Changer d'édition

Dudelange résiste puis craque après la pause
Sport 7 min. 04.10.2018

Dudelange résiste puis craque après la pause

Bryan Mélisse écarte le danger de la tête devant Sergio Leon sous le regard de Jerry Prempeh.

Dudelange résiste puis craque après la pause

Bryan Mélisse écarte le danger de la tête devant Sergio Leon sous le regard de Jerry Prempeh.
Photo: AFP
Sport 7 min. 04.10.2018

Dudelange résiste puis craque après la pause

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Le F91 s'est incliné 0-3 pour sa deuxième sortie européenne dans la phase de poules. Peu heureux dans ses choix en première mi-temps, le Betis Séville a frappé trois fois après la reprise par Sanabria, Lo Celso et Tello.

Envoyé spécial à Séville.

Le match. Lorsque Dino Toppmöller lâcha la veille du match dans le hall d'entrée de l'hôtel: «On ne va pas défendre à cinq, hein Jerry? Tu n'aimes pas ça...», et que son défenseur central lui rendit un petit rictus, on a rapidement compris que l'entraîneur dudelangeois ne bluffait pas. 

Il n'avait d'ailleurs aucune raison de renier un principe de jeu rompu aux joutes européennes. Betis Séville ou pas. Possession de balle ou pas. On a d'ailleurs assisté au match que l'on avait imaginé avec une équipe locale désireuse d'installer son jeu de puissance façon handball devant un public venu en nombre, ravi de revoir son club accrocher le peloton de tête.

Du côté du F91, Jordanov était préféré à Malget, à droite de la défense et Mélisse prenait la place de Couturier devant El Hriti à gauche pendant que le Français glissait dans l'axe pour relayer Stelvio, blessé. 

Pour leur deuxième sortie dans cette phase de poule, les Dudelangeois ont résisté aux assauts andalous avant la pause. Quatre occasions locales avaient fait frémir Villmarin au cours du premier acte. Une tête de Sidnei trop enlevée (10e), une frappe de William Carvalho sur les poings de Frising (21e), une volée en déséquilibre du capitaine Guardado à côté (30e) et un coup franc du Mexicain repoussé par Frising (40e) témoignaient de la domination des Verdiblancos sans qu'une méga occasion ne fasse se soulever le stade.

Dudelange s'était appliqué à ressortir le plus proprement possible le ballon. Turpel s'arrachait comme un damné devant avec notamment un pressing défensif phénoménal. Le gardien Robles avait passé un premier acte calme.

Cristian Tello, ici face à Joe Frising, a corsé l'addition en fin de match.
Cristian Tello, ici face à Joe Frising, a corsé l'addition en fin de match.
Photo: AFP

Une reprise complètement folle

Les choses s'accéléraient nettement à la reprise avec une pression accrue des Sévillans, mais deux occasions coup sur coup pour Dudelange. Sur un corner de Kruska, Turpel plaçait une tête qui obligeait Robles à se détendre puis Stolz se lançait dans un raid façon AC Milan mais le gardien local avait le dernier mot. 

La pièce tombait finalement dans l'autre sens sur une phase arrêtée aussi. Guardado et Sergi Leon jouaient un corner rapproché. Sidnei plaçait une première tête puis Sanabria une seconde que Schnell tentait de sauver sur la ligne, mais la goal line technology accordait le but au Betis (1-0, 56e).

Cet avantage avait le don d'électriser les 40.000 spectateurs. L'effet était contraire sur un Betis qui a semblé se satisfaire de cette courte victoire avant que deux contres ne donnent une allure bien plus sévère au score. Lo Celso et Tello jouaient bien le coup devant un Frising démuni.

Dudelange a joué, Dudelange a perdu. Sans paraître ridicule. Loin de là!

L'homme du match. Toni Sanabria. Un but, une passe décisive. L'attaquant paraguayen a rentabilisé sa soirée et a fermé quelques bouches comme il a semblé le montrer à une frange du public.

