Changer d'édition

Chris Philipps: «C'est un vrai défi que d'être dans ce rôle de favori»
Absent face au Sénégal et contre la Géorgie, au printemps, Chris Philipps fait son retour en sélection pour la Ligue des Nations.

Chris Philipps: «C'est un vrai défi que d'être dans ce rôle de favori»

Photo: Ben Majerus
Absent face au Sénégal et contre la Géorgie, au printemps, Chris Philipps fait son retour en sélection pour la Ligue des Nations.
Sport 5 min. 07.09.2018

Chris Philipps: «C'est un vrai défi que d'être dans ce rôle de favori»

Avant Luxembourg - Moldavie ce samedi à 20h45

Chris Philipps a subi les turbulences du Legia Varsovie, son club, de plein fouet. Six mois après sa dernière apparition avec les Roud Léiwen, l'ancien Messin savoure ses retrouvailles avec la sélection avant le début de la Ligue des Nations samedi. 

Chris, question toute simple: vous connaissez une période de votre carrière plutôt délicate, comment allez-vous?

Ça va!... sur le plan physique j'ai quand même disputé quelques matches (98 minutes en championnat, 90 minutes en Supercoupe de Pologne, et 204 minutes en Coupe d'Europe). Je ne suis donc pas "à la  rue". De plus, nous nous entraînons dur toute la semaine, surtout avec le nouveau coach (Ricardo Sa Pinto). Les entraînements sont plus intenses, alors forcément je me sens assez bien physiquement. J'ai eu un petit problème à un genou (inflammation à un tendon) mais ça s'améliore de jour en jour. Je serai à 100% samedi, donc tout va bien.

Le début de saison de votre club a été très laborieux. Vu de l'extérieur, on a l'impression que c'est vous qui en avez fait les frais.  Ça doit être difficile à vivre...

C'est sûr que c'est difficile à vivre!Depuis le début de saison, ça ne se passe pas très bien. Collectivement, nous avons pratiquement raté tout ce que nous avons entrepris.  Ça a commencé avec la Supercoupe (défaite 2-3 contre Arka Gdynia)  alors que les supporters auraient aimé que pour une fois on la gagne. Autre moment difficile, notre élimination sur la scène européenne (1-2 et 2-2 contre Dudelange). A titre individuel, j'en fais sans doute un peu les frais actuellement. C'est une situation qui n'est pas facile à vivre, mais il faut rester concentré sur l'essentiel. Avant de partir, j'ai eu une discussion avec le coach. Il m'a dit qu'il ne fallait pas que je baisse les bras et qu'il était content de ce qu'il voyait de moi à l'entraînement. J'espère qu'il me le montrera par un petit geste, en me mettant sur le terrain.

J'espère que les gens ont quand même compris que cette équipe du F91 n'était pas une équipe d'amateurs.

Aujourd'hui, la sélection ressemble à une belle bouffée d'oxygène n'est-ce pas?

Effectivement, d'autant plus que cela faisait six mois que je n'étais pas venu. Je suis content de retrouver le groupe, de goûter à nouveau à tout son environnement. Nous avons devant nous des choses très sérieuses avec ces matches de Ligue des Nations, c'est très excitant de revenir d'autant plus que passer trois mois au sein du club ce n'est pas ce qu'un international a l'habitude de vivre.

Le fait que Dudelange est aujourd'hui en phase de groupes de la Ligue Europa a-t-il un peu atténué la déception de l'élimination?

On m'a posé la question si cela avait changé le regard des gens en Pologne. Pas forcément. Moi, je savais que c'était une équipe qu'il fallait prendre au sérieux. Si nous avions répondu présent, je pense que nous nous serions qualifiés. Nous avons fait une bonne mi-temps lors des deux matches et ça a failli suffire. La déception est encore là. Mais je suis très content pour les mecs que je connais et avec qui je joue en sélection. J'espère que les gens ont quand même compris que cette équipe du F91 n'était pas une équipe d'amateurs.

«Nous savons d'où nous venons»

Abordez-vous cette Ligue des Nations comme une campagne classique pour un Mondial, ou un Euro, ou est-ce différent étant donné la finalité avec éventuellement quelque chose de très beau au terme de cette compétition?

Nous ne partons pas dans cette compétition avec le même statut, c'est donc complètement différent. Mais je ne sais pas non plus si c'est une bonne chose pour nous étant donné que nous abordons l'épreuve avec un groupe très jeune, avec des joueurs qui ont encore besoin de grandir. C'est un vrai défi que d'être dans ce rôle de favori pour certains matches. J'aimerais bien qu'on aborde cette compétition comme des qualifications normales, avec, naturellement, l'objectif de gagner ces matches mais être concentrés défensivement, pas seulement concentrés sur l'animation offensive. Nous avons vu mardi (1-4 contre Bielefeld en préparation) que lorsque nous sommes trop sur le fait de comment ressortir au mieux le ballon, nous sommes capables de commettre des erreurs qui sont très très graves. Mais même s'il y a eu cette défaite, nous sommes bien préparés. Il ne faut pas surinterpréter ce match de préparation.

L'attente du public est grande, la pression sur vos épaules aussi?

Oui, c'est normal! Nous avons eu des bons résultats par le passé, les gens attendent donc de nous voir battre des équipes qui sont davantage à notre portée. Même si le classement Fifa ne veut pas dire grand-chose, nous sommes devant la plupart des équipes qui sont comme nous dans cette ligue D. Nous savons d'où nous venons et qu'il faut travailler dur pour gagner tous les matches. On l'a vu contre des équipe comme Malte, c'est très très dur jusqu'à la fin. La Moldavie c'est meilleur que Malte, la Biélorussie aussi, Saint-Marin il faudra voir et les prendre au sérieux. Pour eux aussi, c'est peut-être leur seule possibilité de se qualifier pour un grand rendez-vous international et ils joueront les coups à fond.

Question piège: que connaissez-vous de cette équipe moldave?

J'ai récemment lu un article sur internet qui disait qu'ils possédaient une "génération en or" avec de jeunes joueurs qui évoluent dans de grands clubs. C'est un pays qui évolue aussi. Cela fait maintenant quelque temps que nous les avons joués (6 septembre 2015, 0-0 en amical), mais pour le moment on se concentre sur nous. On les analysera un peu plus tard en cette fin de semaine.


Sur le même sujet

Florian Bohnert: «Je suis plus fort mentalement»
Après une saison difficile sous le maillot des U23 de Schalke, Florian Bonhert, qui fêtera en novembre son 21e anniversaire, s'est relancé du côté de Pirmasens où il a retrouvé le terrain, l'envie de jouer et la confiance. Confession.
Florian Bohnert (Luxemburg #5) Freisteller, Einzelbild, Aktion, Ganzkörper

/ Fussball, Saison 2018-2019, Freundschaftsspiel / 04.09.2018 /
Nationalmannschaft Luxemburg - Arminia Bielefeld / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus
Luxembourg - Bielefeld (1-4): un terrible avertissement
Une première mi-temps horrible, ponctuée de trois grossières erreurs individuelles, a plombé la dernière sortie amicale de la sélection contre l'Arminia Bielefeld (1-4) avant son entrée dans la Ligue des Nations, samedi (20h45) contre la Moldavie. Il ne reste que quatre jours et beaucoup de pain sur la planche pour Luc Holtz et ses ouailles.
Chris Philipps (Luxemburg #6) ist enttaeuscht, frustriert, Entaeuschung, Frust, Emotionen

/ Fussball, Saison 2018-2019, Freundschaftsspiel / 04.09.2018 /
Nationalmannschaft Luxemburg - Arminia Bielefeld / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus