Changer d'édition

Avant Luxembourg - France: Chris Philipps: «L’équipe de France est la référence en Europe»
Sport 4 min. 13.03.2017

Avant Luxembourg - France: Chris Philipps: «L’équipe de France est la référence en Europe»

Chris Philipps respecte la France, mais pas question de signer pour une courte défaite avant l'affrontement!

Avant Luxembourg - France: Chris Philipps: «L’équipe de France est la référence en Europe»

Chris Philipps respecte la France, mais pas question de signer pour une courte défaite avant l'affrontement!
Photo: Ben Majerus
Sport 4 min. 13.03.2017

Avant Luxembourg - France: Chris Philipps: «L’équipe de France est la référence en Europe»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Le Luxembourg s’apprête à accueillir la France le samedi 25 mars au stade Josy-Barthel. Une belle affiche dans le cadre des rencontres qualificatives pour la Coupe du Monde 2018 en Russie. Chris Philipps sera l’une des sentinelles du milieu grand-ducal chargées de freiner le jeu français. Propos.

Le Luxembourg s’apprête à accueillir la France le samedi 25 mars au stade Josy-Barthel. Une belle affiche dans le cadre des rencontres qualificatives pour la Coupe du Monde 2018 en Russie. Chris Philipps sera l’une des sentinelles du milieu grand-ducal chargées de freiner le jeu français. Propos.

Recueillis par Hervé Kuc

Chris, le Luxembourg recevra l’équipe de France le samedi 25 mars prochain. Pensez-vous déjà à cet évènement?

C’est une partie qui est dans un coin de mon esprit car le FC Metz reçoit Bastia vendredi (19h) en championnat et c’est donc ma priorité du moment. J’ai disputé un petit match de préparation avec la sélection la semaine dernière et clairement nous avons hâte d’y être. J’aime bien dire que nous ne sommes pas une grande nation de football au vu des résultats même si nous avons accompli d’énormes progrès. On essaye d’avancer, nous possédons en Luc Holtz un sélectionneur qui est là depuis un bon moment et qui vient de prolonger son contrat.

Que manque-t-il au football luxembourgeois pour franchir un nouveau palier et se rapprocher d’un pays comme l’Islande qui a participé à l’Euro 2016 en France?

L’Islande est l’exemple que l’on nous cite à chaque fois: au Luxembourg nous n’avons pas vraiment cette mentalité portée vers le sport. Au pays, il y a une à deux heures d’activité physique par semaine dans les écoles primaires et on devrait augmenter ce temps dédié au sport. Au sein de l’équipe nationale de football, il nous manque surtout d’avoir plus de joueurs qui évoluent dans le monde «pro» à l’étranger: actuellement nous ne sommes que 9 ou 10 dans ce cas. La Macédoine ou la Biélorussie comptent 23 professionnels dans leur groupe, pas nous. Même moi, quand j’ai commencé le football, mon objectif n’était pas de devenir professionnel.

L’objectif du Grand-Duché (6e, 1 point) est-il de devancer la Biélorussie (5e, 2) au classement final du groupe A des qualifications à la Coupe du monde?

On veut encore progresser dans notre manière de jouer, fournir plus de contenu dans nos rencontres. Nous avions été capables de partager les points en Biélorussie (1-1, 10 octobre 2016, but de Joachim) et on jouera la victoire lors du match retour chez nous, c’est clair. Si on peut finir avant-dernier du groupe, nous serons contents.

Dans un peu moins de deux semaines, que doit redouter le Luxembourg face à la France?

L’équipe de France est certainement l’équipe référence en Europe. De plus, il y a une génération en or qui arrive. Pour nous, ce n’est pas un match bonus car nous pourrions prendre des points face à elle, tout en sachant que cela sera forcément compliqué tout de même. Cela dit, le 25 mars, nous ne rentrerons pas sur la pelouse en se disant que nous allons nous incliner.

En novembre 2016, devant les Pays-Bas (1-3), la sélection luxembourgeoise avait su contenir les Néerlandais avant de plier. Faudra-t-il s’inspirer de cette partie face aux Bleus?

Effectivement, nous étions à égalité à la pause (1-1, Chanot) avant d’encaisser deux buts de l’actuel Lyonnais Memphis Depay (58e et 84e). Nous arrivons de plus en plus souvent à reproduire de telles prestations face à ces adversaires même si les vingt dernières minutes sont généralement difficiles pour nous. Depuis quelque temps, nous bénéficions d’une plus grande profondeur sur le banc de touche et ceci nous fait du bien.

Comment jugez-vous l’apport de l’ex-Messin Mario Mutsch (32 ans) qui évolue actuellement au FC Saint-Gall (Suisse) ?

Mario est un garçon qui possède beaucoup d’expérience, il est respecté par tout le monde dans le vestiaire et il affiche un état d’esprit exemplaire. C’est un vrai professionnel, il est en grande forme car même lorsqu’il ne joue pas il se programme des séances individuelles. Je l’ai vu mercredi dernier et je sais qu’il sera prêt pour affronter l’équipe de France. Il est très important pour notre sélection.

En 2011, lors des matchs de qualification à l’Euro 2012, la France avait dû «cravacher» pour distancer à deux reprises le Grand-Duché (2-0). Vous contenteriez-vous de ces deux mêmes résultats?

Franchement, aujourd’hui je ne signerais pas pour ces deux résultats. Il y a toujours moyen de faire quelque chose, nous avions su maîtriser l’Italie (1-1, juin 2014, amical) et c’est une performance qui nous permet d’espérer. J’admets que l’équipe du Luxembourg n’est plus la même qu’en 2011 mais c’est surtout l’équipe de France qui a beaucoup changé depuis.

Vincent Thill (FC Metz) soigne une blessure à la cheville. Sera-t-il apte à disputer cette rencontre?

Aujourd’hui, il peut prétendre à être titulaire en sélection, donc s’il venait à manquer ce match ce ne serait pas une bonne chose. Il a repris l’entraînement avec le groupe FC Metz ce lundi 13 mars et personnellement je n’ai pas perdu l’espoir de le voir avec nous face aux Français. Ce n’est pas le plus grand des défenseurs mais Vincent peut nous apporter beaucoup.


Sur le même sujet

Tom Saintfiet: «J'ai vu 112 matches en cinq mois»
Globe-trotter de la planète foot, le Belge Tom Saintfiet a repris la sélection maltaise il y a cinq mois. Boulimique de ballon rond, le technicien flamand a vu toutes les équipes du pays mais doit opérer un choix parmi 56 joueurs.
Tom Saintfiet connaît tous les joueurs luxembourgeois par coeur.
France - Luxembourg 0-0: «C'est un jour de gloire!»
Le jour de gloire est arrivé. Le match nul, au goût de victoire, obtenu contre la France (0-0), ce dimanche à Toulouse, à l'occasion des éliminatoires du Mondial 2018 restera sans doute comme l'un des plus grands exploits du football luxembourgeois. Il a été apprécié à sa juste mesure. Réactions.
Luxembourg's players celebrate after the FIFA World Cup 2018 qualifying football match France vs Luxembourg on September 3, 2017 at the Municipal Stadium in Toulouse, southern France.   / AFP PHOTO / REMY GABALDA