Changer d'édition

Benjamin Runser (Strassen): «Aux 30 m, le coach nous dit "Place aux artistes"»
Benjamin Runser, ici sous les couleurs du RM Hamm Benfica, va retrouver l'équipe du Cents avec l'envie de lui jouer un nouveau mauvais tour.

Benjamin Runser (Strassen): «Aux 30 m, le coach nous dit "Place aux artistes"»

Photo: Yann Hellers
Benjamin Runser, ici sous les couleurs du RM Hamm Benfica, va retrouver l'équipe du Cents avec l'envie de lui jouer un nouveau mauvais tour.
Sport 6 min. 10.08.2018

Benjamin Runser (Strassen): «Aux 30 m, le coach nous dit "Place aux artistes"»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
L'UNA espère vivre une saison plus tranquille que la saison dernière

Contrairement à la saison dernière, Strassen a débuté la saison sur les chapeaux de roue en balayant Hostert 6-1. L'UNA entend confirmer à domicile face au RM Hamm Benfica avant un programme particulièrement chargé. Tour d'horizon avec Benjamin Runser, un ancien des Aigles.

Benjamin, la saison dernière vous aviez dû attendre la sixième journée pour remporter votre premier match de championnat. C'était contre Hostert (2-1), une formation qui vous réussit bien comme en témoigne votre succès 6-1. Quelles en sont les raisons?

Ah, ça je ne sais pas trop. J'avais lu que Strassen était un peu la bête noire de Hostert, ce qui s'est avéré le week-end dernier. Les raisons? Sans doute parce que nous avions fort bien préparé ce match, à base de vidéos. Nous savions à quoi nous attendre avec cette équipe de Hostert qui a un jeu un peu stéréotypé. Si on prépare bien les rencontres face à eux, c'est plutôt facile de les contrer.

Lors de votre entrée dans la compétition, Hostert ouvre le score et paradoxalement ce but a le don de vous délivrer...

Nous étions tous un peu nerveux , pourtant nous savions que nous avions effectué une bonne préparation et que nous partions un peu favori de cette rencontre étant donné le recrutement que nous avions réalisé. Une fois que nous avons encaissé ce but, nous nous sommes dit que maintenant nous n'avions plus le choix. Nous égalisons très vite (35e  Lourenco), ça nous fait du bien et nous prenons l'avantage avant la mi-temps (37e Dos Santos). Nous marquons d'entrée après la pause (51e Lafon), ce qui complique encore plus leurs affaires. Ensuite, ils n'ont plus fait les efforts, alors que c'est justement cela leur grande force, ça leur permet de réussir la reconversion attaque-défense.

Vous auriez pu gérer après votre but pour le 1-4, mais vous n'avez rien lâché et inscrit deux buts supplémentaires dont un dans le temps additionnel. Le goal average était-il déjà une priorité?

C'est exactement ce que nous nous sommes dit en ayant en tête ce que nous avons vécu la saison dernière. C'était tendu avec le goal average. A la 70e minute, nous avons discuté et décidé que nous devions mettre le plus de buts possible. Lors de la dernière action quand (Kevin) Ruppert marque notre sixième but, nous sommes encore cinq dans la surface de réparation. Ça dénote une volonté offensive que nous n'avions peut-être pas la saison dernière. L'année passée, nous faisions les actions à deux à trois alors que cette saison nous sommes cinq ou six à attaquer ensemble. Et après, il y a la reconversion défensive quand même, c'est très intéressant.

C'est la «patte» Manuel Correia?

Oui, on travaille beaucoup cet aspect pour nous retrouver en nombre dans la surface de réparation pour conclure les actions. C'est un changement radical par rapport à l'exercice précédent.

Quels sont les autres points sur lesquels votre nouveau coach insiste?

D'abord être bien disciplinés. Mais dans les trente derniers mètres, le coach nous dit toujours «Place aux artistes»... mais avant c'est la rigueur qui prime, la preuve Hostert n'a eu qu'une seule occasion. C'est vraiment un point positif.

Autre point positif, six joueurs se sont répartis les buts.

Effectivement, mais nous aurions pu en mettre plus si nous avions fait preuve de davantage de réalisme. C'est intéressant pour le coach qui peut compter sur tout le monde à l'image de Kevin Ruppert qui rentre et qui marque alors que cela faisait près d'un an qu'il n'avait pas joué. Cela montre bien la force de notre groupe. La concurrence est saine et l'ambiance vraiment bonne.

