Changer d'édition

Christine Majerus: «Mon ambition pour 2019? Une qualification pour Tokyo»
Un 10e sacre à l'issue d'une course sérieuse pour Christine Majerus.

Christine Majerus: «Mon ambition pour 2019? Une qualification pour Tokyo»

Photo: Serge Waldbillig
Un 10e sacre à l'issue d'une course sérieuse pour Christine Majerus.
Sport 3 min. 13.01.2019

Christine Majerus: «Mon ambition pour 2019? Une qualification pour Tokyo»

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
La Cessangeoise va étrenner ce lundi à Oetegem son nouveau maillot de championne nationale, le dixième de sa carrière. A bientôt 32 ans, Christine Majerus reste ambitieuse à trois semaines des Mondiaux même si son objectif en 2019 est de décrocher son ticket pour le Japon.

Christine, quel est votre sentiment après ce dixième maillot tricolore?

Si les journalistes ne me parlaient pas du 10e titre, je n'aurais aucune idée du nombre de maillot national que j'ai remporté. Le plus important, c'est de porter cette tunique à l'étranger. C'est un maillot qui est reconnu et respecté.

Un petit mot sur ce parcours?

Je suis contente qu'il y avait un peu plus de boue que durant la semaine, c'était un peu plus ludique. Techniquement, c'était quand même compliqué. Quand on est grand, cela doit être compliqué, les virages, les relances,.. Quand je pense à Lex Reichling, je ne sais pas comment il a fait. Je peux comprendre que les organisateurs favorisent leur coureur, il faut le respecter mais on aurait pu laisser de côté l'un ou l'autre virage. Cela n'aurait pas changé l'issue des courses. En ce qui concerne la course, c'était important d'être rapidement devant, c'est une sécurité. Je peux mieux me concentrer. Je voulais signer une course régulière, j'ai réussi à boucler chaque tour en 10 minutes. Je suis parvenue à signer une prestation sérieuse sans faute technique. Je suis contente qu'il y avait un peu plus de boue que durant la semaine, c'était un peu plus ludique.

Que représente ce nouveau titre à vos yeux?

Le plus important, c'est la qualité plutôt que la quantité. On peut gagner X titres sans concurrence, cela ne compte pas beaucoup. Les plus belles courses restent celles ou on a un peu plus d'opposition. Au Luxembourg, c'est plus compliqué car on n'a pas la densité de filles comme dans d'autres pays. Mais on ne choisit pas, on fait avec.

Quelle sera la suite de votre saison?

Il me reste cinq épreuves internationales dont les deux dernières manches de Coupe du monde avant les Mondiaux et puis ce sera déjà la fin. C'est passé très vite. C'était un peu plus compliqué cette saison, la concurrence est de plus en plus rude. Dès qu'on est un peu moins bien, on recule très vite de cinq, six places au classement. J'ai dû vivre avec cela, je n'ai pas non plus vécu un bon mois de décembre mais je sens que la forme revient. J'ai signé quelques résultats sur des C1 et des C2, j'espère que cela va me donner confiance pour les prochaines courses et les Mondiaux.

A propos des Mondiaux, quels sont vos objectifs?

C'est vrai qu'on peut toujours rêver mais cela me semble utopique d'espérer pouvoir faire la même chose que l'an dernier (4e Valkenburg) mais on ne sait jamais. Si les conditions sont réunies pourquoi pas. Si ce n'est pas le cas, je n'aurai aucun regret et puis il y aura la saison sur route qui est plus importante pour moi cette année. Mon ambition sera de me qualifier pour les JO 2020 de Tokyo. C'est le plus important en 2019 que le cross.  

Qu'est-ce qui vous motive encore?

C'est mon métier (rires). J'adore cela et j'ai la chance de pouvoir vivre de ma passion, ce n'est pas le cas de tout le monde. On ne fait pas cela toute une vie, je sais aussi que je suis plus proche de la fin de ma carrière qu'au début, j'essaye de profiter au mieux de la forme que j'ai mais aussi garder quelques bons souvenirs de ma carrière. Mais je suis encore partie pour deux ans. Après Tokyo, il sera temps de se poser quelques questions. 


Sur le même sujet

Dias Dos Santos enfin titré, Kess détrône Schreiber
Tout vient à point à qui sait attendre. Jamais sacré sur les Nationaux, Vincent Dias Dos Santos a enfin pu toucher au Graal ce dimanche à Brouch. Gusty Bausch et Scott Thiltges ont complété le podium. Nicolas Kess est titré chez les Espoirs.
Vincent Dias Dos Santos a eu le temps de savourer son succès.
Christine Majerus: «Ma meilleure année»
Sans surprise, la Cessangeoise a décroché ce jeudi soir son cinquième titre de sportive de l'année, le quatrième de rang, à l'issue d'une année 2018 qu'elle considère comme la meilleure de sa carrière.
Christine Majerus / Sportspress Awards Night / Mondorf / 06.12.2018 / Foto: kuva
Loïc Bettendorf: «Je vise le titre de champion national cette saison»
Dans la catégorie Juniors (moins de 19 ans), Loïc Bettendorf domine son sujet avec trois victoires sur trois cyclo-cross disputés, et à chaque fois avec la manière, qui plus est, avec entre une et deux minutes d’avance sur son plus proche poursuivant. Des résultats qui augurent une belle saison pour le coureur du Cycling Team Atertdaul.
Cyclisme: Arthur Kluckers: «J'espère être sélectionné pour Valkenburg»
Arthur Kluckers (17 ans, VC Schengen) a commencé sa saison en trombe, avec une victoire à Dommeldange, manche de la Skoda Cross Cup, et une 18e place au Koppenberg Cross (DVV Trofee). Le champion national du contre-la-montre junior poursuit autant d’objectifs sur le plan national qu’au niveau international.
Arthur Kluckers beim Cyclocross-Weltcup in Namur - Foto: Serge Waldbillig