Tonny Sanabria a fait taire les critiques.
Tonny Sanabria a fait taire les critiques.
Photo: AFP

Le fait du match. La passe à douze, c'est nouveau, c'est estampillé F91 Dudelange. On jouait depuis à peine trois minutes de jeu lorsque les Jaune et Blanc ressortaient un ballon par la gauche. Les visiteurs allaient progresser sous les «oh» d'une foule médusée. Douze passes plus tard, Jordanov obligeait Robles à concéder le premier corner de la partie. Magique. 

Edisson Jordanov marque à la culotte Sergio Leon.
Edisson Jordanov marque à la culotte Sergio Leon.
Photo: AFP

Betis Séville - F91 Dudelange 3-0

Stade Benito Villamarin, pelouse en excellent état, arbitrage de M. Dallas assisté par MM. Stewart et Potter (SCO), 40.133 spectateurs. Mi-temps: 0-0.

Evolution du score: 1-0 Sanabria (56e), 2-0 Lo Celso (80e), 3-0 Tello (88e).

Corners: 5 (1+4) pour le Betis Séville; 3 (1+2) pour le F91 Dudelange.

Cartons jaunes: Sannabria (19e, pied trop haut) au Betis Séville; Kruska (38e, bouscule Inui) et El Hriti (59e, tacle sur Guardado)  au F91 Dudelange.

  • BETIS: Robles; Bartra, Javi Garcia, Sidnei; Barragan, Guardado (cap.) (60e Lo Celso), William Carvalho, Inui (71e Joaquin), Tello; Sanabria, Sergio Leon (82e Kaptoum).

Joueurs non utilisés:  Pau Lopez, Francis, Loren Moron et Junior Firpo.

Entraîneur: Quique Setién.

  • DUDELANGE: Frising; Jordanov, Schnell (cap.), Prempeh, El Hriti; Stolz (76e Kenia), Kruska, Couturier, Mélisse (66e Stumpf); Sinani (82e Pokar); Turpel.

Joueurs non utilisés: Bonnefoi, Malget, Jensen, Stumpf et Agovic.

Entraîneur: Dino Toppmöller.

 Antonio Barragan dans la tenaille dudelangeoise.
Antonio Barragan dans la tenaille dudelangeoise.
Photo: AFP

Réactions

Dino Toppmöller: "Tactiquement, nous étions très bien préparés et nous avons réalisé un bon match. En deuxième mi-temps, nous avons même eu les occasions pour marquer un but mais il nous a manqué la chance. Le premier but est arrivé après un corner, c'est dommage.Quand Lo Celso est entré en jeu, on ne peut rien faire contre un tel joueur. C'est tout à fait normal d'encaisser des buts contre une telle équipe, il n'y a rien qu'à voir leurs joueurs qui gagnent des millions. C'est donc normal qu'on voit la différence de vitesse de jeu avec notre championnat. A nous de profiter de cette expérience. A mon avis, nous avons joué contre les deux meilleures équipes du groupe."

Clément Couturier: "Il ne nous a pas manqué grand-chose, mais nous aurions dû mieux faire. C'est une équipe qui nous a eu à l'usure. Le score est un peu lourd, normal, c'est une équipe qui nous est supérieure. J'aurais aimé que nous attaquions un peu plus mais c'était très compliqué en raison de leur possession de balle. Quand on passe tout son temps à défendre, ce n'est pas évident de faire les efforts pour aller devant étant donné qu'il y a de fortes chances de perdre la balle et qu'on doive revenir. Mentalement et physiquement, c'est dur. On a regardé les fiches, chacun a fait énormément de kilomètres. C'est l'apprentissage du haut niveau. Quant à la chaleur, elle ne m'a pas trop gêné. La pause-fraîcheur a quand même fait du bien."

Jerry Prempeh: "J'éprouve un sentiment mitigé. Le 3-0 n'était pas mérité même s'ils étaient supérieurs dans tous les compartiments du jeu. Le score est trop sévère pour moi. C'était plus compliqué que contre Milan. Ils quadrillaient bien le terrain à chaque perte de balle. Nous savions comment les contenir mais dès qu'il s'agissait d'attaquer c'était très compliqué. "

Tom Schnell: "Nous avons joué au très haut niveau. Nous prenons un but sur corner puis deux en contre, c'est un peu frustrant. On savait très bien que nous ne pouvions pas tenir 90 minutes en ne faisant que défendre. Si nous marquons une de nos deux occasions, on ne sait pas ce qui aurait pu arriver. Nous étions un peu moins bien en deuxième mi-temps alors que eux ont fait entrer des joueurs qui se sont montrés décisifs. Sur l'ensemble, nous avons bien défendu mais nous étions trop bas en début de seconde période."

