BGL Ligue

Le rêve continue pour Hostert

Nouvel examen réussi pour Cédric Steinmetz qui a bien muselé un Daniel Da Mota peu à son affaire.
Nouvel examen réussi pour Cédric Steinmetz qui a bien muselé un Daniel Da Mota peu à son affaire.
Photo: Christian Kemp

Et de deux! Deuxième victoire de rang pour le promu Hostert qui occupe la tête du classement en BGL Ligue. Mené au score suite à un but de Jahier (18e), il a rectifié le tir avant même la fin de la première mi-temps. Peters (31e) et Pomponi (34e) exploiteront les mansuétudes de la défense unioniste beaucoup trop laxiste. La joie d’Henri Bossi contraste avec la déception de Jacques Muller, entraîneur du Racing.

Par Vincent Lommel

Le match. Confirmer. Le plus difficile en sport. Probant vainqueur du F91 Dudelange lors de la journée inaugurale en BGL Ligue, Hostert espérait confirmer ce superbe succès. Les vingt minutes initiales sont complètement manquées dans le chef de l’USH, mise à mal par la vivacité unioniste. Compact, quadrillant à la perfection l’aire de jeu, le RFCUL est maître des débats. Le supporter n’attend plus que le but. Le trident offensif Da Mota-Shala-Jahier demande à s’exprimer. Nakache règle le viseur (7e). Un centre de Jahier, côté gauche, est repris par Shala. D. Stumpf se jette (11e) évitant le pire pour sa formation. On reprend les mêmes, mais dans un ordre différent et ce sur l’autre flanc. Centre idéal de Shala, Jahier se régale (0-1, 18e). Justice est faite. Les occasions sont là. Le 2-0 est proche lorsque Nakache «coupe» un centre de Da Mota. Le cuir passe de peu à côté (28e). Sans le savoir cet instant, c’est peut-être le tournant… 

Deux buts en quatre minutes et 100% de réussite 

Conscient des manquements des siens, il reste à Henri Bossi à trouver les solutions pour parvenir à écarteler la défense adverse. Resserrer les lignes et faire les efforts ensemble sont des pistes. Les innombrables imprécisions, un manque d’agressivité dans les duels cèdent le relais, ô paradoxe, à une réussite insolente en trois minutes à peine.

On approche la demi-heure de jeu. Le tir vicieux de Drif (30e) augurait d’une improbable égalisation… effective quelques secondes plus tard. L’inoxydable Peters répond présent sur un corner (1-1, 31e). 1-1 puis 2-1 ! Retournement complet de situation par le buteur Pomponi (2-1, 34e) lancé en profondeur et en position hors-jeu selon certains. Le Racing s’est fragilisé tout seul en commettant des erreurs individuelles flagrantes. «Des buts de gamins», remarquera l’entraîneur Jacques Muller.   

Une deuxième mi-temps maîtrisée 

Quinze minutes de repos ne suffiront pas à Jacques Muller pour remobiliser les siens. Shala et Semedo céderont le relais respectivement à Da Silva et Quercia. Un double changement qui, au final, ne changera pas grand-chose à la physionomie des débats. Au préalable, les Verts, en confiance, en contrôle, auraient pu marquer le troisième but. Mura, Drif et Pomponi rôdèrent dans les parages de Ruffier sans en tirer les dividendes. Du côté des Bleus, ce n’est pas folichon. On essaie de porter le danger mais sans y parvenir. Le chronomètre avance. On abuse de longs ballons sans trouver la faille. On passe à trois derrière. Son adversaire n’en profitera pas. 2-1 ou 3-1, c’est anecdotique puisque la victoire est au bout du chemin.     

La note: 12/20

Une météo maussade. Une pelouse détrempée. Une pluie battante par moments. Certains adorent, d’autres moins. Trois buts en première mi-temps. Aucun en deuxième. Dommage. 

 Le fait du match: 

À 0-1, l’ancien dudelangois Da Mota déposa un excellent ballon sur le front de Nakache, lui aussi ancien du F91. La reprise de la tête lèchera le piquet droit de Boukhetaïa battu sur cette phase. À 0-2, Hostert était dans de sales draps. 

 L'homme du match: 

Laurent Pomponi. Buteur plus souvent qu’à son tour en Promotion d’Honneur, le Français au sang  corse découvre la BGL Ligue. Il l’apprécie. Il a inscrit le but de la victoire. Remplacé à six minutes du coup de sifflet final pour la standing ovation.

Ricardo Dionisio encerclé par Rene Peters et Chris Stumpf. Hostert a fait parler son esprit de groupe.
Ricardo Dionisio encerclé par Rene Peters et Chris Stumpf. Hostert a fait parler son esprit de groupe.
Photo: Christian Kemp

US Hostert - RFCUL 2-1

Stade Jos Becker, excellente pelouse détrempée, arbitrage de M. I. Torres assisté de MM. D. Mateus et M. C. Biever,  516 spectateurs. Mi-temps : 2-1

Evolution du score: 0-1 Jahier (18e), 1-1 Peters (31e), 2-1 Pomponi (34e)

Corners: Hostert 4 (2+2) ; RFCUL 4 (2+2)

Cartons jaunes: A. Dervisevic (70e, pied en avant) pour Hostert ; Da Mota (59e, pied en avant), Simon (80e, faute par derrière) pour le RFCUL

HOSTERT: Boukhetaia ; C. Stumpf, Mura, Bertoux, Steinmetz ; Peters (cap.), Drif (87e Mouzaoui), D. Stumpf (90e Wang), Battaglia, A. Dervisevic ; Pomponi (84e Desevic)

Joueurs non utilisés : Sauber et Mendes de Pina

Entraîneur:  Henri Bossi

RFCUL: Ruffier ; Semedo (61e Quercia), Da Silva Gomes, Simon , Hennetier ; Mboup, Nakache, Nouïdra (80e Darmon), Shala (61e Da Silva Dionisio) ; Da Mota, Jahier (cap.)

Joueurs non utilisés : Da Graca Dias et Teles Santos

Entraîneur : Jacques Muller

Réactions

Henri Bossi: «J’avais été voir le Racing contre le Progrès. C’est une bonne équipe. Lors des 20, 25 premières minutes, nous n’étions pas bons. Les garçons étaient trop loin de leurs adversaires, pas présents dans les duels. J’ai cherché à resserrer les lignes. Ce fut meilleur. Le Racing a abusé de longs ballons qui ne trouvaient personne. Notre victoire est méritée, c’est mon sentiment. L’engagement et la mentalité des joueurs est à mettre en exergue.»  

Jacques Muller: «On encaisse cinq buts en deux matches mais de ces cinq buts, aucun ne résulte d’une action construite par l’adversaire. Ces fautes individuelles impardonnables pour des joueurs expérimentés, rompus à la BGL Ligue servent la cause adverse. On a très bien débuté, on a ouvert le score et on a eu les occasions pour faire 2-0. Ensuite nous sommes quatre minutes «en dehors» du match et Hostert inscrit deux buts. Si Hostert continue à avoir un cul comme ça, il sera champion en fin de saison. J’ai choisi de terminer à trois derrière et d’amener mes grands gabarits devant. En vain. Il nous manque six points après deux journées. On affronte le Fola Esch la semaine prochaine. Ce n’est pas le premier adversaire venu.»