Changer d'édition

Dans le désert d'Arabie, avec les traceurs du Dakar
Sport 12 3 min. 24.10.2019

Dans le désert d'Arabie, avec les traceurs du Dakar

Les organisateurs du rallye Dakar finalisent le parcours de l'édition 2020 dans le désert d'Arabie saoudite

Dans le désert d'Arabie, avec les traceurs du Dakar

Les organisateurs du rallye Dakar finalisent le parcours de l'édition 2020 dans le désert d'Arabie saoudite
Photo: AFP
Sport 12 3 min. 24.10.2019

Dans le désert d'Arabie, avec les traceurs du Dakar

Dune après dune, cuvette après cuvette, les organisateurs du célèbre rallye finalisent le parcours de l'édition 2020. Un travail long et minutieux pour l'équipe chargée des reconnaissances dans le désert d'Arabie saoudite, nouveau décor de l'épreuve.

 (AFP) - Equipé de sa lampe frontale, une tasse de maté à la main, Pablo Eli, 44 ans, s'installe à son bureau au milieu du désert. La nuit est tombée, Marcel et Stéphane mettent en route le groupe électrogène pour préparer le repas du soir et vérifier que les 4x4 n'ont pas subi de casse, pendant que Bruno et Jim installent le bivouac. Et c'est une deuxième journée de boulot qui commence pour Pablo, le responsable du road book.


Australian biker Toby Price powers his KTM during the Dakar Rally Stage 8 between San Juan de Marcona and Pisco, in Peru, on January 15, 2019. (Photo by Franck FIFE / AFP)
Epilogue du Dakar: Al-Attiyah et Price au palmarès 2019
Tandis que le Qatari Nasser al-Attiyah (Toyota) a remporté son troisième Dakar en catégories autos, ce jeudi à Lima, après ses sacres en 2011 et 2015, l'Australien Toby Price (KTM) a quant à lui décroché son deuxième sacre chez les motos, après celui de 2016, en remportant la dixième et dernière étape de l'édition 2019 du célèbre rallye-raid.

Un à un, il reprend dans son cahier à spirale les petits schémas qu'il a dessinés au cours de la journée et qui doivent permettre aux concurrents du Dakar de ne pas se perdre dans l'immensité du désert et le dédale de dunes et de canyons qu'ils vont arpenter entre Jeddah et Ryad, du 5 au 17 janvier prochains.

«J'aime bien chercher le chemin et trouver de nouveaux endroits où faire passer la course, quand le mec finit la spéciale et me dit que c'était incroyable», explique l'Argentin devant des images satellites du parcours.

Aux côtés de son pilote Martin, il a noté chaque cap à suivre et chaque point de passage. Il a également signalé les dangers à éviter: ici un trou caché, une bosse, un risque de compression... là des cailloux ou des arbustes peu visibles. Le tout schématisé avec des dessins, des flèches et des sigles.

«Ce n'est pas seulement faire un dessin, c'est savoir ce que tu y mets», précise-t-il. «Tu dois imaginer ce que va faire le concurrent, ce qu'il va voir, ce qu'il a besoin de savoir pour prendre une décision», poursuit Pablo Eli, déjà maître du road book en 2015 et 2016, lors d'éditions qui s'étaient déroulées chez lui en Amérique du Sud sur des pistes qu'il connaissait par cœur.

Chameaux et fennecs

Cette année, c'est un nouveau territoire, l'Arabie saoudite, qui s'offre à lui. Après avoir parcouru l'Afrique et l'Amérique latine, le rallye s'est en effet expatrié au Moyen-Orient.

Désormais, on ne croise plus de lamas entre les dunes mais beaucoup de chameaux, et les condors ont laissé place aux fennecs. Pour Edo Mossi, qui a coordonné les reconnaissances, «c'est l'un des plus beaux déserts que j'aie vus. Du côté de la mer Rouge, on se croirait aux Maldives. Parfois ça ressemble au Maroc...»

