Changer d'édition

Atlanta, une équipe créée pour gagner et régner
Josef Martinez, meilleur buteur et meilleur joueur de l'année, symbolise la réussite d'Atlanta.

Atlanta, une équipe créée pour gagner et régner

Photo: AFP
Josef Martinez, meilleur buteur et meilleur joueur de l'année, symbolise la réussite d'Atlanta.
Sport 3 min. 07.12.2018

Atlanta, une équipe créée pour gagner et régner

Qui pour succéder à Toronto?

(AFP) - Moins de deux ans après ses débuts dans le Championnat nord-américain de football (MLS), Atlanta touche déjà au but et peut remporter son premier titre de champion samedi contre Portland.

Atlanta est déjà au sommet: c'est l'équipe qui a la plus forte fréquentation de MLS (53.000 spectateurs par match), le stade le plus vaste du championnat (le spectaculaire Mercedes Benz Stadium, 71.000 places, qu'elle partage avec l'équipe de football américain des Atlanta Falcons) ou encore, selon le magazine économique Forbes, la plus forte valorisation dans le «soccer» nord-américain (330 millions de dollars, soit 290,5 M EUR).

Elle est aussi entraînée par celui qui a été élu meilleur coach de MLS, l'Argentin Gerardo «Tata» Martino, et compte dans ses rangs le meilleur buteur et meilleur joueur (MVP) du Championnat 2018, le Vénézuélien Josef Martinez. On pourrait ajouter qu'Atlanta a battu des records pour la MLS en matière de transferts ou encore que ses dirigeants ont dépensé 60 millions de dollars (52,8 M EUR) pour son centre d'entraînement qui n'a pas d'équivalent aux Etats-Unis, voire en Europe.

Un homme est à l'origine de ce succès fulgurant, le milliardaire Arthur Blank, co-fondateur de la chaîne de magasins de bricolage Home Depot et propriétaire également des Atlanta Falcons. «Notre but pour ce club est de fabriquer un produit de la plus haute qualité qui gagne, sur le terrain et en dehors», avait-il expliqué en 2017 lors d'une de ses rares prises de parole en public.

Il n'est plus qu'à une victoire face à Portland samedi devant 70.000 spectateurs, un record pour une finale MLS, de voir sa vision se réaliser. Il doit beaucoup à «Tata» Martino, ancien entraîneur du FC Barcelone et ex-sélectionneur de l'Argentine qui, dès sa première saison en 2017, a conduit son équipe en play-offs.

Accent sud-américain

«On a travaillé deux ans d'arrache-pied pour en arriver là: cette finale, c'est notre récompense», a indiqué Martino qui quittera son poste à l'issue de cette finale a priori pour diriger la sélection mexicaine.

L'autre pari d'Atlanta, c'est d'avoir recruté des jeunes joueurs à fort potentiel, plutôt que des stars du football européen en fin de parcours comme Wayne Rooney (DC United), Bastian Schweinsteiger (Chicago) ou Zlatan Ibrahimovic (LA Galaxy).

L'exemple éclatant de cette réussite est le buteur vénézuélien Josef Martinez qui s'est relancé en MLS après un passage guère concluant avec le Torino en Italie: il a marqué 50 buts en 54 matchs et dépoussiéré cette saison le record MLS avec 31 réalisations. «Je veux rester ici aussi longtemps qu'on voudra de moi, je suis heureux à Atlanta», a même assuré Martinez (25 ans).

«La MLS a beaucoup progressé grâce à ces joueurs sud-américains qui pourraient jouer en Europe, ce n'est plus un championnat pour pré-retraités», a renchéri Martino. Atlanta, dirigé donc par un technicien argentin, compte dans son effectif huit joueurs venus d'Amérique du Sud, tandis que Portland, sacré champion MLS en 2015, en a neuf dans son effectif.

Les Timbers qui n'ont pas les faveurs des pronostics avant cette finale 2018, sont dirigés par un ancien international vénézuélien Giovanni Savarese qui prévoit que ces accents sud-américains entendus dans les vestiaires de MLS ne sont pas près de s'estomper. «Chaque année, la MLS gagne en crédibilité en Amérique du Sud», a-t-il prévenu.

Les cinq derniers champions

2017: Toronto      

2016: Seattle                

2015: Portland               

2014: Los Angeles                

2013: Kansas City


Sur le même sujet

MLS: un air sud-américain et une Green Card pour Chanot
Toronto est le grand favori à sa propre succession dans le Championnat nord-américain de football (MLS) qui débute ce samedi avec une vague de joueurs venus d'Amérique du Sud et un séduisant et ambitieux débutant, le Los Angeles FC.
Lauréat en 2017, Toronto est devenue la première équipe canadienne à s'imposer en MLS.