Changer d'édition

Cyclisme: Vuelta 2015: retour au classicisme sur la route de Madrid
Sport 3 min. 10.01.2015 Cet article est archivé

Cyclisme: Vuelta 2015: retour au classicisme sur la route de Madrid

Cyclisme: Vuelta 2015: retour au classicisme sur la route de Madrid

Infographie: lavuelta.com
Sport 3 min. 10.01.2015 Cet article est archivé

Cyclisme: Vuelta 2015: retour au classicisme sur la route de Madrid

Le Tour d'Espagne 2015, dont le parcours a été présenté samedi à Torremolinos (Andalousie), s'annonce une nouvelle fois nerveux et accidenté, avec cette année un retour aux fondamentaux de l'épreuve, les Pyrénées et l'arrivée finale à Madrid ayant été réintégrées dans le tracé.

(AFP) - Le Tour d'Espagne 2015, dont le parcours a été présenté samedi à Torremolinos (Andalousie), s'annonce une nouvelle fois nerveux et accidenté, avec cette année un retour aux fondamentaux de l'épreuve, les Pyrénées et l'arrivée finale à Madrid ayant été réintégrées dans le tracé.

 Pour son 80e anniversaire, qui coïncide avec sa 70e édition, la Vuelta s'élancera le 22 août de Puerto Banus, sur la Costa del Sol (Andalousie), et s'achèvera le 13 septembre dans la capitale espagnole.

 Dans l'ensemble, les organisateurs ont misé sur du classique: contre-la-montre par équipes initial et plusieurs journées en Andalousie, remontée le long de la côte valencienne, puis une étape-reine en Andorre, un triptyque montagnard en Cantabrie et dans les Asturies et, pour conclure, un unique contre-la-montre individuel à Burgos à cinq jours de l'arrivée.

 On est loin du parcours détonnant de 2014, où la Vuelta avait fini par un court chrono à Saint-Jacques-de-Compostelle (Galice) après avoir soigneusement évité les pentes pyrénéennes.

 Ce qui n'a pas changé, en revanche, c'est le recours aux arrivées au sommet, gages de spectacle et marque de fabrique du Tour d'Espagne ces dernières années. En 2015, neuf étapes s'achèveront en haut d'une difficulté, ce qui devrait en principe favoriser les escaladeurs pour la victoire finale, d'autant qu'un seul "chrono" individuel est au programme.

«C'est un parcours très exigeant avec des arrivées explosives», a estimé l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar), vainqueur en 2009 et qui a fait de la Vuelta son grand objectif de 2015. «C'est un beau parcours, les spectateurs vont prendre beaucoup de plaisir.»

 Pas de «monstre» avant l'arrivée

La première semaine, en particulier, s'annonce propice aux escarmouches pour le maillot rouge de leader avec cinq arrivées en côte ou en altitude en l'espace de huit jours, dont la septième étape, la première de «vraie» montagne, qui s'achève à La Alpujarra dans la Sierra Nevada (Andalousie).

 Mais c'est surtout l'étape-reine d'Andorre (11e étape) qui doit faire frissonner les favoris: au lendemain de la première journée de repos, le peloton devra avaler six cols successifs sur une distance assez réduite (138 km) qui risque de rendre la course incontrôlable.

«Cette étape va laisser des traces dans cette Vuelta, qui sera difficile et séduisante», a pour sa part estimé le Catalan Joaquim «Purito» Rodriguez (Katusha), quatrième du classement final en 2014.

 La deuxième partie de l'épreuve s'annonce également assez corsée avec notamment trois étapes successives de haute montagne en Cantabrie et dans les Asturies (14e, 15e et 16e étapes) avant la seconde journée de repos et le contre-la-montre de Burgos (17e étape).

 En revanche, contrairement aux années précédentes avec l'Angliru ou l'Ancares, il n'y aura cette fois pas de col «monstre» à la veille de l'arrivée. Ce rendez-vous a été remplacé par un parcours assez exigeant dans la Sierra de Madrid, avant une ultime étape en forme de parade dans les rues de la capitale et a priori réservée aux sprinteurs.

 Alberto Contador (Tinkoff), vainqueur sortant, devrait a priori se concentrer cette saison sur le Giro et le Tour de France, à l'instar de Vincenzo Nibali (Astana), lauréat en 2010. Mais pour les déçus de juillet, la Vuelta fera à nouveau office de lot de consolation et ça aussi, ça n'a pas changé.


Sur le même sujet

Yates assuré du sacre, Mas s'impose à la Gallina
Le Britannique Simon Yates (Mitchelton) s'est assuré samedi de remporter, sauf accident, le Tour d'Espagne 2018 après la 20e étape arrivant au sommet du col de la Gallina (Andorre), où l'Espagnol Enric Mas (Quick-Step) s'est imposé à la veille de l'arrivée à Madrid.
Enric Mas a signé sa première victoire sur un grand Tour mais la 64e de la Quick-Step en 2018.
Tour d'Espagne: les jambes à Malaga, la tête aux Mondiaux
Le maillot rouge, marchepied vers le maillot arc-en-ciel? De nombreux grimpeurs, alléchés par l'exigeant tracé des Mondiaux fin septembre en Autriche, s'alignent au départ du Tour d'Espagne samedi à Malaga avec l'idée d'en faire une rampe de lancement vers le titre planétaire.
Ben Gastauer (Ag2r) sans objectif précis sinon celui de proposer un cyclisme offensif.
Tour de France 2017: Mondorf confirmé, les cinq massifs montagneux visités
Le Tour de France 2017, qui partira le 1er juillet de la ville allemande de Düsseldorf, sera moins montagneux que l'édition 2016, avec moins de cols mais les légendaires Galibier et Izoard au programme, suivant le parcours dévoilé officiellement mardi par son directeur Christian Prudhomme. Mondorf accueillera le départ de la troisième étape qui arrivera à Vittel.
Christian Prudhomme a rendu un vibrant hommage à Bernad Hinault.