Vous êtes-vous fixés un objectif avant le départ du championnat?

D'abord obtenir notre maintien le plus rapidement possible, vivre une saison plus tranquille que la saison dernière au cours de laquelle nous avons galéré malgré un bon collectif. On ne rêve pas non plus, le championnat luxembourgeois reste à deux vitesses, mais un bon parcours en Coupe de Luxembourg ne serait pas pour nous déplaire.

«Un vrai match d'hommes»

Ce dimanche, vous retrouvez le RM Hamm Benfica, un de vos anciens clubs (2016-2017) . Quels souvenirs en gardez-vous?

J'y ai fait de belles rencontres. J'ai joué tout le temps lors de la première partie de championnat. Ensuite, au mois d'avril, je suis sorti du groupe sans savoir pourquoi. Peut-être parce que j'avais le statut de joueur transféré. J'ai toujours été droit et honnête... mais j'ai aussi le tort de ne jamais avoir d'explications. Je suis parti à Strassen parce qu'ils me voulaient vraiment.

Le RM Hamm Benfica réussit aussi à l'UNA. Vous restez sur une victoire 6-0 (le 19 mai) avec un but et une passe décisive. On imagine que vous avez encore envie de vous rappeler à leurs bons souvenirs?

C'est certain! D'autant plus que je pense avoir marqué mon plus beau but au Luxembourg face à eux, une frappe, à l'angle de la surface, en pleine lucarne. C'était un match très important pour nous, il y avait du monde, dommage qu'il  n'y ait pas eu d'images. Mais un petit 1-0 nous suffira. L'essentiel pour nous reste d'enchaîner un résultat positif, sinon cette victoire à Hostert n'aura pas servi à grand-chose. On ne va pas s'enflammer non plus, mais il nous faut les trois points parce qu'ensuite on est au devant d'une série difficile: Differdange, Fola, Mondorf, Dudelange.

Quels ingrédients devez-vous mettre dans cette rencontre pour prendre les trois points?

Ce sera un vrai match d'hommes. Si on n'est pas dans le combat physique contre eux on ne peut pas gagner ce match. Ce n'est pas pour autant que nous devons prendre cinq cartons jaunes, mais nous devons répondre présent dans les duels. On sait qu'il y aura peut-être des comportements plus provocateurs que certaines autres équipes. A nous de faire notre match et non nous adapter à eux. Nous les avons joués en match amical, ils s'accrochent.

Vous êtes-vous fixé un objectif en terme de buts?

Plus que la saison dernière! J'en avais marqué six. Autant que mon numéro de maillot ce serait bien. C'est le 13, ça ferait juste deux buts de moins que le total inscrit avec Beggen en 2015-2016.

Les pronos de Benjamin Runser pour la deuxième journée

Samedi à 18h

Titus Pétange - Hostert 2-0

Dimanche à 16h

Jeunesse - Rumelange 3-1

Racing - Rosport 1-1

Strassen - RM Hamm Benfica 2-0

Mondorf - Fola 0-1

Lundi à 19h30

Dudelange - Differdange 2-0

Remis à une date ultérieure

Progrès - Etzella


Sur le même sujet

Bertino Cabral (RMHB): «Marquer le plus vite possible»
En revenant au RM Hamm Benfica, Bertino Cabral a retrouvé du temps de jeu et le chemin des filets. L'attaquant de couloir, qui a inscrit trois buts en deux matches, se livre avant le derby de la capitale face au Racing et nous offre ses pronostics.
Bertino Cabral a encore en tête la victoire du Racing sur le RM Hamm Benfica suite à une action litigieuse. Dimanche sonnera l'heure de la revanche.
Kevin Sommer (Jeunesse): «Efficace avant d'être propre»
La Jeunesse a beaucoup encaissé depuis le début de saison, mais Kevin Sommer ne s'en formalise pas. Le gardien français souligne les progrès effectués par les Bianconeri dans ce secteur. La finalité reste la victoire et une troisième place qualificative pour l'Europe.
Kévin Sommer et Milos Todorovic restent sur un 15/15 en championnat. Qu'importe les clean sheet!