Changer d'édition

Du côté du FC Metz (Ligue 1): Vahid Selimovic: «J’estime être solide dans les duels»
Si Vahid Selimovic estime être solide dans les duels, il pense devoir progresser dans son jeu aérien, prendre du muscle et améliorer son pied gauche

Du côté du FC Metz (Ligue 1): Vahid Selimovic: «J’estime être solide dans les duels»

Photo: Michel Dell'Aiera
Si Vahid Selimovic estime être solide dans les duels, il pense devoir progresser dans son jeu aérien, prendre du muscle et améliorer son pied gauche
Sport 3 min. 09.08.2016

Du côté du FC Metz (Ligue 1): Vahid Selimovic: «J’estime être solide dans les duels»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
A 19 ans, Vahid Selimovic découvre le monde professionnel sous les couleurs du FC Metz. Titulaire face à Dijon (2-4) lors de la dernière rencontre de préparation, le Serbo-Luxembourgeois pourrait figurer dans le groupe qui affrontera Lille ce samedi à Saint-Symphorien (20h).

A 19 ans, Vahid Selimovic découvre le monde professionnel sous les couleurs du FC Metz. Titulaire face à Dijon (2-4) lors de la dernière rencontre de préparation, le Serbo-Luxembourgeois pourrait figurer dans le groupe qui affrontera Lille ce samedi à Saint-Symphorien (20h).

Propos recueillis par Hervé Kuc

Vahid, comment s’est déroulée votre intégration au sein du groupe professionnel du FC Metz?

J’ai signé mon contrat professionnel (3 ans, plus 2 en option), et dans la foulée, j’ai eu le plaisir de participer à la préparation d’avant-saison. Au centre de formation, on travaille très bien, mais dans les duels et dans la vitesse d’exécution, cela va beaucoup plus vite ici. Il faut être prêt!

Est-il compliqué de côtoyer des joueurs plus âgés et plus expérimentés que vous?

Il faut bien écouter ce que disent les «anciens», c’est très important, car leur expérience est précieuse et ils vous offrent beaucoup de bons conseils. Maintenant, ce n’est pas parce que nous sommes plus jeunes que nous ne devons pas nous exprimer sur le terrain. Vincent Thill, je le connaissais un peu, et j’ai découvert Chris Philipps que je connaissais moins. On se comprend bien.

Vous avez disputé l’intégralité de la partie face à Dijon (2-4). Que s’est-il passé au cours de ce match?

Nous avons très bien débuté la rencontre, nos vingt premières minutes (2-0) ont été très bonnes et notre jeu collectif a été de qualité. Ensuite, nous encaissons un but sur penalty, que je n’ai pas très bien vu, mais je suppose qu’il y a eu un tirage de maillot. Je suis d’abord très content d’avoir pu disputer quatre-vingt-dix minutes, de prendre de l’expérience: j’ai fait des erreurs, mais les erreurs ça se corrige. Il faut que je progresse encore.

Etait-ce la première fois que vous évoluiez sur la pelouse de Saint-Symphorien?

Non, j’avais déjà joué face à Seraing la saison dernière en amical. J’étais entré à quinze minutes de la fin, la pelouse de Saint-Symphorien est vraiment de grande qualité.

Comment jugez-vous votre association avec Simon Falette en défense centrale?

Il m’aide beaucoup, on communique bien ensemble ce qui est une chose très importante pour une charnière centrale. Après, il y a des choses à corriger avec le temps et les entraînements. Je ne suis qu’au début de ma carrière professionnelle.

Quels sont vos points forts et les domaines de votre jeu à améliorer?

J’aime bien faire des relances propres, de produire du jeu long quand nous avons le ballon. Défensivement, je dois progresser dans mon jeu aérien, prendre du muscle et améliorer mon pied gauche. J’estime être solide dans les duels.

Philippe Hinschberger vous a-t-il dit ce qu’il attendait de vous cette saison?

Nous n’avons pas encore vraiment parlé en tête-à-tête mais de mon côté j’essaye de tout donner et de bien travailler. Je suis content de pouvoir m’entraîner tous les jours avec le groupe professionnel, je suis là pour apprendre et bien sûr prendre du temps de jeu.

Que connaissez-vous de la Ligue 1 et que peut-on vous souhaiter?

C’est un niveau élevé, je ne connais pas d’équipe en particulier, mais je vais tout faire pour y gagner du temps de jeu. Souhaitez-moi tout simplement de ne pas connaître de blessure et de progresser.