Changer d'édition

Philippe Piette: «Je vois le FC Metz se qualifier à Lens»
Sport 4 min. 05.01.2017 Cet article est archivé
Coupe de France

Philippe Piette: «Je vois le FC Metz se qualifier à Lens»

Chris Philipps, ici au côté de David Oberhauser, pourrait à nouveau recevoir sa chance ce dimanche à Lens.
Coupe de France

Philippe Piette: «Je vois le FC Metz se qualifier à Lens»

Chris Philipps, ici au côté de David Oberhauser, pourrait à nouveau recevoir sa chance ce dimanche à Lens.
Photo: Michel Dell'Aiera
Sport 4 min. 05.01.2017 Cet article est archivé
Coupe de France

Philippe Piette: «Je vois le FC Metz se qualifier à Lens»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Le FC Metz se rend à Lens (L2), ce dimanche (14h15) pour y disputer son 32e de finale de la Coupe de France. L’ancien Messin et Lensois, Philippe Piette (58 ans), meilleur buteur du FC Metz (12 buts) lors de la saison 1980/1981, présente l’évènement.

Le FC Metz se rend à Lens (L2), ce dimanche (14h15) pour y disputer son 32e de finale de la Coupe de France. L’ancien Messin et Lensois, Philippe Piette (58 ans), meilleur buteur du FC Metz (12 buts) lors de la saison 1980/1981, présente l’évènement.

Propos recueillis par Hervé Kuc

Philippe, comment se présente l’opposition entre Lensois et Messins de ce dimanche?

Pour le RC Lens, recevoir une formation qui évolue en Ligue 1 représente un beau challenge. C’est un match de reprise pour les deux clubs mais je suis certain qu’il va y avoir du rythme et beaucoup d’engagement. La partie va se jouer à fond ! C’est un excellent match de préparation en vue du championnat qui est l’objectif prioritaire de Metz et de Lens. Le premier veut se maintenir au sein de l’élite et l’autre veut y accéder.

Vous l’avez annoncé, c’est un match de reprise. Les deux équipes seront-elles prêtes physiquement?

Les Messins auront déjà à l’esprit leur quart de finale de Coupe de la Ligue qu’ils disputeront à Paris mercredi prochain, c’est certain. Les hommes de Philippe Hinschberger s’y rendront pour se faire plaisir, c’est une belle affiche. Les deux entraineurs comptent sur le sérieux de leurs joueurs pour avoir respecté le programme de maintien en forme entre les fêtes. Le problème, tu peux l’avoir avec les jeunes joueurs: ils veulent sortir, profiter de la vie et peuvent négliger certains aspects. Les «anciens» savent le sérieux qu’il faut mettre à cette période de l’année. Les premiers matchs de janvier sont toujours très importants.

Comment jugez-vous la première partie de saison des Grenat en Ligue 1?

Ce championnat de L1 est hyper serré: avec trois points de plus les Messins occuperaient la 11e place au général et ça irait mieux pour eux. J’estime qu’il y a neuf formations qui vont batailler pour éviter la descente ou ce match de barrage. Mevlüt Erding a sacrément manqué au jeu offensif du FC Metz et les hommes de Philippe Hinschberger ont pris quelques «claques» à la maison: c’est très surprenant car lorsque tu commences bien ton championnat tu emmagasines de la confiance et cela t’aide à taquiner les équipes plus huppées. Cela n’a pas été le cas et j’en suis frustré.

