Changer d'édition

Deschamps: «Ne pas en faire une montagne»
Sport 2 min. 10.06.2016 Cet article est archivé
France - Roumanie

Deschamps: «Ne pas en faire une montagne»

Didier Deschamps a insisté sur la nécessité de faire abstraction du contexte avant le match d'ouverture de l'Euro entre la France et la Roumanie.
France - Roumanie

Deschamps: «Ne pas en faire une montagne»

Didier Deschamps a insisté sur la nécessité de faire abstraction du contexte avant le match d'ouverture de l'Euro entre la France et la Roumanie.
Photo: AFP
Sport 2 min. 10.06.2016 Cet article est archivé
France - Roumanie

Deschamps: «Ne pas en faire une montagne»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Didier Deschamps s'attend à ce que ses joueurs aient "la boule au ventre" au moment de pénétrer vendredi sur la pelouse du Stade de France pour le match d'ouverture de l'Euro-2016 face à la Roumanie (21h).

(AFP) - Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps s'attend à ce que ses joueurs aient "la boule au ventre" au moment de pénétrer vendredi sur la pelouse du Stade de France pour le match d'ouverture de l'Euro-2016 face à la Roumanie (21h), mais il espère qu'ils n'en feront «pas une montagne».

Après deux ans de matches amicaux, quelle est la force des Bleus par rapport au Mondial-2014?

Comme vous le savez, cela fait deux ans que l'équipe de France n'a pas joué de matches officiels. Il y a deux ans, il n'y avait pas les mêmes joueurs. C'est difficile de comparer. Je considère que j'ai une équipe de France compétitive, avec un potentiel offensif très intéressant. Evidemment, dans une grande compétition, il faut un bon équilibre et être capable de bien défendre. C'est ce qu'on s'est attaché à travailler durant la préparation et les matches amicaux. 

N'avez-vous pas peur que le contexte et la pression perturbent vos joueurs?

Indépendamment du match, il y a le contexte du match d'ouverture et tout ce que ça représente. Mais il ne faut pas en faire une montagne. Il ne faut pas se conditionner et se poser des questions. On se prépare depuis deux ans et il faut commencer la compétition avec de l'envie, de la détermination, de la générosité. Il faut banaliser le premier match. Moins l'environnement aura de l'influence sur les joueurs, mieux ce sera.

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre pour bien gérer la pression?

Chaque joueur a une sensibilité différente. L'essentiel est de ne pas se focaliser trop tôt, ne pas jouer le match avant, y aller avec de la confiance. Il faut avoir cette crainte, la boule au ventre, la mâchoire serrée mais on doit y aller sans calcul, sans pression, sans fébrilité. L'avant ne doit pas conditionner l'état d'esprit en rentrant sur la pelouse.

A quelle équipe de Roumanie vous attendez-vous?

Je m'attends à une équipe de Roumanie conforme à ce que j'ai vu sur les derniers matches. Elle a un collectif et une organisation défensive de grande qualité, mais elle est capable de venir chercher l'adversaire haut avec un quatuor offensif intéressant. Elle a cette capacité à faire déjouer l'adversaire. Elle défend très bien avec une grande discipline collective, mais elle ne reste pas dans ses 16,50m.

Pensez-vous posséder la meilleure attaque du tournoi?

Ça y est, on va sortir les clairons, les trompettes, on est les plus beaux, les meilleurs (rires). J'ai différents profils de joueurs et on est capable de marquer des buts, de mettre l'adversaire en difficulté. Une équipe qui veut aller loin a besoin d'un potentiel offensif important.

Trouvez-vous des similitudes avec le premier match des Bleus au Mondial-98 que vous avez remporté en tant que joueur?

Sincèrement, je ne regarde pas derrière. C'était il y a tellement longtemps, je n'avais pas la même tenue, le même rôle. Mais c'est du bonheur, on a tout fait pour arriver à ce match d'ouverture, c'est un privilège, beaucoup de plaisir. Après, il y a la vérité du terrain mais on a hâte que la compétition commence.




Sur le même sujet

A 29 ans, Lars Gerson (65 sélections, 4 buts) entamera vendredi sa sixième campagne de qualification avec les Roud Léiwen. Dans un groupe B très relevé avec le Portugal, la Serbie, l'Ukraine et la Lituanie, le joueur de l'IFK Norrköping espère voir l'équipe nationale encore progresser.
Lars Gerson (Luxemburg #7) Freisteller, Einzelbild, Aktion, Ganzkörper

/ Fussball, UEFA Nations League 2018, Saison 2018-2019, 1. Spieltag / 08.09.2018 /
Luxemburg - Moldawien (Luxembourg vs Moldova - Moldau) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus
Le rasta du SC Telstar, Gerson Rodrigues, se concentre à 100 % sur le match amical de la sélection luxembourgeoise face à la Hongrie ce jeudi (20h) au stade Josy Barthel, mais il ambitionne clairement un transfert vers un club plus huppé en décembre.
Gerson Rodrigues (Luxemburg - 7) vor Todor Nedelev (Bulgarien #8)

/ Fussball WM-Qualifikation 2018, World Cup Qualifiers, Russia 2018 / 10.10.2017 /
Luxemburg - Bulgarien (Luxembourg vs Bulgaria) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus
France - Luxembourg 0-0
Le jour de gloire est arrivé. Le match nul, au goût de victoire, obtenu contre la France (0-0), ce dimanche à Toulouse, à l'occasion des éliminatoires du Mondial 2018 restera sans doute comme l'un des plus grands exploits du football luxembourgeois. Il a été apprécié à sa juste mesure. Réactions.
Luxembourg's players celebrate after the FIFA World Cup 2018 qualifying football match France vs Luxembourg on September 3, 2017 at the Municipal Stadium in Toulouse, southern France.   / AFP PHOTO / REMY GABALDA
Pour ses premiers pas en équipe nationale d’Arménie, Alex Karapetian le buteur du F91, a joué la semaine dernière face à la Serbie (1-1) et la France (0-3). Le meilleur buteur de BGL Ligue nous confie ses impressions sur cette formidable aventure, qui ne sera sans doute pas unique.
Aleksandre Karapetian retrouve la BGL Ligue ce dimanche, avec la même motivation que celle affichée cette semaine en équipe nationale d'Arménie