Changer d'édition

Cyclisme / Saison 2015: Christine Majerus: «Etre performante sur la durée»
Sport 1 4 min. 12.01.2015 Cet article est archivé

Cyclisme / Saison 2015: Christine Majerus: «Etre performante sur la durée»

Sport 1 4 min. 12.01.2015 Cet article est archivé

Cyclisme / Saison 2015: Christine Majerus: «Etre performante sur la durée»

Au cours des prochains mois, Christine Majerus espère accrocher son ticket pour les JO de Rio. Mais la Cessangeoise veut aussi briller avec son équipe.

Au cours des prochains mois, Christine Majerus espère accrocher son ticket pour les JO de Rio. Mais la Cessangeoise veut aussi briller avec son équipe.

La formation Boels-Dolmans Cycling Team a été présentée ce jeudi à Eindhoven. Pour aborder cette nouvelle aventure, la structure néerlandaise a réduit ses effectifs. De quinze filles en 2014, le cadre 2015 ne compte que dix filles et l'équipe peut compter sur le soutien de Specialized.

• Christine, un petit mot sur l'équipe version 2015?

Je suis arrivée là où je voulais être depuis le début. On fait partie du Top 3 mondial, on a la chance de collaborer avec les vélos Specialized. Les sponsors Boels et Dolmans ont aussi resigné jusqu'en 2016 et ils nous ont donné les moyens pour réussir. L'effectif a été réduit en quantité mais nous avons un groupe de qualité. Trois nouvelles filles sont arrivées durant l'hiver et elles vont nous apporter un plus sur le plan du contre-la-montre (Chantal Blaak, Amalie Dideriksen, Evelyn Stevens). Il me restera à me battre pour la dernière place dans l'équipe pour les Mondiaux de chrono (rires). J'ai déjà pas mal progressé l'an dernier, j'espère poursuivre dans cette voie au cours des prochains mois. C'est pas gagné.

• Votre première partie de l'année 2014 a été gâchée par une blessure, abordez-vous 2015 avec un sentiment de revanche?

J'ai réussi à relativiser ce qui m'est arrivé en 2014. La seconde partie de ma saison était excellente avec de très bons mois en juillet et en août avec notamment mon meilleur résultat en Coupe du monde avec une 6e place (Sparkassen Giro) et une 4e place dans une course par étapes (Internationale Thüringen Rundfahrt der Frauen). Ce sont des résultats qui valent mieux que certaines victoires. Je ne suis pas revancharde, je veux rester dans la continuité.

En 2015 Christine Majerus va devoir jongler entre ses ambitions personnelles et celles de son équipe Boels-Dolmans.
En 2015 Christine Majerus va devoir jongler entre ses ambitions personnelles et celles de son équipe Boels-Dolmans.
Photo: Serge Waldbillig

• Qu'attendez-vous de cette nouvelle saison?

C'est une saison pré-olympique. A partir du 1er juin, il y aura les qualifications qui vont débuter. Il faudra voir comment je pourrai jongler avec le calendrier de l'équipe et mon ambition personnelle à savoir me qualifier pour les JO. La chasse aux points est très difficile pour les petites nations comme le Luxembourg. Je suis obligée de marquer des points pour gagner ma place mais c'est très stressant car tout peut arriver, une saison blanche et je peux oublier la qualification. J'espère décrocher mon ticket le plus vite possible et être sereine pour la suite de la saison.

• Au cours des derniers mois, on a le sentiment que l'on parle un peu plus du cyclisme féminin?

Il y a eu notamment La course by le Tour en juillet. J'espère que les gens se sont rendus compte que les filles ou les garçons, cela reste du cyclisme. Si on aime le sport, peu importe qui se retrouve sur le vélo. Les organisateurs commencent aussi à le comprendre. Cette année lors du cross du Koppenberg, les primes des messieurs et des dames était équivalente. Les Américains sont en avance à ce niveau. Il faut s'imaginer un sponsor américain qui met de l'argent dans une course en Europe pour que les filles touchent la même chose que les garçons. J'espère que d'autres organisateurs vont suivre mais surtout que cela va se prolonger dans le temps. Marianne Vos a fait énormément pour notre sport, ma crainte c'est que cela ne soit qu'un feu de paille.

• Par contre au Luxembourg, on a le sentiment que vous êtes un peu seule?

C'est un sujet délicat. C'est même déprimant. J'avais espéré que les résultats que j'ai obtenus ces derniers temps motiveraient plus de filles. Mais j'ai le sentiment qu'il n'y a pas vraiment d'aide derrière. Il faudrait que la Fédération fasse un effort à ce niveau j'ai l'impression que l'on s'éparpille. Les moyens ne sont pas nombreux. Si on doit choisir entre aller avec les filles en Irlande et les garçons ailleurs, on va choisir une fois les filles mais l'année suivante, ce seront les garçons qui seront prioritaires. Cela se voit de l'extérieur que cela ne marche pas. Qui a encore envie de faire du vélo alors que l'on sait qu'il n'y a pas de soutien? Si on poursuit dans cette voie, il n'y aura pas énormément de représentantes à un très haut niveau. Ce sera plus le fruit du hasard qu'une politique de développement. On nous répète qu'il n'y a pas assez de moyens mais je pense qu'il n'y a pas assez de volonté de la part de certaines personnes. On choisit la facilité.

Propos recueillis par Eddy Renauld


Sur le même sujet

Christine Majerus s'est invitée parmi le gratin mondial
Retour sur les moments clés de la saison 2019 qui lui a permis d'intégrer le cercle très fermé des dix meilleures cyclistes. La multiple championne nationale n'est pas rassasiée pour autant et ambitionne de prendre part aux JO de Tokyo, ce qui serait sa troisième expérience olympique après Londres en 2012 et Rio en 2016.
Christine Majerus
De Bech à Mamer, focus sur la saison sur route
Le GP François Faber (juniors et masters) et le GP OST-Manufaktur (élites et Espoirs), organisés par l'ACC Contern, lancent la saison sur route au pays. Ces deux épreuves se dérouleront ce dimanche à Bech.
La saison sur route au Luxembourg se déroulera du 24 mars au 1er septembre.
Michel Ries mise sur la continuité
Après une première année encourageante sous les couleurs de Polartec, Michel Ries compte bien confirmer en 2019. Une nouvelle saison qui débutera ce mercredi au Tour de la Communauté de Valence.
Michel Ries pense déjà aux futures échéances. «Je veux confirmer mes résultats de 2018», dit-il.
Les chiffres de la saison 2018 des Luxembourgeois
La victoire de Bob Jungels sur la Doyenne ou encore les places d'honneur de Christine Majerus et Jempy Drucker sans oublier les adieux de Laurent Didier ont rythmé l'année 2018 du cyclisme luxembourgeois.
Bob Jungels et Ben Gastauer avant le départ de l'Amstel Gold Race 2018