Changer d'édition

Bryan Mélisse (F91): «L'envie fera la différence»
Sport 4 min. 26.05.2017 Cet article est archivé
Avant la finale de la Coupe de Luxembourg

Bryan Mélisse (F91): «L'envie fera la différence»

Bryan Mélisse, ici en compagnie de Yassine Benajiba,
Avant la finale de la Coupe de Luxembourg

Bryan Mélisse (F91): «L'envie fera la différence»

Bryan Mélisse, ici en compagnie de Yassine Benajiba,
Photo: Fabrizio Munisso
Sport 4 min. 26.05.2017 Cet article est archivé
Avant la finale de la Coupe de Luxembourg

Bryan Mélisse (F91): «L'envie fera la différence»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Placardisé une partie de la saison, Bryan Mélisse a retrouvé les bonnes grâces de Dino Toppmöller, son entraîneur, dans le money time de cette saison. Après le gain du titre de champion, le latéral gauche dudelangeois se prépare à disputer sa troisième finale de Coupe de Luxembourg, ce dimanche (17h) , face au Fola.

Placardisé une partie de la saison, Bryan Mélisse (28 ans) a retrouvé les bonnes grâces de Dino Toppmöller, son entraîneur, dans le money time de cette saison. Après le gain du titre de champion, le latéral gauche dudelangeois se prépare à disputer sa troisième finale de Coupe de Luxembourg, ce dimanche (coup d'envoi à 17h), face au Fola.

Propos recueillis par Didier Hiégel

Bryan, on vous a vu en larmes dimanche dernier à Canach après la victoire qui vous offre le titre de champion. Pourquoi tant d'émotions?

D'abord, parce que mon dernier titre de champion remontait à cinq ans déjà. Ensuite, et surtout, parce que j'ai vécu une saison compliquée. En début de saison, j'ai disputé la Coupe d'Europe, mais je n'ai pas bien joué. Ensuite, je me suis blessé et j'ai perdu ma place de titulaire. Par après, je me suis fâché avec le coach, le 11 novembre exactement, et je suis resté à la maison jusqu'à la reprise en janvier. Une période compliquée de laquelle je ne pensais pas sortir. Je ne savais pas si je rejouerais cette saison, mais le coach a accepté mes excuses. C'est en repensant à mon parcours, du fond du trou jusqu'à ce titre de champion, que je me suis laissé emporter par l'émotion.

Avez-vous eu le temps de fêter ce nouveau titre de champion?

Oui, nous étions tous invités au restaurant le dimanche soir. Nous avons fêté mais avec modération. Nous avions déjà tous en tête que nous avions une finale de coupe à disputer et qu'il fallait se préparer au mieux au cours de cette semaine.

Vous occupez le flanc gauche. Avec Alexandre Laurienté la concurrence est rude. Comment la vivez-vous?

Je le connais depuis longtemps. La première fois que nous nous sommes rencontrés, nous avions douze ans. C'était lors de tests passés à l'INF Clairefontaine. Puis nous nous sommes recroisés à plusieurs reprises, quand il était à Châteauroux et moi à Rennes, ensuite nous avons joué l'un contre l'autre en Belgique. Nous avons aussi disputé un test-match à Laval, j'étais arrière gauche et lui devant moi, au milieu. Tout ça pour dire que la concurrence est saine. C'est juste dommage de ne pas pouvoir évoluer ensemble... mais nous nous mettons souvent ensemble pour charrier nos partenaires.

«Pas le droit à l'erreur»

Quelles sont les grandes différences entre vous?

Pour résumer, il est plus rapide, et moi plus agressif dans les interventions. J'aime bien quand il y a des contacts, mais sans mettre de coups gratuitement.

Dimanche, vous devrez à nouveau vous méfier de la vitesse des attaquants du Fola...

Il nous faudra procéder comme il y a deux semaines. Nous avions bien joué, même si nous avions pris deux buts (5-2) qui étaient tout à fait évitables.

Que vous inspire cette finale?

