Changer d'édition

«Cette défaite doit servir de base de travail»

«Cette défaite doit servir de base de travail»

Sport 6 min. 28.03.2018

«Cette défaite doit servir de base de travail»

Pour sa première sortie à domicile de l'année, la sélection luxembourgeoise a été corrigée par une équipe d'Autriche supérieure dans tous les domaines. Une sortie délicate mais qui doit servir d'enseignement pour la préparation de la Ligue des Nations.

La sélection luxembourgeoise a beaucoup appris de sa sortie amicale contre l'Autriche ce mardi soir (0-4). La maîtrise de l'adversaire, les lacunes des Lions et les traditionnels tops et flops sont au menu du débrief de ce mercredi.

Par Thomas Fullenwarth

En quoi l'Autriche a-t-elle été supérieure au Luxembourg?

Le sélectionneur Franco Foda a choisi d'aligner sa formation en 4-2-3-1. Devant, Arnautovic et Gregoritsch s'échangeaient les rôles d'avant-centre et de soutien d'attaque.

Avec un bloc logiquement positionné plus haut, les Autrichiens ont rapidement pris la possession du ballon et se sont rapidement mis en confiance en ouvrant rapidement le score (Arnautovic, 3e).

Ces derniers procédaient la plupart du temps en attaques placées. Repartant de derrière, le dénominateur commun à ces phases de jeu était les deux milieux centraux, le capitaine Baumgartlinger et Grillitsch.

De par leurs déplacements, ces derniers se libéraient à chaque fois et déclenchaient rapidement les attaques de leur équipe.

Offensivement donc, ce qui a fait la différence, c'est la capacité de déplacement des participants à ces attaques placées: défenseurs latéraux, milieux latéraux et attaquants. Tous ces joueurs étaient constamment en mouvement et bougeaient les lignes luxembourgeoises.

Lorsqu'un Autrichien se déplaçait, il emmenait avec lui un défenseur luxembourgeois et créait donc un espace de jeu aussitôt comblé par un coéquipier. Ainsi, ces décalages associés à leur qualité technique leur permettaient d'apporter le danger devant le but de Moris en trois à quatre passes maximum.

Une intelligence de jeu et une vitesse d'exécution illustrant le haut niveau des joueurs autrichiens qui évoluent pour la plupart dans de bons clubs allemands ou anglais.

Il a aussi été appréciable de voir un groupe ayant naturellement plus d'impact physique que son adversaire, garder sa concentration et ne pas se montrer suffisant défensivement.

On a senti que la ligne défensive s'est rendu la tâche facile en muselant la plupart du temps les attaquants luxembourgeois malgré un déficit de vitesse.

Malgré quelques erreurs, ils se sont dépassés collectivement pour terminer le match sans but encaissé. Cela s'est illustré par l'ultime tacle du grand défenseur central Prödl pour rattraper l'erreur d'un coéquipier ayant lancé Deville en duel avec le gardien.

Au final, une Autriche sereine qui a maîtrisé le jeu et qui, à chaque accélération, provoquait le danger dans les 25 derniers mètres luxembourgeois.

Kevin Malget vient de se louper. Florian Grillitsch n'en croit pas ses yeux.
Kevin Malget vient de se louper. Florian Grillitsch n'en croit pas ses yeux.
Photo: Ben Majerus

Qu'a-t-il manqué aux Lions Rouges?

Luc Holtz a choisi un système de jeu en 5-4-1 avec une défense centrale à 3 joueurs et deux éléments de couloir, Jans et  Jänisch.

Sans s'arrêter sur l'erreur de Philipps, le premier but encaissé a été l'illustration du premier quart d'heure compliqué des Luxembourgeois.

Pendant ces quinze minutes, il y a eu plusieurs dysfonctionnements défensifs :

  • Turpel était chargé d'empêcher la connexion entre la défense centrale et les deux milieux centraux autrichiens. Mais seul, il lui était impossible de bloquer deux options de passes. Au final, aucune pression n'était appliquée et les relances se faisaient tranquillement.
  • Les milieux centraux Gerson et Barreiro étaient positionnés trop bas. De ce fait, il y avait au moins 20 mètres entre eux et Turpel. Face à une équipe aussi forte que l’Autriche, laisser une telle liberté dans le milieu de terrain revient à donner le bâton pour se faire battre.

En plus de l'agressivité retrouvée dans les duels, le fait que Gerson et Barreiro montent d'un cran pour mettre la pression sur le milieu central visiteur a changé les choses. Cela a forcé ces derniers à trouver d'autres solutions de jeu après quelques récupérations hautes des Luxembourgeois.

Malgré le fait que les Autrichiens se soient vite adaptés, on a senti les Roud Léiwen reprendre confiance et monter petit à petit en puissance mais, malheureusement, le second but a cassé cette dynamique.

La tâche offensive a été rendue plus compliquée par le fait que les Luxembourgeois repartaient de très bas. De plus, malgré l'énergie collective, il leur a manqué un milieu central disponible et mobile.

