Changer d'édition

Daniel Da Mota: «Je veux équilibrer les comptes»
Sport 6 min. 25.05.2018

Daniel Da Mota: «Je veux équilibrer les comptes»

Daniel Da Mota est en chasse. Il ambitionne de conquérir sa cinquième Coupe de Luxembourg dimanche contre Hostert.

Daniel Da Mota: «Je veux équilibrer les comptes»

Daniel Da Mota est en chasse. Il ambitionne de conquérir sa cinquième Coupe de Luxembourg dimanche contre Hostert.
Photo: Yann Hellers
Sport 6 min. 25.05.2018

Daniel Da Mota: «Je veux équilibrer les comptes»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
L'attaquant international a remporté quatre coupes avec Dudelange

Ce dimanche, face à Hostert, Daniel Da Mota (32 ans) a rendez-vous sur la pelouse du stade Josy Barthel pour conclure sa saison avec l'ultime étape de la Coupe Luxembourg qu'il a déjà remportée à quatre reprises. Ce sera la dixième finale de sa carrière, la première avec le Racing.

  • Dan, vous allez disputer votre dixième finale de Coupe de Luxembourg. Ce rendez-vous est-il rentré dans la norme ou est-ce toujours exceptionnel pour vous?

Pas de doute, cela reste un moment exceptionnel. Ce sera ma dixième finale, avec mon troisième club. J'en ai perdu cinq: deux avec Etzella, trois avec Dudelange... il faut maintenant que j'équilibre les comptes. Ce sera une de mes dernières ambitions. Il s'agit de sauver la saison du club, de rendre ce rendez-vous historique puisque c'est la première finale depuis la fusion. La première aussi depuis la saison 1996-1997 (défaite de l'Union 0-2 contre la Jeunesse). Une victoire serait une belle récompense pour le travail effectué jusqu'à maintenant.

  • Etant donné les promesses affichées avant le début du championnat, peut-on dire que le Racing est enfin à sa place en cette fin de saison?

Nous terminons le championnat à la septième place, mais si nous avions pris la totalité des points contre Rosport (2-2, 25e journée) et Rodange (2-2, 26e journée), nous aurions pu finir devant Differdange à la cinquième place. Qui aurait pu le croire après notre entame de championnat?

«Rester attentif aux moindres détails»

  • Personnellement, votre courbe de forme a aussi été ascendante depuis le changement d'entraîneur...

Effectivement!  Le changement de coach nous a fait du bien. Il (Patrick Grettnich) a beaucoup de caractère, il sait hausser le ton quand c'est nécessaire. Ce qui n'était pas le cas avec Jacques (Muller) qui était trop gentil pour être l'entraîneur d'une première équipe. C'est cela qui a fait la différence. Il faut aussi ajouter que nous avons commencé la saison avec dix nouveaux joueurs, avec de nouvelles mentalités, il nous fallait le temps que ça se mette en place, que nous trouvions le bon système de jeu. Nous avons alors su réagir au bon moment.

  • Votre replacement en attaque vous a aussi permis, à titre individuel et collectif, de mieux vous exprimer et de gagner des matches.

J'ai joué attaquant, ce qui n'était pas arrivé depuis mon départ d'Etzella (en juillet 2008 après deux saisons à 26 et 18 buts). J'ai retrouvé mes repères et peu à peu le chemin du but (4 réalisations en championnat).

Ce n'est pas donné à tout le monde de jouer une finale de coupe"

  • Avant la finale de dimanche, quel est votre rôle au sein du vestiaire du Racing?

Mon rôle est de motiver l'équipe, que tout le monde fasse en sorte de rester concentré. Je leur dit et je leur répète que ce n'est pas donné à tout le monde de jouer une finale de coupe, qu'il faut aussi penser à ce qu'il y a derrière avec une participation en Europa League en cas de victoire. Ce sont toujours de bons moments de disputer les tours préliminaires d'une Coupe d'Europe, de partir à l'étranger, de rencontrer de belles équipes. C'est une belle récompense. Il faut se mettre ça dans la tête et pas se dire: "On va jouer une finale de coupe et puis ce sera les vacances". Ceux qui ne sont pas motivés pour jouer une finale de coupe, et encore plus pour la gagner, peuvent rester à la maison. Ce n'est pas le cas de mes coéquipiers, mais il faut rester attentif aux moindres détails. Du premier au 25e joueur, tous doivent être motivés à 200%.

