Changer d'édition

Carnet: François «Bitzi» Konter n'est plus
François «Bitzi» Konter (ici à dr., maillot sombre, face au Danois Ole Madsen en décembre 1963) a disputé 77 rencontres avec le maillot frappé du Roude Léiw

Carnet: François «Bitzi» Konter n'est plus

Archives Henri Bressler
François «Bitzi» Konter (ici à dr., maillot sombre, face au Danois Ole Madsen en décembre 1963) a disputé 77 rencontres avec le maillot frappé du Roude Léiw
Sport 29.08.2018

Carnet: François «Bitzi» Konter n'est plus

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
C'est une authentique légende du football luxembourgeois qui s'est éteinte ce mercredi: François, dit «Bitzi» Konter, 77 sélections, est décédé à l'âge de 84 ans. Il avait joué l'essentiel de sa carrière en Belgique.

Avec ses 77 sélections, entre 1955 et 1969, il pointe au huitième rang des internationaux luxembourgeois les plus capés de l'Histoire.

Né le 20 février 1934 à Lasauvage, François Konter a débuté sa carrière au Chiers Rodange, qu'il quitte en 1962 après onze années passées dans le club. Alors âgé de 28 ans déjà, il prend la direction de la Belgique, où il portera successivement les maillots d'Anderlecht (1962-1966), avec qui il remporte trois titres nationaux et une Coupe de Belgique, du Crossing Molenbeek (1966-1967) et de La Gantoise, où il reste quatre saisons, de 1967 à 1971, fête un titre en... Division 2 et une montée, et dispute au passage deux rencontres européennes en Coupe des Villes de Foires face au Hambourg SV (0-1 et 1-7). Dans la cité d'Artevelde, il côtoie un compatriote, l'attaquant Johny Leonard, qui le rejoint chez les Buffalos en 1969.

A 37 ans, «Bitzi» Konter entame alors une carrière d'entraîneur à l'Excelsior Virton. Il dirigera ensuite le White Star Woluwe (1972-1974), avant de rentrer au pays pour s'occuper de la Minière Lasauvage (1974-1976), puis enfin du Fola Esch (1976-1978).

Parallèlement, ce solide défenseur dispute 77 matches avec la sélection A luxembourgeoise de 1955 à 1969 et marque même quatre buts internationaux, dont un contre la France. A sept reprises, il portera le brassard de capitaine de la sélection. Il a pris part à la fameuse campagne de l'Euro 1964, avec la qualification historique face aux Pays-Bas en huitièmes de finale (1-1 et 2-1), et l'élimination malheureuse suite au match d'appui (0-1) contre le Danemark en quart après deux matches nuls (3-3 et 2-2).

Avec sa disparition à 84 ans, le football luxembourgeois est orphelin de l'un de ses plus illustres représentants, qui a su s'imposer à l'étranger, dans des clubs huppés qui plus est, à une époque où le footballeur grand-ducal n'était pas encore un produit d'exportation reconnu.

La rédaction de wort.lu/fr présente ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.