Changer d'édition

Après Swift - Union Titus Pétange (0-2): Denis Cabrillon: «Aucun calcul à faire»
Sport 2 min. 01.05.2016

Après Swift - Union Titus Pétange (0-2): Denis Cabrillon: «Aucun calcul à faire»

Denis Cabrillon reste mobilisé pour une fin de saison tendue

Après Swift - Union Titus Pétange (0-2): Denis Cabrillon: «Aucun calcul à faire»

Denis Cabrillon reste mobilisé pour une fin de saison tendue
Photo: imagify
Sport 2 min. 01.05.2016

Après Swift - Union Titus Pétange (0-2): Denis Cabrillon: «Aucun calcul à faire»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Capitaine du Swift (11e) battu à la régulière par l'Union Titus Pétange samedi, Denis Cabrillon (26 ans) garde le moral. Les trois prochains matches seront des finales. Sandweiler (9e), Beggen (10e) et Erpeldange (12e) sont des rivaux. La bagarre promet.

Capitaine du Swift (11e) battu à la régulière par l'Union Titus Pétange samedi, Denis Cabrillon (26 ans) garde le moral. Les trois prochains matches seront des finales. Sandweiler (9e), Beggen (10e) et Erpeldange (12e) sont des rivaux. La bagarre promet.

Propos recueillis par Vincent Lommel

Denis, l'entraîneur Serge Wolf ne semblait pas trop abattu après cette défaite (2-0). Est-ce votre cas?

Avant de monter sur le terrain, nous connaissions la difficulté de la tâche. L'Union lorgne la montée, est solide dans tous les secteurs du jeu. Nous ne pouvions pas plus mal commencer avec un score de 0-2 après vingt-deux minutes.

De compliquée, la mission devenait-elle impossible?

Oui et non. Oui car remonter deux buts à une telle équipe est obligatoirement compliqué. Non car nous aurions dû égaliser - Mauger s'est procuré deux superbes occasions à 0-1 (20e et 21e) - voire revenir à 2-1. Je nourris des regrets suite à ce manque de réalisme offensif mais aussi défensif.  

En deuxième mi-temps, par contre, votre équipe fut incapable de mettre le feu au sein de la défense visiteuse...

Sur la brèche jeudi soir, l’Union a géré et le Swift, fatigué, était trop juste pour relancer le suspense.  Ce match était un bonus même si nous n'aurions pas craché sur un point. 

Le trio Dzanic-Smigalovic-Baier est difficile à contrer...

On connaît ses qualités, ses statistiques, ce qui n'empêche qu'il est ingrat de le mettre sous l'éteignoir. Ces joueurs pèsent. On a pu s'en rendre compte.  

Kayl-Tétange et Beggen ont gagné. Voilà qui resserre la hiérarchie...

Promu en BGL Ligue, Käerjéng ambitionne de terminer champion. Il ne lâchera pas (complètement) l'affaire. Nous pensions, peut-être, Kayl/Tétange mort mais gagner à Käerjéng est son mérite. Chapeau. Bref. Erpeldange et Hesperange réalisent la mauvaise affaire du week-end. 

Le moral est-il en berne?

Absolument pas. Le groupe savait que le championnat allait se jouer lors de la dernière journée - Swift-Erpeldange, Hostert-Beggen, Kayl-Norden et Sandweiler -Käerjéng - le 22 mai. Ça sera le cas. Tout pourrait (déjà) changer dimanche prochain, mais évitons les calculs...

Cinq formations se tiennent sur six points. Qu’est-ce qui fera la différence?

Le mental, l'état d'esprit. Nos trois derniers matches sont des finales: à Sandweiler, à Beggen et contre Erpeldange. Glaner trois succès sera synonyme de maintien. Le problème...

Le problème?

Nos rivaux raisonnent de la sorte. Inutile de commencer à calculer ou de tirer des plans sur la comète. Il faudra y aller à fond. Si chaque coéquipier est concerné, si le groupe est soudé, tout ira bien et les résultats seront positifs. Par contre si chacun jouait sa carte personnelle...

Vous terminez votre huitième campagne au Swift. Vous êtes un élément important...

Je m'y sens bien. Le premier tour s'avéra très, très compliqué même si nous possédons une bonne équipe. Je suis concentré sur la fin de saison. Etre à 100% est impératif.


Sur le même sujet

La lutte pour le maintien fait rage en PH: Cinq équipes pour deux places
La bagarre pour éviter la place de descendant direct (13e) et les deux (12e et 11e) de barragiste fait rage à deux journées de la fin. Remich-Bous (14e) étant condamné, Beggen, Sandweiler, le Swift, Erpeldange et Kayl/Tétange sont concernés et plusieurs confrontations directes sont au programme. Chaud devant.
Alvaro Pires pressé par Nivaldo Mendes et Daniel Ferreira. L'Avenir Beggen et Sandweiler ont deux journées pour assurer leur maintien en Promotion.