Changer d'édition

Dudelange maîtrise, souffre et s'offre une qualification historique
Sport 5 min. 16.08.2018

Dudelange maîtrise, souffre et s'offre une qualification historique

Patrick Stumpf a placé le F91 sur la voie de la qualification dès la sixième minute.

Dudelange maîtrise, souffre et s'offre une qualification historique

Patrick Stumpf a placé le F91 sur la voie de la qualification dès la sixième minute.
Photo: Ben Majerus
Sport 5 min. 16.08.2018

Dudelange maîtrise, souffre et s'offre une qualification historique

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Troisième tour de qualification de l'Europa League

Historique! Vainqueur 2-1 à Varsovie, Dudelange a composté son billet pour le match de barrage contre Cluj à l'issue du match retour contre le Legia (2-2), ce jeudi soir. Le club roumain vainqueur des Arméniens d'Alashkert (2-0 et 5-0) sera son  adversaire jeudi prochain. Sans doute au stade Josy Barthel.

Le match et sa note. - Si le Progrès avait eu le bonheur de mener rapidement à la marque contre le FC Oufa, un peu plus tôt dans la journée, le F91 lui aussi n'a pas tardé à faire bouger le marquoir sur sa première action dangereuse du match.  Couturier a eu la bonne idée de lancer Turpel en profondeur, sur l'aile gauche, le centre de ce dernier, légèrement contré, revenait à Stumpf qui ne laissait aucune chance au portier polonais (6e).

Ce match retour ne pouvait commencer sous les meilleurs auspices. Il faut dire que le F91 avait mis tous les atouts pour conforter son avance du match aller (2-1). A commencer par arroser la pelouse avant le coup d'envoi pour donner de la vitesse à une formation dudelangeoise qui profitait aussi de toute la largeur d'un terrain que le Legia avait les plus grandes difficultés à contrôler. Dino Toppmöller avait aussi eu la bonne idée de titulariser le duo Turpel-Stumpf à la pointe de l'attaque. La puissance du premier associée avec la niaque du second allait faire très mal au champion de Pologne. A Chris Phillips aussi. Titularisé en charnière centrale, il  suivra la deuxième période depuis le banc de touche que Ricardo Sa Pinto, le nouveau coach, a toujours déserté pour haranguer ses hommes. Et ils en avaient bien besoin tant les Dudelangeois dominaient leur sujet.

Cruz, d'un superbe plat du pied à la conclusion d'une action non moins superbe avait doublé la mise pour les Bleus dès la 17e minute (voir ci-dessous). Le gardien Marlaz s'était employé à garder sa formation au-dessus de la ligne de flottaison devant Stumpf (24e) et Stolz (27e) alors que la tête plongeante de Malget terminait sur le poteau (44e). M. Stoyanov avait indiqué une position de hors jeu préalable. Auparavant il avait aussi indiqué le rond central. C'est que les visiteurs avaient trouvé la faille à la 33e minute...

Le Legia transfiguré 

Kucharczyk, le Polonais le plus remuant, avait à nouveau pris à défaut le flanc gauche dudelangeois et Kanté avait surgi pour le 2-1. Ce même Kucharczy, sur un centre-tir, sollicitait la vigilance d'un Joubert intraitable (70e). Cette tentative était un des points d'orgue de la domination outrancière d'un Legia méconnaissable après la pause. Deux essais de Nagy (52e et 64e), une reprise de Cafu (53e) et un déboulé de Carlitos, bien repris par Jordanov (66e) avaient semé le trouble.

Joubert était encore à l'ouvrage devant Hämäläinen (79e) et encaissait un deuxième but quand Kanté mystifiait la défense centrale et logeait le ballon dans les filets luxembourgeois (2-2, 86e). Malgré la rentrée de l'expérimenté Bisevac, le F91 était au bord du KO, mais le F91 ne rompait pas et se qualifiait dans la douleur.

Une note de 13/20 pour une première mi-temps à son avantage et une belle résistance en deuxième mi-temps vient récompenser un match qui entre dans l'histoire du F91 et du football luxembourgeois.

Le fait du match. - Une véritable action d'école. Le deuxième but inscrit par le F91 respire l'intelligence et la précision chirurgicale d'une formation sûre de son fait. Couturier prend le large, sur son côté gauche, centre pour Cruz, devant la surface polonaise, qui cherche en un temps Turpel. L'attaquant international, dos au but, remet sur le grand numéro 22 qui ajuste un plat du pied qui fait mouche sur la gauche de Malarz (2-0, 17e).

