Changer d'édition

Chris Philipps: «Je suis prêt pour Saint-Marin»
Chris Philipps pensif... Le n°6 de la sélection se connaît suffisamment pour savoir qu'il est prêt pour Saint-Marin

Chris Philipps: «Je suis prêt pour Saint-Marin»

Photo: Yann Hellers
Chris Philipps pensif... Le n°6 de la sélection se connaît suffisamment pour savoir qu'il est prêt pour Saint-Marin
Sport 4 min. 14.10.2018

Chris Philipps: «Je suis prêt pour Saint-Marin»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Mutsch, Malget et Gerson sont forfaits contre Saint-Marin

A Lipperscheid,

De retour sur la pelouse, pour un match complet qui plus est, vendredi avec la sélection à Minsk (défaite 0-1) après un mois sans jouer et une blessure à un pied, Chris Philipps (24 ans, 48 sélections) a de bonnes sensations avant d'affronter Saint-Marin ce lundi (20h45) en Ligue des Nations.

Chris, quelles impressions gardez-vous de cette défaite encourue à Minsk, vendredi face à la Biélorussie?

La déception, bien sûr, puisque c'était une défaite. Aujourd'hui, on aborde les matches pour les gagner avec l'équipe nationale. Je note qu'ils ont beaucoup souffert en deuxième mi-temps, ils avaient du respect pour nous. Avec deux jours de recul, je me dis que les mots qui ont été prononcés et les analyses qui ont été faites à chaud après le match étaient justes. J'ai revu certaines actions du match, et oui, l'analyse était bonne. Mais on les rejouera en novembre à domicile, et si on gagne les trois matches qu'il nous reste à jouer, on finira premier du groupe et on sera qualifiés.

Et sur un plan personnel, comment se sont passées ces 90 minutes alors que vous n'aviez plus joué depuis le 11 septembre à... Saint-Marin?

C'est une question que je me posais, au même titre que la presse, avant le match, car je n'ai pas joué ces dernières semaines en club, et en plus je revenais de blessure. Je me suis bien senti sur le terrain, et je dois dire que, par rapport au contexte, j'ai trouvé ma prestation plutôt correcte. Physiquement, comme prévu, il y avait beaucoup d'intensité dans les duels. A la fin, cela devenait difficile, mais c'était difficile aussi pour les vingt-deux joueurs sur le terrain! Je me tiens prêt pour Saint-Marin, ce lundi. Il ne faut pas croire que, parce que je ne joue pas avec mon club, je traîne toute la journée. Je suis un joueur professionnel, et je garde la forme; il y a un préparateur physique pour cela au club. Je me connais suffisamment pour être prêt. Après, sur le terrain, au niveau des sensations pour quelqu'un en manque de temps de jeu, ce n'est pas nécessairement physiquement que cela se joue, mais aussi la répétition des gestes, ou le positionnement qui est une de mes qualités. C'est quelque chose qu'on ne perd pas forcément.

Quels souvenirs conservez-vous du match aller à Saint-Marin (victoire 3-0) le 11 septembre dernier à Serravalle?

Ils avaient bien débuté la rencontre, en se créant quelques situations intéressantes, ainsi que l'un ou l'autre coups francs et corners. C'est une équipe à respecter, à prendre au sérieux. Après, nous nous sommes facilité la tâche en ouvrant la marque rapidement (9e minute par Maxime Chanot, ndlr), et après tout est devenu plus aisé. Mais ce match a aussi montré que nous devons nous montrer plus calmes dans les vingt derniers mètres adverses. C'est un processus qu'on est en train d'accomplir et de travailler aux entraînements, et il reste encore des choses à améliorer. On l'a aussi constaté face à la Moldavie à domicile. C'était la première fois où nous étions confrontés à ce genre de match, et cela nous a appris certaines choses. En tout cas, on avait abordé le match avec de bonnes intentions. C'est sûr que c'était un match complètement différent de celui de vendredi à Minsk.

Gerson, Mutsch et Malget forfaits, Joachim douteux

Pour négocier cette quatrième rencontre du groupe 2, en Division D de la Ligue des Nations, Luc Holtz doit acter un triple forfait: à Mario Mutsch, blessé à un mollet au milieu de la semaine passée et Lars Gerson, en souffrance au niveau des ligaments internes d'un genou depuis une semaine, qui avaient déjà fait l'impasse sur le match en Biélorussie vendredi, s'est ajouté le défenseur central dudelangeois Kevin Malget, blessé à un pied sur la pelouse de Minsk, qu'il avait d'ailleurs désertée en seconde période au profit d'Enes Mahmutovic.

Par ailleurs, Aurélien Joachim n'a pas participé à l'entraînement programmé ce dimanche à 17h30 à Lipperscheid. L'attaquant de l'Excelsior Virton souffre d'une blessure à un orteil, stigmate de la bataille de Minsk. «J'ai pris un coup après quinze minutes. Ensuite, j'ai pris une aspirine à la mi-temps, et cela a été pour finir le match, mais après l'orteil a gonflé.» Boitant bas dans les couloirs du Sporthôtel Leweck à Lipperscheid, «Auré» est très douteux pour ce lundi.

Malgré tous ces avatars, Luc Holtz ne voit pas l'intérêt de rappeler l'un ou l'autre joueur, et fonctionne donc avec un cadre de vingt éléments pour aborder le virage saint-marinais ce lundi.


Sur le même sujet

Laurent Jans: «Pour moi, Metz est un club de Ligue 1»
Présent à Lipperscheid ce lundi pendant que son club, le FC Metz se déplaçait à Sochaux dans le cadre de la 10e journée de Ligue 2, Laurent Jans (26 ans, 48 sélections) se borne à respecter la décision qui a été prise.
Laurent Jans (Kapitän Luxemburg #18) nimmt den Ball mit der Brust an

/ Fussball, UEFA Nations League 2018, Saison 2018-2019, 1. Spieltag / 08.09.2018 /
Luxemburg - Moldawien (Luxembourg vs Moldova - Moldau) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus