Changer d'édition

Avant Luxembourg - Hongrie amical (jeudi à 20h): Dave Turpel: «La perspective de la Ligue des Nations me réjouit»
En tant qu'attaquant, Dave Turpel se réjouit du processus dans lequel l'équipe nationale s'est engagé en vue de la prochaine Ligue des Nations

Avant Luxembourg - Hongrie amical (jeudi à 20h): Dave Turpel: «La perspective de la Ligue des Nations me réjouit»

Photo: Ben Majerus
En tant qu'attaquant, Dave Turpel se réjouit du processus dans lequel l'équipe nationale s'est engagé en vue de la prochaine Ligue des Nations
Sport 3 min. 08.11.2017

Avant Luxembourg - Hongrie amical (jeudi à 20h): Dave Turpel: «La perspective de la Ligue des Nations me réjouit»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Dave Turpel (25 ans, 31 sélections) s'est présenté devant la presse mercredi, à un peu plus de 24 heures de l'amical Luxembourg - Hongrie. L'attaquant du F91 Dudelange, qui s'affirme de plus en plus en sélection, se réjouit de disputer la Ligue des Nations l'année prochaine.

Dave Turpel (25 ans, 31 sélections) s'est présenté devant la presse mercredi, à un peu plus de 24 heures de l'amical Luxembourg - Hongrie. L'attaquant du F91 Dudelange, qui s'affirme de plus en plus en sélection, se réjouit de disputer la Ligue des Nations l'année prochaine.

Propos recueillis par Jean-François Colin

Dave, vous êtes présent devant la presse ce mercredi au côté du sélectionneur. C'est plutôt bon signe en vue du match de ce jeudi...

En fait, ce sont soit Laurent (Jans), soit Chris (Philipps) qui devaient venir, mais ils ont décliné et m'ont désigné...

Mais le fait d'être ou non titulaire en sélection est une question que vous vous posez de moins en moins?

Je ne suis pas le seul dans le cas. Tous les joueurs viennent pour jouer. Tout le monde est animé par cette motivation. C'est à nous de nous montrer aux entraînements. Jamais, je ne pense que je serai sur le banc lors du prochain match. Dans le passé, il y a eu beaucoup de matches où je n'ai pas joué, mais je n'ai jamais lâché. Et c'est vrai que lors de la dernière campagne de qualification, j'étais très souvent sur le terrain: j'ai participé à neuf des dix matches; j'ai juste loupé celui contre la France à la maison. Cela prouve qu'il ne faut jamais lâcher.

Dave Turpel était présent au côté de Luc Holtz lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant-match, ce mercredi à Lipperscheid
Dave Turpel était présent au côté de Luc Holtz lors de la traditionnelle conférence de presse d'avant-match, ce mercredi à Lipperscheid
Photo: Jean-François Colin

Avez-vous l'impression d'avoir franchi un palier lors de cette dernière campagne avec l'équipe nationale?

Je me suis développé match par match, et cela fait évidemment du bien de pouvoir les enchaîner. Mais l'écart entre les matches en sélection et ceux avec Dudelange est énorme, et il s'agit de pouvoir bien gérer des situations de stress devant le but. C'est l'aspect mental. Faire le bon choix, cela ne s'apprend qu'en tutoyant régulièrement le plus haut niveau.

La perspective de la prochaine Ligue des Nations doit certainement réjouir l'attaquant que vous êtes...

Oui, c'est clair. Comme attaquant, le processus qui se met en place en équipe nationale est une chose positive pour moi. Normalement, nous sommes appelés à nous frotter à des adversaires face à qui nous aurons plus d'occasions. Nous-mêmes aurons peut-être d'autres systèmes de jeu. Quoi qu'il en soit, je veux toujours marquer.

Justement, nourrissez-vous des regrets à propos des nombreuses occasions ratées dans les derniers matches?

C'est difficile à dire. Mais je crois qu'en concrétisant ces occasions, je pouvais me retrouver au niveau d'Auré (Joachim) quant aux buts marqués. Mais déjà lors de la campagne précédente, notamment face à l'Ukraine et la Biélorussie, sur ces quatre matches, j'aurais pu mettre quatre buts. Là, aujourd'hui, j'en suis à deux buts inscrits en équipe nationale (en 31 sélections, ndlr), mais il me faut continuer à me battre et cela va certainement rentrer.

Veiga absent de l'entraînement ce mercredi

Vingt-et-un joueurs, plus Laurent Jans en marge du groupe, se sont ébroués mercredi à 16 heures sur les hauteurs embrumées de Lipperscheid. Vingt-deux au total donc, et non pas vingt-trois. L'élément manquant? Eric Veiga.

«Il a ressenti une douleur au niveau du quadriceps hier soir (lisez: mardi soir). C'est une petite élongation, et il a donc fait l'impasse sur ce dernier entraînement», explique le sélectionneur, Luc Holtz, au sujet du joueur de l'Eintracht Brunswick.


Sur le même sujet

Mario Mutsch: «La plus belle génération que j'ai connue»
Sur la pelouse du Stadio Olympico de Serravalle, Mario Mutsch devrait fêter sa 99e sélection avec les Roud Léiwen et devenir l'international le plus capé de toute l'histoire du football luxembourgeois. Rencontre avec un «monument» qui accompagne une génération dorée.
Mario Mutsch se félicite de l'amalgame entre jeunes et joueurs expérimentés comme lui.
Tom Saintfiet: «J'ai vu 112 matches en cinq mois»
Globe-trotter de la planète foot, le Belge Tom Saintfiet a repris la sélection maltaise il y a cinq mois. Boulimique de ballon rond, le technicien flamand a vu toutes les équipes du pays mais doit opérer un choix parmi 56 joueurs.
Tom Saintfiet connaît tous les joueurs luxembourgeois par coeur.
France - Luxembourg 0-0: «C'est un jour de gloire!»
Le jour de gloire est arrivé. Le match nul, au goût de victoire, obtenu contre la France (0-0), ce dimanche à Toulouse, à l'occasion des éliminatoires du Mondial 2018 restera sans doute comme l'un des plus grands exploits du football luxembourgeois. Il a été apprécié à sa juste mesure. Réactions.
Luxembourg's players celebrate after the FIFA World Cup 2018 qualifying football match France vs Luxembourg on September 3, 2017 at the Municipal Stadium in Toulouse, southern France.   / AFP PHOTO / REMY GABALDA