Le Groupe F

Déjà joués

Dudelange - AC Milan 0-1

Olympiakos - Betis Séville 0-0

Ce jeudi  

Betis Séville - Dudelange 3-0

AC Milan - Olympiakos 3-1

Le classement

1. AC Milan 6 points

2. Betis Séville 4

3. Olympiakos 1

4. Dudelange 0

Les autres résultats

Groupe A

FC Zürich (SUI) - Ludogorets (BUL) 1-0

Bayer Leverkusen (GER) - AEK Larnaca (CHY) 4-2

Groupe B

RB Salzbourg (AUT) - Celtic Glasgow (SCO) 3-1

Rosenborg (NOR) - RB Leipzig (GER) 1-3

Groupe C

Bordeaux (FRA) - Copenhague (DEN) 1-2

Zénit Saint-Pétersbourg (UKR) - Slavia Prague (CZE) 1-0

Groupe D

Anderlecht (BEL) - Dinamo Zagreb (CRO) 0-2

Fenerbahçe (TUR) - Trnava (SVQ) 2-0

Groupe E

Vorskla (UKR) - Sporting Portugal (POR) 1-3

Qarabag (AZE) - Arsenal (ENG) 0-3

Groupe G

Glasgow Rangers (SCO) - Rapid Vienne (AUT) 3-1

Spartak Moscou (RUS) - Villarreal (ESP) 3-3

Groupe H

Eintracht Francfort (GER) - Lazio Rome (ITA) 4-1

Apollon Limassol (CHY) - Marseille (FRA) 2-2

Groupe I

Sarpsborg (NOR) - Genk (BEL) 3-1

Malmö (SWE) - Besiktas (TUR) 2-0

Groupe J

Standard Liège (BEL) - Akhisarspor (TUR) 2-1

Krasnodar (RUS) - Séville FC (ESP) 2-1

Groupe K

Astana (KZK) - Rennes (FRA) 2-0

Jablonec (CZE) - Dynamo Kiev (UKR) 2-2

Groupe L

Chelsea (ENG) - Videoton (HUN) 1-0

BATE Borisov (BLR) - PAOK Salonique (GRE) 1-4


Sur le même sujet

Ligue Europa: Francfort - Lazio à l'affiche
Betis Séville - F91 Dudelange et AC Milan - Olympiakos sont à l'affiche d'une deuxième journée de phase de poules de la Ligue Europa qui sera aussi marquée par le duel entre l'Eintracht Francfort et la Lazio Rome.
Après avoir joué devant des tribunes vides à Marseille, l'Eintracht Francfort retrouve son stade qui sera garni de 47 000 supporters face à la Lazio.
Dudelange a fait douter l'AC Milan
Le F91 n'a pas manqué son premier rendez-vous dans la phase de groupes de l'Europa League. Les Dudelangeois ont fait douter l'AC Milan. L'incontournable Gonzalo Higuain a délivré les Lombards à l'heure de jeu en inscrivant le seul but du match.
Danel Sinani tente de s'infiltrer entre Samuel Castillejo et Mattia Caldara. Dudelange n'a pas manqué de culot.
Joe Monteiro da Veiga (Racing Futsal): «Notre confiance est au top»
Le Racing FC Union Luxembourg Futsal n’a pas fait dans la demi-mesure lundi en finale de la Coupe du Luxembourg face au FC Nordstad, avec une large victoire sur le score de 12-3. Auteur d'un triplé, le Racingman Joe Monteiro da Veiga a été l’élément déclencheur de ce triomphe grâce à ses deux buts inscrits après cinq minutes de jeu.
Joe Monteiro da Veiga (Racing): «L’équipe joue pour moi, et inversement»