Changer d'édition

Ben Payal (Strassen): «Que chacun fasse l'effort pour l'autre»
Sport 3 min. 02.11.2018

Ben Payal (Strassen): «Que chacun fasse l'effort pour l'autre»

Ben Payal, ici face à Danel Sinani, attend un déclic. Viendra-t-il comme la saison dernière de Niederkorn?

Ben Payal (Strassen): «Que chacun fasse l'effort pour l'autre»

Ben Payal, ici face à Danel Sinani, attend un déclic. Viendra-t-il comme la saison dernière de Niederkorn?
Photo: Stéphane Guillaume
Sport 3 min. 02.11.2018

Ben Payal (Strassen): «Que chacun fasse l'effort pour l'autre»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Ben Payal en appelle à la solidarité pour que Strassen sorte de l'ornière dans laquelle il est embourbé. Le déplacement à Niederkorn rappelle de bons souvenirs à l'ancien international. C'est là que le FC UNA avait repris vie la saison dernière.
  • Ben, on imagine que la parenthèse en coupe avec cette qualification à Rumelange vous a fait beaucoup de bien?

Enormément car on vient de traverser une mauvaise passe en championnat. On se retrouve avant-dernier!

  • Comment en êtes-vous arrivé là?

Au terme du premier match que l'on gagne 6-1 à Hostert, on se retrouve en tête du classement. Tout le monde a cru que ça allait devenir facile et que la saison serait moins compliquée que la précédente. C'était oublier que l'on doit se remettre en question tous les jours et ne pas penser que ça roulera tout seul.  

  • Où situez-vous vos lacunes?

Quand tu te retrouves en bas de classement, ça devient compliqué et les détails comptent encore plus. Face à Rumelange, on a joué sur nos qualités et sur notre capacité à rester en place. Avant ça, on a souvent manqué d'agressivité. On n'a pas toujours fait les efforts nécessaires et c'est ce qui nous a mis en difficulté.

  • Vous avez de nouveau changé d'entraîneur en début de saison. Un nouveau recommencement à zéro?

Oui, avec l'arrivée de douze ou treize nouveaux joueurs. Cela change des saisons précédentes. Mais la qualité est là. On ne s'est pas encore trouvé comme il faut. Il nous manque un déclic, que chacun fasse l'effort pour l'autre et ça ira.  

  • Strassen a-t-il vécu un changement trop brutal cet été?

Peut-être que le recrutement a été trop massif, mais on a voulu changer les choses. Le nouveau coach est arrivé avec une équipe en tête. Cela s'est bien passé au début, mais je savais que ce serait compliqué avec tant de nouveaux garçons pour trouver la bonne solution. Mais ce sont nous, les joueurs, qui devons trouver la clef. On a une bonne ambiance dans le groupe, mais sur le terrain, on doit montrer que l'on est une équipe et se sacrifier à 100 % pour l'autre.  

  • On gagne et on perd en équipe, mais on a le sentiment que vous manquez d'efficacité devant, non?

On ne se procure pas assez d'occasions. On sait jouer au foot mais on se crispe dès qu'on prend un but. Il nous faut un déclic. On mène rapidement à Pétange avant de ne plus rien voir. C'est peut-être dans la tête. Ceux qui ont vécu la saison dernière savent comment c'est de galérer toute une saison.

  On ne se procure pas assez d'occasions. On sait jouer au foot mais on se crispe dès qu'on prend un but.  

  • Votre situation est peu enviable au classement avec seulement sept points. Doit-on s'alarmer?

Pas besoin de tirer la sonnette d'alarme maintenant. On a viré à mi-saison l'an dernier avec neuf points. Après Niederkorn ce week-end, on va rencontrer des équipes à notre portée. C'est là qu'il va falloir serrer les coudes.  

  • Justement, le match au Progrès la saison dernière vous avait servi de déclic. Y pense-t-on encore à quelques heures d'y retourner?

Oui ça reste en tête. On avait enchaîné avec beaucoup de victoires. C'est peut-être le bon moment après notre succès en Coupe et un moral en hausse. On va essayer de garder le zéro derrière et de produire du jeu ensuite.

  • Vous êtes déjà un routinier de l'élite. Le niveau de celle-ci augmente-t-il?

Saison après saison, ça devient plus difficile. Le niveau augmente, toutes les équipes prennent des points, aucune n'est déjà condamnée.

  • Quel regard jetez-vous sur le parcours de la sélection ces derniers mois?

Je reste en contact avec plein de joueurs. Je suis super content de voir comment ça évolue. Je suis sûr qu'on est capable de battre la Biélorussie pour poursuivre l'aventure. Ce serait mérité.

  • Pour finir, Ben, peut-on vous demander vos pronostics pour cette dixième journée? 

Samedi à 18h

Progrès - Strassen 0-1

Dimanche à 15h30

Rosport - Fola 1-2

Dimanche à 16h

Jeunesse - RM Hamm Benfica 2-0

Hostert - Differdange 0-2

Etzella - Mondorf 1-1

Rumelange - Dudelange 0-3

Racing - Titus Pétange 1-1



Sur le même sujet

Bryan Maison (USR): «Une revanche à prendre face à Etzella»
Rumelange a bien débuté sa saison et retrouve Etzella, l'autre promu, ce dimanche, un adversaire davantage à sa mesure que Niederkorn et la Jeunesse. Bryan Maison et l'USR ont d'ailleurs un petit compte à régler avec des Ettelbruckois qui les avaient privés du titre de champion de Promotion d'Honneur.
Bryan Maison et les Rumelangeois retrouvent Etzella, l'autre promu, ce dimanche au Deich.
BGL Ligue: Romain Ruffier (Wiltz): «Nous manquons de Luxembourgeois»
Ecrasé 0-6 par Dudelange, lors de l'ouverture du championnat, Wiltz va connaître un mois d'août difficile et passera un test intéressant dimanche à Rumelange, une formation appréciée par Romain Ruffier. Par la même occasion, le portier nordiste nous livre aussi ses «pronos» pour cette deuxième journée de BGL Ligue.
Romain Ruffier apprécie les valeurs véhiculées par l'USR mais il ne lui déplairait pas de prendre un point à Rumelange dimanche.