Le club messin pourrait s’appuyer sur quelques jeunes de son équipe réserve mais elle occupe actuellement la 12e place sur 14 de son groupe de CFA2…

Chaque année des clubs comme Metz, Lens ou Valenciennes se doivent de lancer des jeunes issus de leur centre de formation. A mon époque, il y en avait plein: Souto, Rohr, Morgante, Sonor à Metz, Vercruysse et Huard à Lens. S’ils n’arrivent plus à garder leurs meilleurs jeunes éléments ou ceux qui jouent dans un rayon géographique proche, c’est grave pour ces clubs-là. Aujourd’hui, quand un gamin a 13 ans, il s’appuie déjà sur un agent pour l’aiguiller, défendre ses intérêts et le conseiller: je suis déboussolé par tout ceci. Effectivement, l’écart entre la Ligue 1 et le CFA2 est très important, surtout quand l’équipe réserve occupe le bas de classement. C’est délicat de lancer des jeunes parmi l’élite dans ces conditions. Quand je jouais l’équipe B évoluait en Division 3, ce qui équivaut au National actuellement.

Metz a vécu un mois de décembre très délicat: des pétards face à Lyon, deux revers nets à Bastia (2-0) et Caen (3-0) et un partage des points sur le fil devant Guingamp (2-2). Qu’en pensez-vous?

Si j’avais été joueur, j’aurais été en colère lors de la partie face à Lyon. On mène 1 à 0 et des pétards viennent te saborder le match. Ce genre de geste ne devrait plus arriver dans un stade de football et surtout en Ligue 1: on entre donc facilement avec des pétards en poche! Je trouve ceci très bizarre et très dommage pour Metz et le football français. La Coupe d’Afrique des Nations va pénaliser beaucoup de formations, cela peut profiter à certaines équipes. Quand je jouais, il y avait des Yougoslaves à Metz et des Polonais à Lens, nous étions moins pénalisés en janvier.

Peut-on connaître votre pronostic pour le match de Coupe de France de ce dimanche?

Je vois bien le FC Metz aller se qualifier à Lens sur le score de 2 à 1. Metz a connu une «cassure» dans ses résultats mais il peut profiter du voyage dans le Nord pour se relancer.

Auriez-vous aimé être professionnel en 2017?

Aujourd’hui, sur une période de dix ans de professionnalisme, si tu es sérieux et gères bien l’affaire, tu peux mettre ta famille à l’abri pendant toute une vie. C’est pour cela que les jeunes ont tout intérêt à en prendre conscience et à faire les efforts demandés dans le football actuel. 



Sur le même sujet

Luc Sonor porte fortement le FC Metz dans son cœur et ce qu’il a pu voir face à Guingamp et Bordeaux ne plaît pas à l’ex-latéral grenat. Les hommes de Philippe Hinschberger accueilleront Monaco ce vendredi (20h45) avec la peur de recevoir une démonstration de football et de subir un score élevé.
Luc Sonor demande de la mansuétude au peuple grenat envers Philippe Hinschberger.
Alain Gérard a passé vingt-cinq ans à soigner les joueurs du FC Metz (1982-2007) tout en étant l'un de leurs meilleurs supporters. Il ne rate aucune des partitions messines et sera bien entendu présent ce samedi pour le match contre Lens (20h).
Durant 25 ans, Alain Gérard a soigné et a été le confident des joueurs messins.
Football / Après FC Metz - Nice (0-0)
Témoin privilégié et attentif des prestations messines à Saint-Symphorien, Denis Balbir croit en les valeurs de la maison messine pour réussir à se maintenir. Néanmoins, il pointe du doigt l’absence d’un buteur capable d’inscrire entre huit et dix buts par saison et se demande pourquoi le FC Metz n’a pas enrôlé Julien Feret (Caen), un temps sur les tablettes mosellanes.
Chris Philipps, ici au côté de Niklas Hult, s'est découvert des talents de patineur samedi soir. L'international luxembourgeois a bien plu à Denis Balbir.
Football / Après Lens - FC Metz
L'ex-Messin Phillipe Piette (56 ans) a suivi avec intérêt le succès lensois face au FC Metz (2-0). Il a confiance en la rigueur d'Albert Cartier pour redresser la barre face à Bordeaux puis à Marseille.
«Je suis beaucoup plus inquiet de l'avenir du RC Lens que celui du FC Metz», estime Philippe Piette.