En effet, Gerson et Barreiro, plutôt en place défensivement, n'ont pas servi de lien entre la défense et l'attaque. C'est Thill qui a pris ce rôle en main en dézonant un maximum pour se démarquer et amener le ballon vers l'avant.

Ses déplacements ont eu pour conséquence de libérer son côté droit et de forcer Jans à multiplier les montées avec pas mal de réussite. De l'autre côté, cela a moins bien fonctionné avec la paire Rodrigues - Jänisch puisque le joueur de Tiraspol avait moins tendance à libérer son couloir.

Malgré cela, ce qui a pénalisé les Lions, c'est la tendance qu'ont eue les joueurs à multiplier les touches de balles. Si cela était dû au manque de solutions de passe, le jeu a été trop ralenti et a permis aux Autrichiens de former un bloc défensif difficile à contourner.

Pourquoi ce type de match doit-il être bénéfique à la sélection luxembourgeoise?

Si une défaite, aussi large soit-elle, apporte de la déception, il ne faut pas oublier que les Roud Léiwen sont en période de préparation.

En effet, l'objectif à moyen terme est la Ligue des Nations et dans ce cas, une seule chose compte: être prêt le jour J.

De ce fait, jouer contre des équipes largement supérieures ne peut être que bénéfique au sélectionneur, son staff et ses joueurs.

Effectivement, on apprend mieux de ses erreurs lorsque celles-ci ont des conséquences directes. Chaque but autrichien a été le fruit d'une erreur qui pourrait sembler rattrapable en Ligue des Nations.

Cela doit former les Luxembourgeois à réduire ces imperfections pour ne pas se mettre des bâtons dans les roues et manquer un match à leur portée.

Ce qui a été intéressant, c'est que les hommes de Luc Holtz n'ont pas procédé comme à leur habitude face à une nation qui leur est supérieure. Ils n'ont pas fait que défendre.

Tant pis pour le score, ils ont tenté des choses offensivement, monté leur bloc, pris des risques. Cela montre encore une fois que ce match a été une vraie «séance de travail».

Un travail nécessaire puisqu'en Ligue des Nations, la sélection luxembourgeoise aura peut-être plus de travail offensif que défensif mais, dans tous les cas, devra se montrer efficace dans tous les secteurs de jeu.

Les Tops

Julian Baumgartlinger (Autriche): le métronome de son équipe. Il a été le pilier du jeu autrichien puisque tous les ballons sont passés par lui. Très juste dans ses choix techniques.

Marko Arnautovic (Autriche): on a l'impression qu'il a passé son temps à marcher. Mais il a été froid et efficace dans ses déplacements puisqu'il a constamment été dangereux.

Vincent Thill (Luxembourg): le seul à sortir de son rôle initial et à tenter des choses différentes avec pas mal de réussite.

Les Flops  

Chris Philipps (Luxembourg): pris dans son dos sur un jeu long et une perte de balle à 30m de son but. Deux très grosses erreurs qui coûtent deux buts à des moments clés.

Marko Arnautovic a martyrisé la défense luxembourgeoise. Chris Philipps n'était pas à la fête!
Marko Arnautovic a martyrisé la défense luxembourgeoise. Chris Philipps n'était pas à la fête!
Photo: Yann Hellers

Kévin Malget (Luxembourg): 90% de ses passes ont été jouées vers l'arrière, ce deuxième but devait forcément arriver… A côté de cela, il a manqué d'agressivité dans les duels.

Valentino Lazzaro (Autriche): très discret sur son côté droit. Etant donné que le jeu autrichien portait à gauche, il n'a pas senti le besoin de se rapprocher du ballon.


Sur le même sujet

Défaite 0-4 contre l'Autriche: le Luxembourg redescend sur terre
Un but rapide, un autre totalement stupide juste avant la mi-temps, un troisième à l'heure de jeu et un dernier en fin de match: le compte est bon. L'Autriche était trop forte pour ce Luxembourg-là, qui a perdu son brevet d'invincibilité d'un an à la maison et qui stoppe net sa série de trois matches sans défaite.
Laurent Jans (Luxemburg #18) im Gespraech mit Michael Gregoritsch (Österreich, Oesterreich, Austria #11)

/ Fussball, Freundschaftsspiel, Laenderspiel, Testspiel, Saison 2017-2018 / 27.03.2018 /
Luxemburg - Österreich (Luxembourg vs Austria - Oesterreich) / 
Stade Josy Barthel, Luxemburg /
Foto: Ben Majerus
Les dix chiffres à retenir avant Luxembourg - Autriche
Les huit confrontations entre les deux pays et le nombre impressionnant de buts en fin de match du Luxembourg sont au coeur des chiffres qui préfacent le match amical entre les Lions Rouges et l'Autriche ce mardi (20h30) au stade Josy Barthel.
Luc Holtz utilise beaucoup de joueurs et trouve les solutions pour marquer en seconde période.