de la surface. Petite cause, effet... dévastateur, puisque Ivelin Popov (Spartak Moscou), en maître d'oeuvre, loge la merveille de coup franc qui s'ensuit dans la lucarne droite de Joubert (3-2, 79e). Du grand art imparable! Voilà à nouveau la Bulgarie devant.

Pour son retour à Sofia, Aurélien Joachim s'est offert un doublé.
Pour son retour à Sofia, Aurélien Joachim s'est offert un doublé.
Photo: Reuters

Maurice Deville entre pour Chris Philipps à la 84e minute, et les Roude Léiwen terminent le match avec... trois attaquants spécifiques. Et le choix est payant, puisqu'on entre dans les arrêts de jeu lorsque Laurent Jans adresse un service du pied gauche à Florian Bohnert dans le grand rectangle bulgare, et le jeune joueur de Schalke 04 égalise pour le Luxembourg (3-3, 90+1). Un point virtuel que les Roude Léiwen ne goûteront que l'espace de... 60 secondes, le temps pour l'entrant Alexandar Tonev de fixer les chiffres à... 4-3 (90+2) suite à une passe décisive du défenseur central Chorbadzhiyski. La montée rageuse de... Joubert dans le rectangle adverse sur les deux corners luxembourgeois en fin de match n'y changera plus rien...

Rideau sur une deuxième mi-temps complètement folle, où le Luxembourg est passé si près de ramener de ce déplacement à Sofia le point qu'il aurait tellement mérité.

La note du match: 16/20

Une première mi-temps assez mièvre, puis une seconde où tout s'est subitement emballé à l'heure de jeu. Cette première rencontre des éliminatoires du Mondial 2018 était au final agréable à suivre avec une fin véritablement hitchcockienne.

Le fait du match: la glissade de Lars Gerson

Jusque-là, tout allait parfaitement bien. Le bloc-équipe luxembourgeois était bien en place, la Bulgarie n'était pas forcément dangereuse. Puis, une passe en retrait de Vincent Thill vers Lars Gerson oblige le milieu de terrain de Sundsvall à un petit écart, et en voulant récupérer le ballon, il glisse, rate son contrôle et cède malencontreusement l'objet de ses désirs à Rangelov qui passait par là. L'attaquant de Konyaspor ne se pose aucune question, ferme les yeux, et boum! Droit dans le plafond de Joubert pour l'ouverture du score. Encore une fois, un petit détail a fait la différence car les hommes de Luc Holtz auraient très bien pu rejoindre le repos sur un prometteur 0-0.

L'homme du match: Aurélien Joachim

Il n'avait pas parlé de revanche avant le match, mais sûr que l'ancien joueur du CSKA Sofia (2014-2015) aura dû goûter son doublé sur la pelouse du stade Vasil Levski en l'espace de deux minutes à l'heure de jeu. Mené depuis 45 minutes au tableau-marquoir, le Luxembourg venait par ce fait de renverser totalement la vapeur devant un public bulgare médusé. Au passage, le Lierrois porte son total de buts en sélection à neuf, en 62 matches. Hélas, son doublé n'aura pas suffi pour ramener quelque chose de Sofia.

Laurent Jans au duel, le défenseur de Waasland s'est mué en passeur génial sur le troisième but luxembourgeois.
Laurent Jans au duel, le défenseur de Waasland s'est mué en passeur génial sur le troisième but luxembourgeois.
Photo: Reuters

Réaction

Luc Holtz: "Ils avaient un dieu de leur côté"

"Nous avons tout mis tactiquement en place pour essayer que l'adversaire ne rentre pas dans nos lignes et ne parvienne pas à concrétiser d'occasions de but. On fait tout juste défensivement. L'adversaire adresse trois frappes dans la lucarne: ils avaient un dieu de leur côté! Je suis encore sous le choc, je n'avais jamais vu cela: marquer quatre buts avec deux occasions! Je n'ai vu aucun moment où on a dû trembler. C'est très difficile de digérer le résultat. Car à part ce score, tout fut presque positif. Marquer trois buts à l'extérieur, c'est quelque chose d'extraordinaire pour le Luxembourg. Je ne sais pas depuis quand ce n'était plus arrivé. 

Les gamins comme Turpel et Bohnert sont bien entrés au jeu, ils ont tout de suite été dedans et sont impliqués dans les buts marqués. Ce sont deux entrées de qualité de leur part. Mais c'est surtout le collectif qui a été très bon ce soir. Défensivement, nous n'avons laissé que peu de chances aux Bulgares. A mon époque, j'avais joué contre la Bulgarie. Nous avions pris 0-4 et rien montré. Là, on les a bien vus, les "petits amateurs". S'il y avait une justice, on serait parti avec le point du match nul. Sur le deuxième but bulgare, il aurait peut-être fallu être plus présent sur le deuxième ballon. Mais à chaud, c'est difficile de désigner un responsable. Quant au fait d'encaisser des buts de 25 mètres, c'est une question d'expérience. 

Dans un an, au retour contre la Bulgarie, on aura plus d'expérience, et on verra si on peut éviter cela. Je n'ai encore rien dit aux joueurs dans le vestiaire. Tout est encore trop chaud. Je vais analyser calmement les buts avant de m'adresser à eux, mais pas en leur faisant des reproches, mais dans l'optique qu'on fasse mieux la prochaine fois pour éviter certaines erreurs."

Bulgarie - Luxembourg 4-3

Sofia, stade national Vasil Levski, temps doux mais humide, pluie fine et légère en cours de match, pelouse en parfait état, copieusement arrosée 1 heure avant le match, environ 4.000 spectateurs payants, arbitrage de Gediminas Mazelka, assisté de Vytautas Simkus et Vitenis Kazlauskas (LTU). Mi-temps: 1-0.

Evolution du score: 1-0 Rangelov (16e), 1-1 Joachim (60e), 1-2 Joachim (62e), 2-2 Marcelinho (65e), 3-2 I. Popov (79e), 3-3 Bohnert (90+1), 4-3 Tonev (90+2).

Corners: 6 (3+3) pour la Bulgarie; 2 (0+2) pour le Luxembourg.

Cartons jaunes: Nedyalkov (20e, sèche V. Thill aux abords de la surface de réparation bulgare), Marcelinho (45e, intervention dans les chevilles de Martins), Tonev (90+3, célébration de son but en enlevant son maillot), Popov (90+4) à la Bulgarie; Malget (23e, intervention fautive sur Milanov), Martins (29e, arrête fautivement la percée de Milanov côté droit), Bohnert (78e, accroche Popov par derrière juste devant la ligne de son rectangle) au Luxembourg.

  • BULGARIE (4-2-3-1): Stoyanov; S. Popov, Ivanov, Chorbadzhiyski, Nedylakov; Dyakov (cap.), Marcelinho; G. Milanov (64e Tonev), I. Popov (85e Bozhilov), Alexandrov (56e Chochev); Rangelov.

Remplaçants non utilisés: Mitrev, Makendzhiev; Bozhikov, I. Milanov, Pirgov, G. Kostadinov, Nedelev, Rainov et Zehirov.

Sélectionneur: Ivaylo Petev.

  • LUXEMBOURG (4-4-1-1): Joubert; Jans, Chanot, Martins, Malget; Mutsch (cap.), Phlipps (84e Deville), Gerson, Da Mota (68e Bohnert); V. Thill (59e Turpel); Joachim.

Remplaçants non utilisés: Schon; Laterza, Jänisch, Delgado, Carlson, Payal, Veiga et S. Thill.

Sélectionneur: Luc Holtz.


Sur le même sujet