Changer d'édition

Deuxième étoile pour des Bleus ultra réalistes
Sport 5 min. 15.07.2018 Cet article est archivé

Deuxième étoile pour des Bleus ultra réalistes

Paul Pogba a donné le coup de grâce à la Croatie en inscrivant le troisième but des Bleus.

Deuxième étoile pour des Bleus ultra réalistes

Paul Pogba a donné le coup de grâce à la Croatie en inscrivant le troisième but des Bleus.
Photo: AFP
Sport 5 min. 15.07.2018 Cet article est archivé

Deuxième étoile pour des Bleus ultra réalistes

La France est devenue championne du monde pour la seconde fois de son histoire. Vingt ans après leur sacre à domicile, les Bleus ont terrassé la Croatie quatre buts à deux ce dimanche à Moscou.

(AFP). Champagne! Le jour de gloire est arrivé pour les Bleus qui ont gagné la deuxième Coupe du monde de leur histoire, 20 ans après celle de 1998, en dominant la Croatie 4-2 au bout d'une incroyable finale du Mondial 2018, dimanche à Moscou.

Et c'est sous une pluie battante, à 19h32 exactement, que le capitaine Hugo Lloris a soulevé le trophée tant convoité, remis par le président de la Fifa Gianni Infantino sur le podium où se trouvaient trois chefs d'Etat, le Français Emmanuel Macron, le Russe Vladimir Poutine et la Croate Kolinda Grabar-Kitarovic.

A Paris, les Champs-Elysées ont été envahis avant même le coup de sifflet final par une foule en liesse, comme partout en France. Enterrés, les scores étriqués, comme dans la dernière édition (Allemagne-Argentine, 1-0 a.p.): il n'y avait jamais eu autant de buts dans une finale de Mondial depuis... 1966 (Angleterre-RFA, 4-2 a.p.)!

Eh oui, dans la capitale russe, l'étoile était bleue, décrochée par Antoine Griezmann, impliqué sur trois buts français, mais aussi par Paul Pogba et Kylian Mbappé, qui ont tué le match.

Mais voilà, quand la France tutoie les sommets, il se passe toujours quelque chose d'exceptionnel: c'étaient les deux coups de tête de Zinédine Zidane en 1998 face au Brésil de Ronaldo (3-0), puis son coup de boule en 2006 (défaite contre l'Italie aux tirs au but).

Dimanche, il y eut pour la première fois dans une finale de Mondial un but contre son camp, lorsque Mario Mandzukic déviait dans ses cages le coup franc de Griezmann (18e), mais aussi un recours à l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) entraînant un penalty, transformé par le même «Grizou» (38e). Là encore une première.

«DD» comme Zagallo et Beckenbauer 

Incroyable finale, décidément, quand N'Golo Kanté, jusqu'alors un des meilleurs joueurs du tournoi, passait totalement au travers de son match, au point d'être remplacé par Steven N'Zonzi dès la 55e minute; puis quand Hugo Lloris commettait une énorme boulette en ratant son crochet sur Mandzukic, qui n'en demandait pas tant (69e). Même si le gardien, finalement peu sollicité, a fait aussi une belle claquette, sur une frappe puissante de Ante Rebic (48e).

Mario Mandzukic a profité d'une bourde monumentale de Hugo Lloris pour relancer une dernière fois la Croatie. Trop tard...
Mario Mandzukic a profité d'une bourde monumentale de Hugo Lloris pour relancer une dernière fois la Croatie. Trop tard...
Photo: AFP

«Une compétition est réussie quand elle est gagnée», avait asséné le président Macron en visite à Clairefontaine fin mai pendant la préparation, exhortant la sélection à décrocher la «deuxième étoile» devant un Deschamps un brin gêné, lui qui ne promet jamais la lune.

Il la décroche plutôt qu'il n'en parle, «Dédé la Gagne», en entraîneur matois obsédé par le résultat. Et le capitaine de l'âge d'or de l'équipe française (doublé Mondial-1998/Euro-2000) a rejoint le Brésilien Mario Zagallo et l'Allemand Franz Beckenbauer, vainqueurs de Coupe du monde comme joueurs puis sélectionneurs.

Au coup de sifflet final, il a salué les supporters, les deux bras levés, les poings fermés. «Ne rien lâcher, ne jamais rien lâcher», comme il aime dire. Avant d'être porté en triomphe par ses joueurs.

«C'est tellement beau, tellement merveilleux», a-t-il exulté sur TF1. «Je suis super heureux pour ce groupe-là, car on est parti de loin quand même. Cela n'a pas été toujours simple, mais à force de travail, d'écoute... Là ils sont sur le toit du monde pour quatre ans».