«Ne pas jouer le match dans la tête»

  • Excepté ce domaine de la concentration, quels sont les éléments à gérer au mieux?

Il nous faut poursuivre sur la bonne dynamique de ces deux ou trois derniers mois. Il faut avoir confiance en nos moyens, que l'on soit menés ou pas. Il nous reste un match, il faut le jouer à fond, mais il ne faut pas auparavant le jouer dans la tête. Si c'est le cas, cela pourrait mal tourner.

  • Que pensez-vous si on vous dit que vous portez l'étiquette de favori de cette finale?

Au vu de l'ensemble de la saison, Hostert est davantage favori que nous (l'USH s'est imposée 2-1 lors de la 2e journée et a fait 0-0 lors de la 14e journée). On finit très proches (le Racing est 7e avec un point de plus), on a des joueurs qui viennent de l'étranger, d'autres ont joué des finales, mais pour moi cela reste du 50-50.

Réveil, petit déjeuner, Téléfoot..."

  • Un élément pourrait être déterminant ce dimanche: la chaleur. Qu'en pensez-vous?

C'est certain. Lors de toutes les finales que j'ai disputées, ou quasiment toutes, il faisait vachement chaud. Il faut donc gérer les efforts, ne pas courir à l'aveugle. Si on commence à courir dans tous les sens, sans réfléchir, à vouloir tout faire dès le coup d'envoi, ça peut tourner mal. 

  • Si vous ne deviez retenir qu'une finale que vous avez jouée, ce serait...

...celle de l'année dernière contre le Fola  était belle (4-1), mais la plus belle à mes yeux est celle contre la Jeunesse lorsqu'on part en prolongations et qu'on s'impose par après (en 2012).

  • Qu'allez-vous faire lors des dernières heures avant cette finale?

Je ne vais rien changer à ma préparation habituelle. Ce sera entraînement, travail, puis samedi, comme tous les samedis, je partagerai mon temps avec ma famille. Dimanche non plus pas de changement: réveil, petit déjeuner, Téléfoot, déjeuner et ce sera le temps du rendez-vous avec l'équipe. 

Ses neuf précédentes finales

31 mai 2003

CS Grevenmacher  - Etzella Ettelbruck (PH) 1- 0

Temps de jeu: 25 minutes de jeu

22 mai 2004

F91 Dudelange -  Etzella Ettelbruck  3- 1 ap. prol.

24 minutes de jeu

30 juin 2009

UN Käerjéng 97 - F91 Dudelange 0- 5

90 minutes, un but (0-4, 72e)

29 mai 2011

FC Differdange 03  - F91 Dudelange  1- 0

32 minutes de jeu

26 mai 2012

F91 Dudelange  - Jeunesse d'Esch  4- 2 ap.prol.

90 minutes de jeu, un carton jaune (110e)

23 mai 2014

FC Differdange  03 - F91 Dudelange 2- 0

28 minutes de jeu, un carton jaune (72e)

31 mai 2015

FC Differdange 03 - F91 Dudelange 1- 1 ap. prol. 4- 3 aux tirs au but

120 minutes de jeu, un carton jaune (85e)

29 mai 2016

F91 Dudelange - US Mondorf  1-0

88 minutes de jeu, le but du match (32e), un carton jaune (52e)

28 mai 2017

F91 Dudelange - CS Fola Esch 4-1

90 minutes de temps de jeu, un carton jaune (66e)




Sur le même sujet

Les chiffres à retenir de la 19e journée de BGL Ligue
L'appétit du Fola et la gourmandise du Titus Pétange sont deux des ingrédients au menu de ce week-end pascal qui a vu aussi Strassen succomber à la tentation du but adverse. Nous avons aussi décrypté le jeu de Sébastien Thill et Mario Pokar lors du choc.
Incroyable mais vrai!
BGL Ligue: Differdange 03: pourquoi ça coince!
La rechute à Hostert dimanche (2-1) a rejeté Differdange à la septième place du classement de BGL Ligue à deux journées de la fin du premier tour. Brillant la saison dernière, le club de la Cité du Fer broie du noir. Tentative d'explications.
Gauthier Caron tente de subtiliser le ballon à Thomas Battaglia. Le retour en pointe du Differdangeois ne s'est pas soldé par un succès.