Ce samedi en Ligue 1

Roux et le FC Metz sauvent l’essentiel à Dijon

Vahid Selimovic et les Messins ont arraché un point dans les dernières minutes.
Vahid Selimovic et les Messins ont arraché un point dans les dernières minutes.
Photo: AFP

Trop vite devancés au tableau d’affichage (1e), les Messins ont néanmoins réussi à prendre un point à Dijon (1-1) grâce à une réalisation de Nolan Roux (89e). Un résultat qu’il faudra transformer en succès lors de la réception de Saint-Etienne mercredi prochain (19h).

Par Hervé Kuc

Le match et sa note

Trente secondes de jeu. C’est à peine le temps qu’il a fallu à Dijon pour trouver l’ouverture au sein d’une défense messine pas encore bien calée. Incroyable scénario. Un ballon qui passe entre les jambes de Bisevac puis Tavares, l’attaquant dijonnais, qui s’en empare pour s’amuser de Niakhaté et mystifier joliment Kawashima d’un pied droit précis (1-0, 1e).

Un début catastrophe qui va pourtant s’atténuer et Niane (7e) aurait pu égaliser mais le beau centre de Dossevi en sa direction n’a pu être catapulté dans le but adverse. Les timides tentatives de Niane (23e) puis Diagne (37e) vont être les seuls pétards mouillés d’un ensemble bien trop attentiste lors de la première période. Ensuite, Dijon aurait pu doubler son avantage mais Kawashima est intervenu en propulsant le ballon sur son poteau (47e) puis en détournant avec brio une belle reprise de volée de Sammaritano (61e).

Plus fringants en fin de partie, les hommes de Frédric Hantz vont logiquement égaliser sur une reprise de volée de Roux (1-1, 89e) qui va finir sa course dans le coin droit du but gardé par Reynet. Mieux, le même Roux va avoir la balle de match au bout de la chaussure (90+1) mais l’intervention de Reynet, conjuguée à un ballon mal maîtrisé, vont priver les Mosellans d’une joie intense.

Un 11/20 pour un ensemble qui a montré un visage beaucoup trop lisse jusqu’à l’entrée du dernier quart d’heure mais qui a manifesté une belle envie avec les apparitions sur la pelouse de Milicevic et Roux. Il faudra absolument écarter Saint-Etienne mercredi.

A l'image des Messins, Moussa Niakhate a connu un entame de match catastrophique.
A l'image des Messins, Moussa Niakhate a connu un entame de match catastrophique.
Photo: AFP

Les joueurs et leur note

Kawashima (6/10) n’a rien pu faire sur le but dijonnais. Il s’est détendu et a détourné l’essai de Sammaritano sur son poteau de but (47e) puis s’est bien envolé sur une superbe reprise du même Sammaritano (61e).

En défense, Rivierez (5,5) a beaucoup donné sur son flanc droit. Concerné et déterminé. Bisevac (4) revient à la compétition et ça se voit. Le capitaine grenat a éprouvé de grandes difficultés à retrouver ses marques et a paru jouer sur la pointe des pieds. Il a cédé sa place à Mandjeck (46e). Niakhaté (4,5) se souviendra très longtemps de son entame de match à Dijon: il a subi les foudres de Tavares qui s’est permis un geste technique de grande qualité face à lui. C’est la première fois de la saison que l’arrière central mosellan se fait «jongler» de la sorte en L1. Selimovic (4,5) a souffert face à la vitesse de Sammaritano et la puissance de Tavares. Trop attentiste sur la jolie réalisation de Tavares, il a effectué un très beau tacle (49e) en position de dernier défenseur mais a récolté un carton jaune (78e). Palmieri (3) paye cash son manque de compétition, sa blessure ainsi que son absence pour maladie. Il a eu du mal à trouver de bons appuis, de bonnes inspirations et va devoir travailler encore beaucoup pour afficher une condition physique apparemment en souffrance. Il a logiquement transmis le flambeau à Milicevic (55e) qui s’est montré à son avantage.

Au milieu, Diagne (5) a reçu un nouvel avertissement (27e), aurait pu trouver le chemin du but dijonnais (36e) et a délivré un bon ballon sur Dosevi (44e). Cohade (5) a été en dessous de ses dernières bonnes prestations. Il est sur courant alternatif et cela pénalise sacrément le FC Metz. Niane (5,5) ne se cache pas, il possède de belles accélérations mais doit continuer à travailler devant le but lors des prochaines séances d’entraînement. Dossevi (6,5) a apporté sa plus-value technique, sa qualité de centre et ses nombreuses prises de balle ont gêné le DFCO. Il a baissé de rythme en seconde période et l’entrée de Roux (85e) a été décisive. Il faudrait deux Dossevi de plus au FC Metz. En attaque, Rivière (4,5) a couru après le ballon tout au long de la première période. Sa reprise en manque de puissance (46e), en tout début du second acte, a été la seule occasion offerte à l’esseulé de l’attaque mosellane. Un rôle ingrat.

L’homme du match

Nolan Roux. Le meilleur buteur du FC Metz (6) a dynamisé sa formation lors de son entrée sur la pelouse bourguignonne. Il a égalisé et aurait pu offrir les trois points à ses partenaires sur une occasion XXL dans le temps additionnel. Danijel Milicevic a également apporté du tonus au jeu grenat. Il bénéficiera de plus de temps de jeu face aux Stéphanois mercredi prochain.

Dijon - Metz 1-1

Stade Gaston-Gérard, temps frais, très belle pelouse, arbitrage de M. Letexier, 10.668 spectateurs. Mi-temps: 1-0.

Evolution du score: 1-0 Tavares (1e), 1-1 Roux (89e).

Cartons jaunes: Jeannot (38e), Balmont (65e) à Dijon; Diagne (27e), Selimovic (78e) à Metz.

Carton rouge: Djilobodji (90+3) à Dijon.

DIJON: Reynet (cap.); Haddadi, Djilobodji, Yambéré, Rosier; Abeid, Balmont, Sammaritano (82e Marié), Sliti (66e Saïd), Jeannot (71e Kwon); Tavares.

Joueurs non entrés en jeu: Leroy; Chafik, Varrault, Massouema.

METZ: Kawashima; Rivierez, Bisevac (cap.) (46e Mandjeck), Niakhaté, Selimovic, Palmieri (55e Milicevic); Diagne, Cohade, Niane, Dossevi (85e Roux); Rivière.

Joueurs non entrés en jeu: Beunardeau; Assou-Ekotto, Balliu, Philipps.