Les Bleus avaient raté le toit de l'Europe en 2016 (défaite 1-0 a.p. contre le Portugal), et cette rancoeur s'est muée en rage. Ils avaient cédé à l'euphorie en battant l'Allemagne championne du monde en demi-finale de cet Euro à domicile? Pas cette fois, ont assuré les cadres après la victoire contre la brillante Belgique en demie (1-0). Ils étaient favoris? Ils l'ont assumé, au détriment des Croates de Luka Modric, élu Ballon d'Or du tournoi, qui connaissaient là leur première finale.

Mandzukic et Ivan Perisic, buteurs pour renverser l'Angleterre en demie (2-1 a.p.), ont été cette fois leurs héros paradoxaux, en marquant encore, mais le premier contre son camp puis grâce à Lloris, le second pour l'égalisation, avant d'offrir un penalty d'une main malheureuse.

Mbappé après Pelé

Les Croates avaient eu un jour de récupération en moins et disputé trois prolongations dans les tours précédents, c'est-à-dire l'équivalent d'un match en plus. Et cela s'est vu, dans la chaleur de cet après-midi moscovite, malgré un contrôle du jeu. Mais l'équipe à la Deschamps aime subir, pour mieux piquer.

Et cette bascule s'est opérée autour de l'heure de jeu, quand Pogba d'une frappe du gauche (59e) et Mbappé du droit (65e), tous deux depuis l'extérieur de la surface, faisaient chanter le Coq un peu plus fort encore.

Didier Deschamps et Kylian Mbappé, deux symboles d'une équipe de France pas toujours glamour mais diablement efficace.
Didier Deschamps et Kylian Mbappé, deux symboles d'une équipe de France pas toujours glamour mais diablement efficace.
Photo: AFP

Le Parisien de 19 ans, élu meilleur jeune du tournoi, devenait le deuxième plus jeune buteur en finale de la Coupe du monde, derrière... Pelé, bien sûr (17 ans en 1958). Et les comparaisons avec le légendaire Brésilien de refleurir, après avoir éclos lors de sa performance en 8e de finale contre l'Argentine (4-3) qui avait secoué la planète foot.

Deuxième étoile pour l'éternité dans le ciel des Bleus, et des images qui resteront au long de leur parcours, un premier tour laborieux, ce match d'anthologie contre les Argentins de Lionel Messi, puis maîtrise et solidarité contre l'Uruguay (2-0) et la Belgique (1-0).

Solidarité défensive, et fraternité, voilà le credo de cette équipe-là. Les Bleus devaient rentrer en France ce lundi pour être reçus en héros par le peuple de Paris et à l'Elysée, après une nuit mémorable. Pour ainsi dire à la belle étoile.


Sur le même sujet

Même s'il est resté muet au cours du match pour la troisième place perdu contre la Belgique (2-0), l'Anglais Harry Kane est devenu meilleur buteur de la Coupe du monde avec six réalisations.
Gareth Southgate a félicité Harry Kane.
Une page d'histoire à écrire, en cyrillique et à l'encre bleue: l'équipe de France est en finale du Mondial 2018 pour tenter de décrocher sa deuxième étoile, vingt ans après la première, dimanche à Moscou contre la Croatie (17h).
Les Bleus ont retenu les leçons de l'Euro 2016, mais attention aux génies croates.
Si proche, si lointaine, la finale de la Coupe du monde scintille à l'horizon de l'équipe de France. Mais pour l'atteindre, encore faut-il passer sur le corps des Diables Rouges de la Belgique, ce mardi soir à 20 heures à Saint-Pétersbourg.
Tout s'est joué en seconde période lors de France - Australie, ce samedi à Kazan dans le groupe C: Antoine Griezmann a ouvert le score à la 58e minute et Mile Jedinak a égalisé pour les Socceroos quatre minutes plus tard, à chaque fois sur un coup de réparation. Puis Paul Pogba a surgi à dix minutes de la fin pour offrir un succès étriqué (2-1) aux Bleus...
France's midfielder Paul Pogba (back) celebrates as Australia's goalkeeper Mathew Ryan reacts to conceding a goal during the Russia 2018 World Cup Group C football match between France and Australia at the Kazan Arena in Kazan on June 16, 2018. / AFP PHOTO / Kirill KUDRYAVTSEV / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO MOBILE PUSH ALERTS/DOWNLOADS
Ce match sent le piège à plein nez pour l'équipe de France: les Bleus doivent éviter une sortie humiliante de leur Euro, dimanche en quart de finale face à la surprenante Islande, qui a ébahi la planète football en faisant chuter l'Angleterre.
Football Soccer - Euro 2016 - France's Training - Domaine de Montjoye, Clairefontaine, France - 29/6/16 - France's Samuel Umtiti during training.  REUTERS/Charles Platiau