Changer d'édition

Dudelange: les causes du naufrage
Dino Toppmöller s'attendait à souffrir face à l'Olympiakos mais pas à vivre une telle déroute.

Dudelange: les causes du naufrage

Photo: AFP
Dino Toppmöller s'attendait à souffrir face à l'Olympiakos mais pas à vivre une telle déroute.
Sport 3 min. 09.11.2018

Dudelange: les causes du naufrage

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Les plus et les moins de cet Olympiakos-Dudelange

Le F91 a subi une véritable correction de la part de l'Olympiakos jeudi soir en Europa League (1-5). Les nombreuses erreurs individuelles et les approximations ont précipité la perte du navire dudelangeois. Décryptage.

Le système défensif

Si lors de la rencontre au stade Josy Barthel, Dino Toppmöller avait misé sur une défense à cinq, il a finalement décidé de revenir à sa traditionnelle défense à quatre pour tenter de contrer l'Olympiakos. Malheureusement pour lui et ses joueurs, le début de rencontre raté du F91 a fait voler en éclats le schéma tactique mis en place. A la différence du match aller, les hommes de Pedro Martins ont été particulièrement efficaces. Difficile dès lors de savoir si c'était ou non la bonne approche. Lors de la réception de l'Olympiakos, les joueurs de la Forge du Sud avaient pu compter sur le manque d'efficacité des Grecs pour tenir le match nul jusqu'à la 66e minute.

Le début de match

Lors des trois premières rencontres de l'Europa League, les Dudelangeois avaient, à chaque fois, encaissé leurs buts durant la seconde mi-temps. Jeudi soir au Pirée, le match était terminé après 36 minutes, pire même, après un quart d'heure et le 2-0 signé Kostas Fortounis, car on n'a jamais senti les champions du Luxembourg capables d'inverser le cours des événements. Les certitudes du F91 ont causé sa perte. La charnière Schnell-Prempeh s'est montrée brouillonne. Bisevac, dont l'expérience devait amener un plus au groupe, a été dépassé par la vitesse d'exécution des Grecs. Stolz et Kruska ont été transparents et Turpel s'est démené en pure perte. Dans ces conditions, difficile d'espérer décrocher un résultat intéressant à ce niveau surtout face à un adversaire en pleine confiance, ce qui n'était pas le cas lors du match aller.

Les erreurs individuelles

A la veille du match, l'entraîneur dudelangeois espérait que son équipe allait tenir le 0-0 le plus longtemps possible, histoire de semer quelque peu le doute dans les rangs de l'Olympiakos. Après seulement six minutes de jeu, Vasilis Torosidis trouvait le chemin du but. «Nos erreurs se sont payées cash. Collectivement, on peut travailler certaines phases  mais les fautes individuelles, c'est impossible à travailler», reconnaissait Toppmöller à l'issue des débats. Les événements ont tourné rapidement en faveur des Grecs au contraire de ce qui s'était produit il y a quinze jours. «C'était le plus mauvais des scénarios. En commettant de telles erreurs, c'est tout à fait normal de concéder autant de buts.»

Premier buteur dudelangeois en Europa League, Danel Sinani a répondu présent.
Premier buteur dudelangeois en Europa League, Danel Sinani a répondu présent.
Photo: AFP

Le but de Danel Sinani

C'est l'éclair dans la grisaille. «Je suis heureux d'avoir marqué ce but mais nous avons quand même perdu», déclarait le joueur à la sortie des vestiaires. Le n°9 dudelangeois est entré dans l'histoire en devenant le premier buteur d'un club luxembourgeois dans la phase de poules de l'Europa League en sauvant l'honneur. Outre ce but tant attendu après trois matches sans avoir secoué les filets adverses, Toppmöller a apprécié cet instant. «C'est historique et c'est un superbe but. C'est une action que j'aime voir, un joueur prend le ballon, provoque et tente sa chance au but. Danel a fait un super match. Il peut être fier de ce qu'il a fait aujourd'hui.» Toppmöller a également souligné la réaction de ses hommes en seconde période. «On savait que ce serait dur mais nous sommes ici pour apprendre, c'est une défaite qui n'est pas facile à accepter, mais on doit essayer de garder les points positifs.»

Rebondir au plus vite

Cette lourde défaite, concédée sur la pelouse du stade Karaiskakis, scelle définitivement l'élimination du champion du Luxembourg dans cette Europa League. Outre le F91, on retrouve aussi Marseille, finaliste la saison dernière, Anderlecht, Ludogorets, Larnaca, Apollon Limassol et Akhisar Belediye parmi les recalés à l'issue de cette 4e journée. Pour Dudelange, il reste encore deux matches à disputer (un déplacement à l'AC Milan et la réception du Betis Séville) pour démontrer que cette claque n'était finalement qu'un accident de parcours et que la leçon a été retenue.


Sur le même sujet

Soirée cauchemardesque pour le F91 à l'Olympiakos
Ecrasé 1-5 par le club du Pirée, Dudelange a subi sa plus lourde défaite depuis le début de la compétition ce jeudi soir à l'occasion de la quatrième journée de l'Europa League. Une rencontre qui a tourné très vite au calvaire pour le champion du Luxembourg.
Olympiakos'  players celebrate a goal  during the UEFA Europa League Group F second-leg football match between Olympiakos Piraeus and F91 Dudelange at the Georgios Karaiskakis Stadium in Piraeus on November 8, 2018. (Photo by Aris Messinis / AFP)
Le F91 dans le grand bain de l'Europa League
En écartant les Roumains de Cluj, Dudelange a validé sa participation à la phase de groupes de l'Europa League où il affrontera l'AC Milan, le Betis Séville et l'Olympiakos. Une grande première pour le Luxembourg.
Europa League - F91 Düdelingen / Betis Sevilla - Gruppenphase - 6.Spieltag - Foto: Serge Waldbillig