C'est le genre de rencontre que j'apprécie tout particulièrement, car on n'a pas le droit à l'erreur. La sanction tombe de suite, pas comme en championnat. Une finale de Coupe de Luxembourg c'est aussi la seule occasion au pays de véritablement vivre un match de foot. Tout est réuni dans ce contexte. L'ambiance, avec un peu plus de monde que d'habitude, l'hymne national.

Dans quel secteur de jeu diriez-vous que Dudelange est supérieur au Fola?

Si nous sommes à notre niveau, et je le dis sans prétention, nous sommes supérieurs dans tous les domaines. Il y a un petit paramètre chance à prendre en compte, mais c'est surtout l'envie qui fera la différence.

«La pression, c'est dans les pneus»

Dudelange a collectionné les coupes depuis 2004 (6), le Fola reste sur sa faim depuis 1955, est-ce un élément à prendre en compte?

Une finale reste une finale. L'envie sera identique au sein des deux formations. Dudelange n'est pas blasé. Et puis le Fola reste notre meilleur ennemi depuis plusieurs années, depuis qu'il a supplanté la Jeunesse. Une finale, ça se gagne, et qu'importe la manière.

Vous allez disputer votre troisième finale de Coupe de Luxembourg (une défaite face à Differdange 0-1 en 2011, un succès contre la Jeunesse en 2012 4-2 a.p.) . Cinq ans après, qu'est-ce qui a changé dans la préparation de l'événement?

Rien de spécial, on se prépare de la même manière même si avec notre coach (Dino Toppmöller) l'approche est peut-être un peu plus rigoureuse, plus professionnelle. Au niveau du travail spécifique, on a juste travaillé les tirs au but. J'espère ne pas arriver jusqu'à cet exercice, mais si je joue, et qu'on me le demande, je prendrai mes responsabilités. Comme me disait un coach: «La pression, c'est dans les pneus».




 


Sur le même sujet

Après une saison gâchée par une hernie discale, Pedro Ribeiro est de retour dans le cadre de Differdange. Malgré une rude concurrence, le milieu de terrain offensif n'a plus envie de passer son tour et affiche ses ambitions.
05 Fussball BGL Ligue Spielzeit 2015-16 Spiel zwischen dem FC Differdingen 03 und Progres Niederkorn am 15.04.2016 Pedro RIBEIRO (8 FCD03)
Avant la finale de la Coupe de Luxembourg
Emanuel Cabral sera le dernier rempart du Fola, dimanche face à Dudelange, lors de la 92e finale de la Coupe de Luxembourg. Le jeune gardien espère mettre fin à la disette du club doyen dans l'épreuve et se mettre en évidence pour pousser les portes de la sélection nationale.
Emanuel CABRAL (Fola 33) / Fussball, Coupe de Luxembourg, Halbfinale, Fola - RFCUL / 26.04.2017 / Esch-Alzette / Foto: Christian Kemp
Avant la finale de la Coupe de Luxembourg
Dans l'attente de ses résultats universitaires, Joël Pedro en a profité pour empocher un deuxième titre de champion. Le meneur de jeu du F91, qui a réalisé une superbe saison, lorgne aussi la Coupe de Luxembourg. Interview avant le rendez-vous de dimanche contre l'US Mondorf.
Joël Pedro a pris une autre envergure cette saison.
Football / Après le 7e titre du Fola
L'entraîneur du Fola suivra des cours pendant dix mois en Allemagne Le Fola a dignement fêté le septième titre de son histoire dimanche soir. Retour avec Jeff Strasser sur une saison qui n'a pas été de tout repos. «Mais je veux bien connaître ce genre de saison difficile tous les ans», indique celui qui se prépare à des vacances studieuses pour préparer sa licence UEFA Pro.
Jeff Strasser passera sa licence UEFA Pro au cours des dix prochains mois et, à la reprise, passera le relais à Cyril Serredszum en début de semaine
Eliminés en Coupe de Luxembourg, Tom Laterza et le Fola ont laissé échapper un de leurs objectifs. Battus par Differdange en championnat, le week-end dernier, ils entendent bien repartir de l'avant en s'imposant à la Frontière dimanche.
Tom Laterza a perdu son duel avec Joël Pedro (F91) mais compte bien s'imposer contre Aydine Correia (Jeunesse), le troisième ancien Sedanais.