Changer d'édition

Chris Stumpf: «Je pourrais vivre avec un nul contre Rosport»
Sport 4 min. 26.09.2018 Cet article est archivé

Chris Stumpf: «Je pourrais vivre avec un nul contre Rosport»

Chris Stumpf a pris ses quartiers sur le flanc gauche de l'US Hostert. Pas facile de l'en déloger.

Chris Stumpf: «Je pourrais vivre avec un nul contre Rosport»

Chris Stumpf a pris ses quartiers sur le flanc gauche de l'US Hostert. Pas facile de l'en déloger.
Photo: kuva
Sport 4 min. 26.09.2018 Cet article est archivé

Chris Stumpf: «Je pourrais vivre avec un nul contre Rosport»

Privé de ses deux repères les plus proches Drif et Mura, Chris Stumpf a mis du temps, à l'instar de son équipe, à trouver le rythme de la compétition. Le latéral gauche de l'US Hostert espère battre Rosport à la maison dimanche, mais pourrait aussi vivre avec un nul.
  • Chris, on redoutait le début de championnat pour l'US Hostert et il fut en effet douloureux. Pourquoi?

Parce qu'on a une nouvelle équipe avec beaucoup de joueurs transférés. Ça réclame du temps pour se connaître et prendre le rythme. Parfois, dix matches amicaux ne suffisent pas. Le championnat, c'est toujours autre chose et on n'était pas au niveau en début de saison. Mais on n'a pas lâché l'affaire. On a travaillé pour faire mieux.

  • On dit toujours que la saison de la confirmation est plus difficile que celle qui permet à une équipe de se révéler. Pourquoi?

Nous, quand on est monté, on a gardé toute l'équipe avec des garçons comme Drif, Mura et Battaglia notamment. Et quand tu joues en Promotion d'Honneur, les meilleurs joueurs ne sont pas toujours dans le viseur des recruteurs. On en a profité la saison dernière avant de perdre plusieurs joueurs importants.

  • Quand on doit reconstruire une équipe, quelles sont les principales difficultés?

Sur un plan personnel, je jouais avec Drif devant moi et Mura à mes côtés. Aujourd'hui, c'est Lahyani et Hoffmann. Je dois apprendre à les connaître mais ça commence à venir.

  • Quelle fut votre réaction personnelle après la lourde défaite (1-6) contre Strassen?

On n'a pas bien joué même si on a marqué le premier but. Et Strassen, ce n'était pas Dudelange ni le Fola. Je me suis dit que ça allait être dur.

  • Vous n'aviez pas tort...

Oui, même si on reste sur trois matches sans défaite avec notamment deux victoires. On se situe toujours dans le bas de classement.

  • Le déclic s'est-il produit au Progrès (1-1)?

Oui ce fut le premier résultat positif. Après avoir pris des claques contre Strassen et le Racing, on ne pensait pas nécessairement faire un résultat à Niederkorn, mais on a été solide. Même menés, nous sommes revenus. On était content. On devait continuer, mais surtout gagner.

  • Ce match nul, ça reste votre match référence?

C'est difficile à dire. Oui sur le plan football et au niveau de la mentalité car on a bien défendu et on a bien joué une fois qu'ils étaient à dix. Contre Etzella, on a gagné mais on a été nul. On a défendu pendant tout le match. Contre Rumelange, on n'était pas plus fort. On a juste été solide. 

Contre Etzella, on a gagné mais on a été nul. On a défendu pendant tout le match.

  • Voilà Rosport qui se présente ce dimanche. Une victoire sinon rien?

Rosport est un adversaire direct pour le maintien. Il ne faut surtout pas perdre. Avant Etzella, on voulait prendre quatre points sur six. Maintenant, on en a déjà trois. C'est vrai qu'à la maison, on veut toujours gagner. On ne va pas voir beaucoup de buts dimanche. Si on gagne 1-0, ça me suffit, mais je peux aussi vivre avec un match nul. Ce match sera tout de même important car on doit encore jouer Differdange, la Jeunesse et le Fola. Et là, on ne devrait pas prendre beaucoup de points...

  • Dans ce groupe d'Hostert, y a-t-il assez de concurrence à votre poste?

C'est au coach de mettre l'équipe. J'ai Alex Sacras qui est mon concurrent. Je lui donne un coup de main. On peut aussi être complémentaire avec l'un derrière l'autre. Mais je préfère jouer derrière. Quand j'étais à Käerjéng, on m'a toujours aidé. Il y avait Fiorani à mes côtés dans le vestiaire. C'était mon joueur préféré quand il jouait en première et moi en juniors.  Puis il y a eu Pit Hess qui m'a aussi donné un coup de main.

  • Sur un plan personnel, comment avez-vous digéré cette finale de la Coupe de Luxembourg perdue contre le Racing?

J'y pense encore toujours, mais je préfère perdre une finale qu'au premier tour. Ce n'est pas donné à tout le monde de jouer devant 3.000 personnes. C'est difficile d'oublier, mais ça n'a pas laissé de trace dans le groupe. Le renouveau de l'effectif a fait en sorte qu'on est rapidement passé à autre chose.

  • Toujours à propos de vous, ne pensez-vous pas franchir un cap pour jouer dans un club plus ambitieux?

Pour ça je dois recevoir des offres. J'ai toujours rêvé de jouer à Differdange ou à la Jeunesse.

  • Vous vous imaginez jouer un jour sans votre frère?

J'ai toujours joué avec lui en équipe première. On s'est toujours dit qu'on changerait ensemble. Mais les frères Agovic se sont séparés. Si mon frère reçoit une offre du Fola, je ne vais pas l'empêcher d'y aller.

  • Pour finir, peut-on connaître vos pronostics pour cette septième journée?

Dimanche à 16h

F91 - Titus Pétange 3-1

RMHB - Etzella 1-1

Hostert - Rosport 1-0

Differdange - Rumelange 2-0

Dimanche à 17h

Mondorf - Racing 2-1

Dimanche à 18h

Strassen - Jeunesse 0-2

Lundi à 20h

Fola - Progrès 2-1


Sur le même sujet

Mayron De Almeida (Progrès): «On ne peut plus gaspiller»
L'ancien joueur de Virton et Tours (22 ans) fait partie des bonnes surprises de ce début de saison. Brillant sur la scène européenne, le Progrès a connu une mise en route laborieuse en championnat. La venue de Differdange dans un derby qui s'annonce chaud, samedi 17h30, doit permettre aux Jaune et Noir de redresser la barre.
Mayron de Almeida (Niederkorn #7)
/ 02.08.2018 Fussball Europa League Qualifikation, 2. Runde, Rückspiel, Saison 2018-2019 / 02.08.2018 /
LUX, ELQ, FC Progres Niederkorn (BEL) - Honved Budapest (HUN) / 
Stade Municipal de la Ville de Differdange, Oberkorn /
Foto: Ben Majerus