Ce dimanche en Ligue 1

Le FC Metz plie logiquement à Monaco

Eiji Kawashima et les Messins ont encaissé le premier but juste avant la mi-temps.
Eiji Kawashima et les Messins ont encaissé le premier but juste avant la mi-temps.
Photo: AFP

Généreux mais trop attentiste, le FC Metz n’avait pas les moyens de contrer une formation monégasque mieux maître de son football (3-1). La sortie de Dossevi n’a pas arrangé les affaires d’une équipe mosellane qui a également subi l’expulsion de Kawashima. Fin de série pour les Mosellans.

Par Hervé Kuc

Le match et sa note

Une sale fin d’après-midi. Un revers (1-3), une blessure (Dossevi) et une expulsion (Kawashima): la virée messine sur le rocher monégasque a fait redescendre son soufflé de deux épaisseurs. Le FC Metz a donc lutté mais la sortie précoce de Dossevi (12e) sur blessure (cuisse) conjuguée à la qualité technique monégasque lui ont été fatales. Si Monaco a monopolisé le ballon (70 % en première période), ses occasions ont été peu nombreuses même si Falcao (11e) a manqué le cadre messin sur la plus belle possibilité de l’ASM en début de rencontre.

Les Mosellans vont néanmoins craquer dans le temps additionnel du premier acte sur une jolie reprise de volée de Jorge (1-0, 45+2). Un but qui va faire mal aux hommes de Frédéric Hantz. Une douleur qui va s’amplifier lorsque Kawashima, coupable d’un tacle trop engagé à l’extérieur de sa surface sur Diakhaby, va récolter un carton rouge (50e). Une infériorité numérique pénalisante et un ensemble grenat déjà peu à l’aise dans le jeu qui va laisser Ghezzal, d’une frappe enroulée du gauche, trouver la lucarne messine (2-0, 67e).

Paradoxalement, le FC Metz va mieux finir son match et Boulaya, d’un superbe corner, va déposer le cuir sur le crâne de Niane qui va propulser le ballon d’une tête forte et précise (2-1, 72e). Malheureusement, la défense messine va craquer une troisième fois sur un service de Fabinho sur le pied de Lopes (3-1, 81e). Un revers fort logique pour un ensemble mosellan totalement déséquilibré. Ce n’était certainement pas à Monaco que le FC Metz pensait décrocher les points de son maintien. Un petit 9/20 pour un onze trop fébrile en toutes ses lignes.

Ibrahima Niane a ramené le suspense en résuidant l'écart à 2-1. En vain.
Ibrahima Niane a ramené le suspense en résuidant l'écart à 2-1. En vain.
Photo: AFP

Les joueurs et leur note

Kawashima (non noté) a été logiquement expulsé (50e) car son engagement a été trop fort hors de sa surface sur Diakhaby. Avant cela, il avait été parfait. Beunardeau est venu le relayer et ses deux parades ont évité un score plus large. En défense, Riverez (4,5) s’est offert un tacle de luxe d’entrée (4e) mais a ensuite souffert face à Falcao et Diakhaby. Il a cédé sa place au gardien Beunardeau. Niakhaté (4,5) est moins solide depuis trois matchs. Il a été averti (41e) puis a semblé se contenter d’une partition tiède. Diagne (3,5) a vécu un premier acte très délicat car ses relances ont souvent été approximatives. Il a été très loin de ses dernières prestations. Une déception. Selimovic (4) n’a pas bien joué le coup sur le premier but monégasque car son placement défensif n’a pas permis au FC Metz de bien jouer le hors-jeu. Palmieri (4,5) a travaillé son positionnement défensif mais n’a rien pu apporter au jeu de sa formation.

Au milieu, Cohade (4,5) a essayé d’exister face à l’impact du milieu de terrain adverse. Il n’a jamais été en mesure d’organiser la rébellion messine. Poblete (4) a commis quelques fautes sur les Monégasques car son manque de rythme et de temps de jeu l’ont pénalisé. Il a paru en difficulté sur chaque duel. Dossevi (non noté) n’est resté sur la pelouse monégasque que 12 minutes car sa cuisse droite l’a empêché de poursuivre la rencontre. Il a cédé sa place à Niane (5,5) qui est bien entré dans la partie et qui a permis aux siens de reprendre espoir un court instant en plaçant une jolie tête (2-1, 72e). Roux (5) s’est bien battu mais comme bon nombre de ses coéquipiers, n’a pas digéré la troisième sortie mosellane en huit jours.

En attaque, Rivière (4) a fait ce qu’il a pu avec un nombre de ballons bien trop faible pour le mettre en valeur et pour le jauger véritablement. Boulaya (72e) est venu prendre le flambeau et s’est mis en valeur en bottant le corner victorieux sur la tête de Niane.

Monaco - Metz 3-1

Stade Louis II, temps frais, bonne pelouse, arbitrage de M. Lesage, environ 5.000 spectateurs. Mi-temps: 1-0.

Evolution du score: 1-0 Jorge (45+2), 2-0 Ghezzal (67e), 2-1 Niane (72e), 3-1 R. Lopes (82e).

Cartons jaunes: Raggi (65e) à Monaco; Niakhaté (41e) à Metz

Carton rouge: Kawashima (50e) à Metz.

MONACO: Subasic; Sidibé, Glik, Raggi, Jorge (48e N’Doram); Moutinho, Fabinho, Ghezzal (82e Tielemans), Lemar, Diakhaby (50e R. Lopes); Falcao (cap.).

Joueurs non entrés en jeu: Benaglio ; Jovetic, Boschilia, Baldé.

METZ: Kawashima; Rivierez (52e Beunardeau), Selimovic, Diagne, Niakhaté, Palmieri; Cohade (cap.), Poblete, Dossevi (12e Niane), Roux; Rivière (72e Boulaya).

Joueurs non entrés en jeu: Balliu, Philipps, Goudiaby, Milicevic.