Changer d'édition

Cyril Serredszum: «Milan devait défendre d'une autre manière»
Sport 4 min. 09.02.2015 Cet article est archivé
Football

Cyril Serredszum: «Milan devait défendre d'une autre manière»

Cyril Serredszum: «Le FC Metz est capable de faire aussi bien que Caen qui vient d'aligner quatre succès».
Football

Cyril Serredszum: «Milan devait défendre d'une autre manière»

Cyril Serredszum: «Le FC Metz est capable de faire aussi bien que Caen qui vient d'aligner quatre succès».
Archive LW
Sport 4 min. 09.02.2015 Cet article est archivé
Football

Cyril Serredszum: «Milan devait défendre d'une autre manière»

Cyril Serredszum, l'ex-Messin et actuel entraîneur-adjoint du Fola, a suivi avec intérêt la prestation des Messins à Bastia (2-0). Il loue l'état d'esprit d'ensemble mais n'a pas apprécié le match de Juan Falcon et estime que Guido Milan devait adopter un autre comportement défensif.

Cyril Serredszum, l'ex-Messin et actuel entraîneur-adjoint du Fola, a suivi avec intérêt la prestation des Messins à Bastia (2-0). Il loue l'état d'esprit d'ensemble mais regrette également l'apathie offensive des hommes d'Albert Cartier. Il n'a pas apprécié le match de Juan Falcon et estime que Guido Milan devait adopter un autre comportement défensif.

Cyril, que pensez-vous de la production messine?

Le FC Metz a fait une bonne première période et a affiché un état d'esprit de qualité. Bien sûr, ils ont subi et ont eu très peu d'opportunités d'embêter la défense corse même si Métanire (36e) aurait pu marquer. Je remarque que les Messins se trouvent en difficultés sur les coups de pieds arrêtés alors que nous possédons des joueurs de grande taille dans l'axe défensif. Avec trois joueurs avertis au cours des 45 premières minutes (N'Daw, Milan et Palomino), il fallait également faire attention.

Vous pensez à l'expulsion de Guido Milan (50e)?

Oui. Le contexte corse est spécial, le public est présent et l'arbitre ne laisse rien filer. Là, Guido Milan sait qu'il n'a plus le droit à l'erreur et dès l'entame de la seconde période il faute: à ce niveau de compétition, Milan devait défendre d'une autre manière. La remarque est aussi vraie pour le carton jaune reçu par N'Daw (3e) car commettre une telle faute en début de partie à 70 mètres de son but, c'est peu intelligent. Le FC Metz a évolué à dix contre onze à Lyon puis à nouveau ce samedi soir à Bastia. C'est beaucoup trop pour une équipe qui veut se sauver.

Les Messins comptent quatre points de retard sur Toulouse (17e, 25). Est-ce inquiétant?

Cela commence à faire beaucoup. On attend maintenant un déclic qui doit arriver cette semaine. Jeudi, en Coupe de France face à Brest, il serait bon de se qualifier puis de profiter de la confiance emmagasinée pour distancer Guingamp trois jours plus tard à Saint-Symphorien en championnat (25e journée). Tous les joueurs doivent en faire plus et apporter plus offensivement. Pour en revenir à l'occasion de Métanire, on peut constater que la seule occasion de marquer a été offerte à un défenseur. Il faut vite que les attaquants se montrent plus.

Justement, qu'avez-vous pensé du duo d'attaquants Falcon-Maïga?

Falcon a été en grosse difficulté car il a trop peu gardé le ballon et s'est montré «léger» dans les duels: il n'a pas fait un bon match. Modibo Maïga a été plus percutant mais s'est retrouvé trop seul en seconde période quand Albert Cartier a sorti Falcon (55e pour Marchal) pour rééquilibrer l'équipe suite à l'expulsion de Milan.

Depuis le début de saison, le FC Metz affiche l'un sinon le plus mauvais pourcentage de possession de balle. Est-ce la source de ses problèmes?

On peut très bien gagner un match sans avoir forcément le ballon majoritairement, mais, dans ce cas-là, il faut absolument posséder des attaquants adroits, vifs et efficaces. Tout le contraire du FC Metz qui ne dispose pas d'attaquants qui font de bons appels. A quoi cela sert-il d'avoir une tonne d'occasions si vous ne marquez pas? Certaines équipes sont capables de gagner une rencontre en se créant une ou deux opportunités franches.

Pensez-vous que le public messin puisse avoir un rôle déterminant dans l'opération maintien?

Oui! Je pense que c'est l'ensemble des composantes du club qui permettra à l'équipe de s'en sortir. Il faut rester solidaires et le public a un grand rôle à jouer. Il faut pousser et encourager les hommes d'Albert Cartier face à Brest et devant Guingamp.

• Albert Cartier est-il menacé?

C'est le lot de tout entraîneur dont l'équipe n'a pas de résultats. Ce sont les dirigeants qui vont juger si le groupe est derrière Albert ou non. Il y a quelques semaines, beaucoup de personnes pensaient que Caen allait rejoindre la Ligue 2 et finalement cette équipe vient d'aligner quatre succès de rang. Tout peut aller très vite dans le football et le FC Metz est capable de faire aussi bien que Caen (14e, 27 points).

Propos recueillis par Hervé Kuc


Sur le même sujet

Spectateur attentif de Metz-Guingamp (0-2), l’ex-Messin Marco Morgante n’a pas du tout aimé la partition des hommes d’Albert Cartier: déchets techniques trop élevés et défaillances individuelles trop nombreuses. 
Ferjani Sassi, l'éclair dans la grisaille grenat. Sera-ce suffisant pour repartir de l'avant?
Football / Avant Metz - Guingamp (dimanche)
Vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations 2015 avec la Côte-d'Ivoire, le Messin Cheick Doukouré devrait être titularisé par Albert Cartier lors de la réception de Guingamp ce dimanche (17h).
C'est avec le statut de champion dÂfrique que Cheick Doukouré retrouve le FC Metz. «Je vais essayer de transmettre ma confiance au groupe en sachant que je ne pourrai rien changer tout seul», dit-il.
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)
Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.
Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
Football / Après le revers à Toulouse
Le cœur partagé entre Metz et Nancy, Bernard Zénier suit la saison du FC Metz de façon très régulière. Il a regardé le FC Metz se faire distancer par Toulouse (0-3) et donne une analyse pointue des difficultés de son ancienne formation à produire du jeu loin de Saint-Symphorien.
Bernard Zénier est persuadé que les Messins vont relever la tête face au PSG.
Observateur de choix lors de l'opposition entre le FC Metz et Caen (3-2), Denis Balbir (55 ans) a apprécié l'état d'esprit et la solidarité des hommes d'Albert Cartier. Résidant à Metz depuis six ans, le présentateur actuel de M6 a suivi les joueurs d'Albert Cartier du National à la Ligue 1. Il tresse des louanges à Malouda, Métanire et Maïga mais égratigne les groupes de supporters messins grévistes.
Denis Balbir est un fidèle de Saint-Symphorien.
Emmené par un tonitruant Serguei Krivets, le FC Metz a su prendre le meilleur sur Bastia (3-1). Milan s’est refait une santé morale en marquant un joli but et Malouda a plu par sa qualité de passe. Les Messins s’en iront à Guingamp mercredi prochain (7e journée)
Sergei Krivets était l'homme du match.