C'est pas le Pérou

La course retrouve ainsi des décors qui devraient plaire aux nostalgiques des éditions africaines. «Ici, tout est plus grand. Quand tu trouves un endroit avec des dunes, c'est des dunes partout. Quand il y a un plateau, c'est un plateau de 50 km», explique Pablo. «Au Pérou par exemple, c'était beaucoup plus sinueux. Pour trouver des kilomètres de dunes, il fallait faire des tas de boucles. Ici, le parcours est linéaire, j'aime bien ça».

Mais tracer un parcours dans un pays inconnu n'est pas sans embûches. «C'est beaucoup plus difficile», reconnaît-il. «Hier on a suivi une mauvaise trace, on est arrivé en haut d'une montagne et on ne pouvait plus redescendre, on a dû faire demi-tour. Ça prend beaucoup plus de temps, tu dois faire plein d'allers-retours car on ne connaît pas l'endroit».

Après avoir signé un accord avec le royaume, le rallye devrait rester dans la région pour les cinq prochaines années au moins. «Ce sera peut-être plus facile les prochaines fois», veut croire Pablo.  


Sur le même sujet

Epilogue du Dakar: Al-Attiyah et Price au palmarès 2019
Tandis que le Qatari Nasser al-Attiyah (Toyota) a remporté son troisième Dakar en catégories autos, ce jeudi à Lima, après ses sacres en 2011 et 2015, l'Australien Toby Price (KTM) a quant à lui décroché son deuxième sacre chez les motos, après celui de 2016, en remportant la dixième et dernière étape de l'édition 2019 du célèbre rallye-raid.
Australian biker Toby Price powers his KTM during the Dakar Rally Stage 8 between San Juan de Marcona and Pisco, in Peru, on January 15, 2019. (Photo by Franck FIFE / AFP)
Dakar 2019: Metge et al-Attiyah vainqueurs à Pisco
Le Français Michael Metge (Sherco) a remporté ce mercredi, dans la catégorie motos, la neuvième et avant-dernière étape du Dakar 2019, une boucle Pisco-Pisco de 409 km, dont 313 de spéciale. Nasser Al-Attiyah (Toyota) a lui dicté sa loi en autos.
France's rider Michael Metge rides down the podium on the first day of the Dakar Rally in Lima,Peru on January 6, 2019. The Dakar Rally 2019 brings together 334 vehicles -motorcycles, 4-wheel drives, and trucks- with drivers from 61 nations, 17 of which are women. Due to economic and political concerns that caused the withdrawal of other countries in the region, this will be the first time the Dakar Rally is held in one country. (Photo by CRIS BOURONCLE / AFP)
Loeb puissance 4, les motards dans un mouchoir de poche
Et de quatre pour Sébastien Loeb! Le Français a décroché sa quatrième victoire sur le Dakar-2019, mardi, en remportant la huitième étape, qui le ramène à 46' du leader du général, Nasser al-Attiyah (Toyota). Price fait la bonne opération chez les motards.
Sébastien Loeb a le sens du panache. Battu pour battu, il ne lâche rien.
Dakar: Loeb s'écroule, Peterhansel se rebiffe
Stéphane Peterhansel (Mini) a pris sa revanche après une journée compliquée en remportant lundi la septième étape du Dakar-2019, qui a également vu Sébastien Loeb (Peugeot) lâcher prise au général.
Stéphane Peterhansel s'est imposé en vieil habitué.
Dakar 2019: Loeb s'écroule, Al-Attiyah se détache
Leader du classement général, le Qatari Nasser al-Attiyah (Toyota) a renforcé sa position en remportant son deuxième succès sur le Dakar-2019 en s'imposant, jeudi, dans la quatrième étape entre Arequipa et Tacna.
Mercredi, Nasser Al-Attiyah félicitait Stéphane Peterhansel pour sa victoire d'étape. Ce jeudi, les rôles sont inversés.
Dakar-2019: le bon coup de Peterhansel
Stéphane Peterhansel (Mini) fait coup double: en s'imposant, mercredi, à Arequipa, terme de la troisième étape du Dakar-2019, le Français a pris les commandes du classement général.
Steéphane Peterhansel et son copilote David Castera ont pris la tête du classement général après leur victoire dans la troisième étape.