Changer d'édition

«Ce match est le reflet de notre saison»
Aldin Dervisevic et Hostert ont perdu une bataille contre Dudelange. Pas encore la guerre...

«Ce match est le reflet de notre saison»

Photo: Fernand Konnen
Aldin Dervisevic et Hostert ont perdu une bataille contre Dudelange. Pas encore la guerre...
Sport 4 min. 17.05.2019

«Ce match est le reflet de notre saison»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
L'US Hostert a gâché une belle occasion d'éviter le barrage dimanche dernier en dilapidant un avantage de trois buts contre Dudelange (3-4). Aldin Dervisevic revient sur ce douloureux épisode et évoque les matches couperets qui attendent son club.

Aldin, comment digère-t-on un scénario comme celui de dimanche dernier face au F91? Vous meniez 3-0 avant de perdre 3-4...

Aldin Dervisevic. « Ni bien, ni mal. On n'est ni abattu, ni en confiance. On doit retenir les bonnes choses vues pendant plus d'une heure et les prendre pour le prochain match.

N'est-ce pas une faute professionnelle?

«C'était Dudelange en face. C'est un autre standing. C'est le reflet de notre saison. Face au Fola on mène 2-1 avant de perdre 3-2. A Mondorf, on est rejoint à cinq minutes de la fin et contre la Jeunesse, on perd dans les arrêts de jeu. La petite réussite que l'on a eue la saison dernière, on ne l’a pas cette saison.

C'est là que se situent les regrets?

«Les matches que l'on devait gagner, on les a gagnés face à des concurrents directs. Finalement, c'est une série de petites erreurs qui peuvent nous coûter cher à la fin. J’espère quand même qu’on ira en barrage...

Ce scénario catastrophe qui vous priverait de match d'appui, vous l'envisagez?

«Il ne faut jamais dire jamais. On a vu ces dernières semaines des scénarios de fou. Je ne crois pas que Dudelange a envie de finir sur une défaite pour la fête à la maison. Le F91 est assez professionnel pour faire le nécessaire. Mais nous devons prendre un point à Strassen. Concentrons-nous sur notre sort.

  Je ne crois pas que Dudelange a envie de finir sur une défaite pour la fête à la maison.  

Votre place actuelle reflète-t-elle la valeur de l’équipe?

«On a une équipe plus faible que la saison dernière, mais les deux ou trois formations qui nous précèdent au classement ne sont ni mieux armées, ni plus fortes que nous. Quand on entre dans une spirale négative, c'est difficile de s'en sortir. On aurait pu faire mieux, mais on doit vivre avec la situation d'aujourd'hui. On doit décrocher le maintien.

L'US Hostert a-t-elle été meilleure après la trêve?

«On s'est renforcé à la trêve avec Lavie et Serwy. Ils nous font énormément de bien. Oui, on est mieux. Peut-être qu'avec ce cadre en début de saison, on n'en serait pas là. Mais on ne va pas faire du foot fiction. On doit s'en sortir.

Aldin Dervisevic tente de contrer ici Dejvid Sinani. Hostert menait encore 2-1 contre le Fola à quelques minutes de la fin avant un cruel épilogue.
Aldin Dervisevic tente de contrer ici Dejvid Sinani. Hostert menait encore 2-1 contre le Fola à quelques minutes de la fin avant un cruel épilogue.
Photo: Christian Kemp

La précocité de l'annonce des changements avec le départ de Henri Bossi et l'arrivée de René Peters à la tête de l'équipe n'a-t-elle pas perturbé le groupe?

«Non, le club a été clair dès le début de l'année. On savait que René reprendrait l'équipe tôt ou tard. C'est déjà le relais du coach sur le terrain. Il la gère.

Hostert n'a-t-il pas atteint la cote d'usure avec Henri Bossi?

«Non. Le coach fait son travail. Il est toujours à fond. Il est au club dès l'après-midi pour préparer la suite.  

Les barrages, vous connaissez, non? 

«J'en ai connu deux. Je garde un bon souvenir avec Canach contre Wiltz et le but de Tom Maurer à la fin des prolongations. Un plus douloureux la saison suivante face à Hostert même si j'allais rejoindre les Vert et Blanc.

A propos de souvenirs, Strassen, c'était votre premier adversaire cette saison. Et vous aviez pris 1-6...

«On mène 1-0, on est bien pendant une demi-heure. On encaisse ensuite sur une erreur individuelle puis on prend le 1-2 juste avant la pause. On opère ensuite un changement tactique pas très judicieux et tout s'enchaîne...

Où se situe votre avenir personnel?

«J'ai encore un an de contrat. Personne ne s'est manifesté. Je suis content d'être là. Ma priorité n'est pas nécessairement de jouer en BGL Ligue, mais oui, j’aimerais y rester avec Hostert. La mission du club serait accomplie. Mais ce n'est pas parce que le club descend que je vais partir. Ce n'est pas dans mon caractère même si tout joueur aspire à évoluer au meilleur niveau.»

   Mais ce n'est pas parce que le club descend que je vais partir. Ce n'est pas dans mon caractère  

Pour finir peut-on connaître vos pronostics pour cette dernière journée?

Dimanche à 16h

Racing - Etzella 1-1

Progrès - Rumelange 2-0

Titus Pétange - Rosport 1-2

Strassen - Hostert 0-1

F91 - RM Hamm Benfica 2-0

Mondorf - Differdange 2-2

Fola - Jeunesse 2-0



Sur le même sujet

BGL Ligue: Differdange 03: pourquoi ça coince!
La rechute à Hostert dimanche (2-1) a rejeté Differdange à la septième place du classement de BGL Ligue à deux journées de la fin du premier tour. Brillant la saison dernière, le club de la Cité du Fer broie du noir. Tentative d'explications.
Gauthier Caron tente de subtiliser le ballon à Thomas Battaglia. Le retour en pointe du Differdangeois ne s'est pas soldé par un succès.
BGL Ligue: Romain Ruffier (Wiltz): «Nous manquons de Luxembourgeois»
Ecrasé 0-6 par Dudelange, lors de l'ouverture du championnat, Wiltz va connaître un mois d'août difficile et passera un test intéressant dimanche à Rumelange, une formation appréciée par Romain Ruffier. Par la même occasion, le portier nordiste nous livre aussi ses «pronos» pour cette deuxième journée de BGL Ligue.
Romain Ruffier apprécie les valeurs véhiculées par l'USR mais il ne lui déplairait pas de prendre un point à Rumelange dimanche.