Changer d'édition

BGL Ligue: Le Progrès fait jouer son expérience
Sport 4 min. 06.08.2017

BGL Ligue: Le Progrès fait jouer son expérience

Metin Karayer vient d'inscrire le troisième but pour le Progrès. Niederkorn tient sa victoire.

BGL Ligue: Le Progrès fait jouer son expérience

Metin Karayer vient d'inscrire le troisième but pour le Progrès. Niederkorn tient sa victoire.
Photo: Ben Majerus
Sport 4 min. 06.08.2017

BGL Ligue: Le Progrès fait jouer son expérience

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Plus réaliste que le Racing, le Progrès a entamé la compétition de la meilleure des manières ce dimanche. Au terme d'une rencontre placée sous le signe de l'offensive, Niederkorn s'est imposé 3-2.

Plus réaliste que le Racing, le Progrès a entamé la compétition de la meilleure des manières ce dimanche. Au terme d'une rencontre placée sous le signe de l'offensive, Niederkorn s'est imposé 3-2.

Par Didier Hiégel

Le match et sa note: à la suite de l'improbable chute de Dudelange à Hostert (1-2), vendredi, et du point glané par le promu rodangeois sur la pelouse de Strassen (2-2), on se demandait bien ce qu'allait nous réserver le duel entre un ambitieux Racing renforcé sous toutes ses coutures et une formation niederkornoise sûre de ses forces après une probante aventure européenne.

La première période allait tenir toutes les promesses dans ce bras de fer entre outsiders et mettre en exergue la belle forme des deux divisions offensives. La première à se mettre en action est celle des locaux qui trouvaient rapidement les filets de Flauss suite à un coup de tête de Jahier (3e) mais M. Morais refusait logiquement la réalisation de l'inusable buteur pour un hors-jeu. L'ancien fer de lance du F91 avait réglé la mire, il n'allait pas laisser passer sa deuxième occasion: sa frappe tendue du droit, à l'entrée de la surface de réparation des visiteurs trompait Flaus (1-0, 6e).

Julien Jahier avait rapidement trouvé l'ouverture pour le Racing.
Julien Jahier avait rapidement trouvé l'ouverture pour le Racing.
Photo: Ben Majerus

Le Progrès a démontré cet été qu'il avait des ressources. Il  allait en faire à nouveau preuve par deux fois. En première période d'abord, en égalisant dix minutes après avoir concédé l'ouverture du score par Karapetian (1-1, 16e) et en prenant l'avantage à la 20e minute suite à une accélération d'Olivier Thill suivie d'une frappe qui ricochait sur le poteau droit de Ruffier (1-2, 20e).

Dominés en début de rencontre, les visiteurs avait su retourner le match en leur faveur mais sur sa deuxième occasion de but le Racing parvenait à égaliser. Matias, qui venait de se faire secouer par Lopes, commettait une faute sur son côté droit. Da Mota frappait le corner au deuxième poteau sur la tête de Shala qui avait tout le loisir de placer le ballon au fond des filets (30e, 2-2).

Olivier Thill frappe et marque le 1-2.
Olivier Thill frappe et marque le 1-2.
Photo: Ben Majerus

Karayer fait la différence  

Blessé aux côtes, le jeune buteur devait céder sa place dans la foulée et la première période était sifflée après une occasion de Lafon qui, en déséquilibre, ne pouvait tromper un Ruffier vigilant.

La seconde période allait être une copie presque conforme à la première, un soupçon d'allant offensif en moins. Le club de la capitale coupait les ligne de passes de son adversaire et le Progrès devait attendre l'heure de jeu pour retrouver du punch. Auparavant, Flauss, de retour à la compétition, était à l'ouvrage sur des essais de Jahier et de Dionisio (51e), et de Da Mota (67e). 

Si le Racing collectionnait les corners en fin de match, ceux-ci n'ébranlaient pas une défense commandée par le duo Ferino-Karayer. C'est ce dernier qui allait même se permettre le luxe d'offrir les trois points à son équipe en reprenant un coup franc frappé par Olivier Thill, placé comme Shala en première période, l'ex-Sarregueminois rendait une copie conforme (2-3, 78e).

La formation de Jacques Muller (qui contestera après le match ce troisième but pour un hors jeu),  malgré un gros pressing s'inclinait devant une équipe de Niederkorn qui a fait preuve de davantage de maturité.

Une note de 14/20 vient récompenser les efforts de deux équipes tournées vers l'offensive et qui ont fait preuve d'un bel engagement.

Le fait du match: Niederkorn a pleinement profité de sa campagne européenne pour prendre ses marques. Le deuxième but est un cas d'école avec Françoise à la récupération d'une perte de balle de Da Mota. Ce dernier sert Sébastien Thill qui, d'une louche au-dessus de la charnière centrale du Racing offre un face-à-face contre Ruffier à l'ancien Rosportois qui ne se prive pas d'ouvrir son compteur.

L'homme du match: Pape M'Boup. Positionné devant la défense, il a fait preuve d'un bel abattage pour gratter des ballons dans les pieds, pour couper les lignes de passes et freiner les offensives du Progrès. Et toujours présent dans les moments chauds.

Racing - Progrès 2-3

Stade Camille Polfer (le terrain du Verlorenkost n'étant pas encore prêt), belle pelouse, arbitrage de M. R. Morais assisté de MM. Kricen et Coimbra, 450 spectateurs. Mi-temps: 2-2.

Evolution du score: 1-0 Jahier (6e), 1-1 Karapetian (16e), 1-2 O. Thill (20e), 2-2 Shala (30e), 2-3 Karayer (78e).

Corners: Racing 7 (0+7); Progrès 2 (1+1).

Cartons jaunes: Lopes (27e, grosse faute sur Matias), Mboup (90e, contestation) au Racing; Matias (29e, faute sur Mboup), Karayer (75e faute sur Dionosio), Karapetian (81e antijeu) et Ferino (87e antijeu)  au Progrès.

Cart0n jaune-rouge: Ferino (90+3, main volontaire). 

RACING (4-1-4-1): Ruffier; Hennetier Bernardelli, Henrique, Lopes (68e Mereiles); M'Boup; Shala (31e Dionisio), Nakache,  Nouidra, Da Mota; Jahier (cap.).  

Joueurs non utilisés: Engel; Da Graça et Teles. 

Absents: Semedo, Osmanovic (blessés); Bahloul, Darmon, Quercia, Ramdani et Simon (choix de l'entraîneur).

Entraîneur: Jacques Muller.

PROGRÈS (4-2-3-1): Flauss; Matias,  Ferino, Karayer, Lafon (67e Sully); O. Thill (79e Watzka), Vogel; Françoise,  S. Thill (cap.) (67e Mutsch), Schneider; Karapetian.   

Joueur non utilisés: Mahmutovic et Fiorani.

Absent: Ramdedovic (blessé),  Schinker, Barbaro, Barnabo, Borges,  Mastrangelo et Soares (choix de l'entraîneur.

Entraîneur: Paolo Amodio


Sur le même sujet

BGL Ligue: Strassen frustre une équipe de Rodange séduisante
Frustrés d’être rejoints au score sur un penalty généreusement accordé par monsieur Wilmes et converti par Jäger (64e, 1-1), les Rodangeois ont douté quelques instants. Le remplaçant El Guerrab exploita un caviar de Boulahfari (79e, 1-2) avant de louper la balle de break à la dernière minute. La déception est légitime car Ruppert égalisera dans les arrêts de jeu (90+1). Rageant.
Kevin de Wilde accroche Henid Ramdedovic mais M.Wilmes ne bronchera pas.