Changer d'édition

Des compétitions liées aux tests rapides
Sport 2 min. 01.02.2021

Des compétitions liées aux tests rapides

Réalisés uniquement sur base volontaire, les tests rapides pour les sportifs des compétitions au Luxembourg seront payés par le ministère des Sports.

Des compétitions liées aux tests rapides

Réalisés uniquement sur base volontaire, les tests rapides pour les sportifs des compétitions au Luxembourg seront payés par le ministère des Sports.
Photo: AFP
Sport 2 min. 01.02.2021

Des compétitions liées aux tests rapides

Pour permettre la reprise des différents championnats de première division, le ministère des Sports mise sur un projet-pilote basé sur l'analyse des examens de sportifs volontaires. Avec la prise de risque que cela sous-entend, selon Dan Kersch.

(Jmh avec Jan Morawski) - «Pas prise à la légère», la décision de faire reprendre les différents championnats de première division se fera avec des mesures spécifiques pour éviter une nouvelle flambée des infections. Dès samedi, et le retour des matchs de handball et de football, puis pour ceux de basketball - 13 février - puis de volleyball - 27 février -, les athlètes devront subir des tests rapides.


Les tests pour les sportifs font débat
Prévue fin janvier, la reprise des compétitions sportives devrait s'accompagner d'un test rapide avant chaque match. Mais le choix de mobiliser 50.000 tests ne fait pas l'unanimité auprès des fédérations.

Destinés à limiter au maximum les risques, ces derniers concerneront en premier lieu les sports d'équipe dont la pratique ne peut garantir le respect de la distanciation sociale lors des compétitions. Et ce, malgré les risques potentiels d'erreur de ces examens. «Nous savons qu'il y a un danger de produire de faux résultats», annonce d'entrée de jeu Dan Kersch (LSAP), ministre des Sports, qui estime qu'«il peut arriver qu'une personne soit en fait négative et ne soit pas autorisée à jouer et qu'en même temps il y ait deux joueurs sur le terrain qui soient positifs». 

Raison pour laquelle «le respect des gestes barrières, hors du terrain, reste la règle», précise le Dr Thomas Dentzer, virologue au ministère de la Santé. Réalisés sur base volontaire, ces tests devront être commandés par les clubs et associations auprès du ministère des Sports, sur base de deux examens par semaine pour chaque athlète. A noter que les analyses, réalisées par un nombre limité de personnes spécialement formées pour l'occasion, doivent être «rapidement» transmises aux autorités afin de limiter au maximum les risques de contamination. «Le testeur possède donc une grande responsabilité», assure Dan Kersch.


Le joueurs de tennis sont autorisés à reprendre leur raquette, mais pas en double.
Kersch desserre timidement la vis sur le sport
Annoncées mardi par le Premier ministre, évoquées mercredi en commission parlementaire, les nouvelles mesures sanitaires pour les différentes pratiques ont été détaillées jeudi.

En cas de résultat positif, les sportifs devront alors rester en quarantaine pendant dix jours à leur domicile avant de présenter un test négatif pour pouvoir être à nouveau autorisé à jouer. A noter que les matches seront tout bonnement annulés si trois tests positifs sont enregistrés au sein d'une même équipe. Interrogé sur le coût de la mesure, Dan Kersch indique que chaque test coûte dix euros pièce, soit une enveloppe globale de 500.000 euros. «J'aimerais que nous dépensions tout, car cela signifierait que les joueurs ont profité en masse de cette offre», assure le ministre.

A noter enfin que cette campagne de tests rapides devrait aussi aider à la science. Car, pour l'heure, «nous ne savons pas grand-chose sur l'ampleur des contaminations chez les personnes qui pratiquent un sport», indique le Dr Dentzer en assurant vouloir exploiter les données recueillies «pour pouvoir mieux agir à l'avenir».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les tests pour les sportifs font débat
Prévue fin janvier, la reprise des compétitions sportives devrait s'accompagner d'un test rapide avant chaque match. Mais le choix de mobiliser 50.000 tests ne fait pas l'unanimité auprès des fédérations.