Changer d'édition

Christine Majerus: "Si je fais un Top 20, je remplis ma mission"
Sport 4 min. 27.07.2012

Christine Majerus: "Si je fais un Top 20, je remplis ma mission"

Christine Majerus sera seule dimanche sur la course en ligne, mais la Cessangeoise a l'habitude de cette configuration.

Christine Majerus: "Si je fais un Top 20, je remplis ma mission"

Christine Majerus sera seule dimanche sur la course en ligne, mais la Cessangeoise a l'habitude de cette configuration.
(Photo: Fernand Konnen)
Sport 4 min. 27.07.2012

Christine Majerus: "Si je fais un Top 20, je remplis ma mission"

Première Luxembourgeoise à représenter son pays en cyclisme aux jeux Olympiques, Christine Majerus ne compte pas s'attarder à ce fait historique. Habituée à courir seule, la Cessangeoise compte sur sa science de la course pour prendre la bonne roue.
  • Christine, quel sera votre objectif dans cette course en ligne?

J'en ai plusieurs. Le premier c'est de profiter de cette expérience car j'ai bien l'intention d'aller au moins jusque Rio. Ensuite, je ne vais pas cracher sur une bonne place. Je devrai prendre les bonnes roues car ce n'est pas moi qui vais peser sur la course. A moi de courir intelligemment. 

  • Vous fixez-vous un objectif chiffré?

Si je fais un Top 20, je remplis le contrat. Mais je sais aussi que si ma course est parfaite de A à Z, je peux faire mieux. Je reste cependant réaliste. Je serai seule. Je sais courir intelligemment. A moi d'en profiter.

  • Que pouvez-vous nous dire sur ce circuit de 140 km avec deux fois le Box Hill à franchir?

Je suis allée le reconnaître en mai. C'est un circuit où tout peut se passer car le Box Hill, ce n'est pas qu'un faux-plat! Il faudra voir comment les grandes nations souhaitent que la course se déroule. Ça peut partir dans le Box Hill comme aller au sprint. Il faudra rester vigilante et courir aux avant-postes pour éviter les cassures. C'est un circuit exigeant. Encore plus pour les garçons qui devront franchir neuf fois la bosse. Pas sûr que les sprinteurs soient avantagés.

  • Ce sera donc une course stratégique, mais qui peut se gagner à la pédale?

Oui mais avec seulement deux passages du Box Hill, les sprinteuses peuvent tirer leur épingle du jeu. Il faudra être polyvalente pour passer et sprinter derrière.

  • Quand on est seule comme ce sera votre cas, peut-on imaginer une alliance avec d'autres filles isolées?

Au début, je serai vraiment seule. Ensuite, si je me retrouve dans une échappée, je peux décider de rouler ou pas, voir où est mon intérêt. Je suis habituée de courir seule toute l'année. Je sais quand je dois faire l'effort ou pas. Les coalitions, je pense que ça se fera entre grandes nations afin d'en éliminer d'autres.

  • Y a-t-il une roue à prendre dès le début ou cela se fera-t-il à l'instinct, au gré de la course?

Je connais les filles qui marchent bien. Il faudra faire attention aux leaders. Mais à un moment donné, je devrai opérer un choix. Je ne pourrai pas sauter dans tous les coups. Si les meilleures bougent et que j'ai l'occasion d'y aller, je ne me ferai pas prier.

  • Qui seront les filles à battre?

Les Pays-Bas avec Mariane Vos et Annemiek Van Vleuten qui dominent cette année. Elles vont vouloir durcir la course pour éviter un sprint car c'est un exercice qui a déjà coûté cher à Vos dans les grands moments. Les Allemandes ont de grosses rouleuses mais peuvent aussi compter sur la pointe de vitesse d'Ina Teutenberg. Elles ont un double jeu. Les Italiennes, elles, vont essayer d'amener Bronzini au sprint. Elles vont tout miser dessus.

  • Que représente les jeux Olympiques pour vous?

C'est un but avoué et je tiens à remercier toutes mes coéquipières qui m'ont toujours soutenue dans cette quête. C'est un projet collectif. Je suis fière d'avoir réussi car il n'y a que 67 places aux Jeux et tout le monde veut y être.

  • Vous serez la seule Luxembourgeoise dans la course. Une déception?

Je suis un peu déçue mais c'est le jeu des sélections. D'autres nations sont dans le même cas. Il y a eu ce règlement compliqué mais c'est comme ça. Avec cinquante points de plus, Nathalie (Lamborelle) aurait pu être de le partie. Il ne faut pas s'arrêter là dessus.

  • Vous allez marquer l'histoire de votre pays en étant la première cycliste de l'histoire à représenter le Luxembourg aux Jeux. Vous réalisez?

Pas encore. C'est le genre de choses auxquelles on ne pense pas quand on cherche à se qualifier. Je préfèrerais que cela serve de vocation. Moi, je suis partie de rien. Aujourd'hui, je suis arrivée à un bon niveau avec un peu de sérieux, un peu de talent et beaucoup de travail.

à Londres, Christophe Nadin