Dave Turpel  a livré un beau combat aux défenseurs polonais sur le front de l'attaque.
Dave Turpel a livré un beau combat aux défenseurs polonais sur le front de l'attaque.
Photo: Ben Majerus

L'homme du match. - Dave Turpel. L'attaquant international a délivré un gros match face au Legia. Deux fois passeur décisif sur les buts de Stumpf et de Cruz, il n'a jamais baissé les bras lorsque son équipe a souffert en seconde période comme en témoigne sa dernière action du match quand, à bout de force, il se jette comme un mort de faim devant le gardien à la 90e minute.

Le match de Chris Philipps. - Quand rien ne va, rien ne va. Au sein d'une formation sans caractère en première période, l'ancien Messin a beaucoup souffert et n'est plus réapparu à l'appel de la seconde période. S'il a rendu coup pour coup à Stumpf, l'attaquant allemand, toujours difficile à contrer, a ouvert la marque et aurait pu récidiver à la 44e et une minute plus tard suite à un centre de Couturier.

Chris Philipps a été à la peine comme toute son équipe en première période.
Chris Philipps a été à la peine comme toute son équipe en première période.
Photo: Ben Majerus

F91 Dudelange - Legia Varsovie 2-2

Stade Josy Barthel, pelouse correcte, arbitrage de M. Stoyanov assisté de MM. Venev et Kolev (BUL), environ 3000 spectateurs. Mi-temps: 2-1.

Evolution du score: 1-0 Stumpf (6e), 2-0 Cruz (17e), 2-1 Kanté (33e), 2-2 Kanté (86e).

Corners: Dudelange 1 (0+1); Legia Varsovie 5 (1+4).

Cartons jaunes: Malget (35e, faute sur Kanté),  Kruska  (41e, faute sur Cafu), Jordanov (80e, faute sur Carlitos) pour Dudelange; Kanté (61e, contestation) pour le Legia Varsovie.

Carton rouge: Kucharczyk (pour avoir râlé après le match en voyant que le chrono avait été arrêté avant le coup de sifflet final).

DUDELANGE (4-4-2): Joubert (cap.); Jordanov, Prempeh, Malget, El Hriti; Stolz (89e Sinani), Cruz, Kruska (78e Mélisse), Couturier; Turpel, Stumpf (74e Bisevac).

Joueurs non utilisés: Frising, Kenia, Perez, Pokar.

Absents: Schnell (suspendu), Jensen et Yéyé (choix de l'entraîneur).

Entraîneur: Dino Toppmöller.

LEGIA VARSOVIE (4-4-2): Malarz (cap.); Wieteska, Philipps (46e Szymanski), Pazdan, Hlouzek; Kucharczyk, Maczynski, Cafu, Nagy (68e Hämäläinen);  Kanté, Carlitos.

Joueurs non utilisés: Cierzniak; Eduardo, Antolic, Zyro, Radovic.

Entraîneur: Ricardo Sa Pinto.

A la pause, Ricardo Sa Pinto a dû pousser un sacré coup de gueule dans son vestiaire.
A la pause, Ricardo Sa Pinto a dû pousser un sacré coup de gueule dans son vestiaire.
Photo: Ben Majerus

 


Sur le même sujet

F91: un match à hauts risques pour un barrage historique
La victoire deux buts à un à Varsovie offre un matelas confortable et ouvre certains horizons à Dudelange. Le champion en titre est pourtant doublement vigilant. Battu en BGL Ligue lundi, il retrouve ce jeudi (20h) un Legia revanchard avec à sa tête un nouvel entraîneur.
Edisson Jordanov a fait le vide sur le côté droit de la défense. L'Allemand sera l'un des atouts dudelangeois ce jeudi soir.
Victorieux du Legia, le F91 prend une option sur la qualification
Dudelange a signé une prestation cinq étoiles ce jeudi soir à Varsovie où le champion du Luxembourg s'est imposé 2-1 sur la pelouse du Legia. Une victoire logique dans l'ensemble et qui laisse entrevoir les portes de la qualification pour les barrages de l'Europa League.
Football: Thomas Berens (Mertert/Wasserbillig): «Une fin heureuse!»
Jouer mal et s'imposer ou bien jouer et s'incliner? Patrick Leogrande et Joël Reichling ont été confrontés à cette équation ce dimanche. René Rippinger, quant à lui, est choqué par le score et la physionomie de la rencontre. Thomas Berens n'a pas reconnu son équipe tout comme Patrick Gloden.
L'entraîneur-joueur de Mertert-Wasserbillig, Thomas Berens, n'est pas satisfait de la prestation de ses joueurs malgré le point pris à Bertrange.