Changer d'édition

Après Rodange - Differdange 2-1: «Rodange a gagné sur le plan physique mais aussi mental»
Sport 6 min. 25.08.2017 Cet article est archivé

Après Rodange - Differdange 2-1: «Rodange a gagné sur le plan physique mais aussi mental»

Après Rodange - Differdange 2-1: «Rodange a gagné sur le plan physique mais aussi mental»

Sport 6 min. 25.08.2017 Cet article est archivé

Après Rodange - Differdange 2-1: «Rodange a gagné sur le plan physique mais aussi mental»

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Fort de son bon début de saison, le FC Rodange 91 recevait jeudi soir un FC Differdange 03 en proie aux doutes. Si le match a été intense et engagé du début à la fin, les deux équipes ont chacune justifié leur place au classement.

Fort de son bon début de saison, le FC Rodange 91 recevait jeudi soir un FC Differdange 03 en proie aux doutes. Si le match a été intense et engagé du début à la fin, les deux équipes ont chacune justifié leur place au classement. Après quatre sorties, Rodange est deuxième, le FCD03 huitième.

Par Thomas Fullenwarth

La bataille au milieu de terrain, ici Dwayn Holter et Guy Tapé, a tourné à l'avantage des locaux.
La bataille au milieu de terrain, ici Dwayn Holter et Guy Tapé, a tourné à l'avantage des locaux.
les Differdangeois

Pourquoi Rodange a-t-il mérité sa victoire ?

Pour son premier gros test de la saison, le coach Séraphin Ribeiro alignait un 4-2-1-3 avec deux milieux défensifs et De Sousa dans le rôle de meneur de jeu.

En première mi-temps, les Rodangeois ont choisi de ne pas relancer le jeu de leur défense. En effet, à chaque récupération du gardien Goedert, ce dernier n’a pratiquement jamais relancé court sur ses défenseurs voire milieux défensifs. Il a toujours choisi l’option du dégagement. Dans le cas d’une récupération défensive dans leurs 30 mètres, ses défenseurs choisissaient cette même option.

On a eu le sentiment que les Rodangeois s’appuyaient sur la force de récupération de ses deux milieux défensifs, Makasso et Tapé. En effet, ces deux joueurs ont ratissé un nombre incroyable de ballons imposant leur physique monstrueux à des «clients» comme Holter ou Fleurival. C’est à ce moment que Rodange enclenchait ses attaques via une transmission rapide vers De Sousa.

Le meneur de jeu avait ensuite le choix entre ses trois attaquants. Que ce soit Menaï en décrochage, ou Hornuss et Boulahfari en profondeur ou en dribbling, la vitesse mise dans chacun des gestes a très souvent mis les Differdangeois en difficulté.

Un mouvement perpétuel en attaque qui a pris de vitesse une défense adverse souvent passive.

En deuxième période, face à une équipe differdangeoise jouant le tout pour le tout, les locaux se sont logiquement retrouvés en difficulté et ce, pendant pratiquement toute la mi-temps.

Malgré cela quelques éléments leur ont permis de s’en sortir:

  • Un gardien en réussite mêlant talent et chance
  • Un pied qui traîne, un contre favorable… ce qui traduit beaucoup d’impact physique
  • Le vice des joueurs expérimentés: petites fautes énervantes, rester par terre après une faute, jouer la montre…
  • Une ligne d’attaque capable de maintenir la pression sur la défense adverse grâce à sa vitesse et sa capacité à garder le ballon en gagnant ses duels

En résumé, face à un adversaire de qualité, Rodange a gagné son match sur le plan physique, sur le plan mental et a fait basculer la chance de son côté en prenant une bonne dose de risques.

Gonçalo Almeida tente de se faufiler dans l'arrière-garde du FCR91.
Gonçalo Almeida tente de se faufiler dans l'arrière-garde du FCR91.
Par Thomas Fullenwarth

Pourquoi Differdange n’a-t-il pas mis toutes les chances de son côté?

Avant le coup d’envoi, on a pu constater que Pascal Carzaniga abordait ce match chez le promu Rodangeois avec prudence et respect pour le parcours de ce dernier.

Si les Differdangeois ont commencé fort avec deux actions plus que franches en deux minutes de jeu (qui auraient pu tuer le match d’entrée), ils se sont rapidement retrouvés limités dans leur jeu et ont peiné à trouver des solutions.

En effet, Fleurival, habituel déclencheur des actions differdangeoises, n’arrivait pas à trouver son meneur de jeu, Bettmer, muselé et chahuté par les milieux défensifs rodangeois. Ainsi, les attaquants ont souvent été recherchés dans la profondeur via des ballons longs derrière les défenseurs latéraux locaux. Souvent plus véloces, c’est donc via les centres d’Amri et Almeida que le danger arrivait devant le but de Goedert.

Cependant, Differdange a manqué de présence devant le but. Souvent, seuls Perez et un de ses ailiers terminaient ces actions. Bettmer restait à l’entrée de la surface. Holter et Fleurival n’avaient, quant à eux, pas eu le temps d’arriver jusque-là.

Très étonnamment, alors que Hornuss et Boulahfari ne redescendaient pas vraiment aider leurs défenseurs, les latéraux Franzoni et Jänisch ne sont jamais montés apporter le surnombre offensif. Ils auraient sûrement permis d’ajouter un ou deux joueurs devant le but pour terminer les actions.

Un cas qui se répète au fil des matchs du côté de Differdange.

De même, en deuxième mi-temps, ce souci d’infériorité numérique dans la zone de vérité s’est posé. Et ce malgré le fait que le coach Carzaniga ait changé son système de jeu en passant à quatre attaquants.

Si Rodange avait fait le choix de baisser son bloc-équipe et de subir, on ne retrouvait pas plus de trois ou quatre joueurs visiteurs à la retombée des centres. Face à une équipe de «morts la faim», il était donc difficile de gagner ces ballons.

Moins dans la finesse qu’Er Rafik, mais plus dans le combat, Nicolas Perez a été récompensé de ses efforts mais n’a pas pu rattraper les erreurs défensives de ses coéquipiers.

En effet, si solide la saison dernière, la charnière centrale Vandenbroeck-Siebenaler a régulièrement été dépassée par la vitesse rodangeoise et punie par ses erreurs de marquage traduisant une certaine passivité.

Rodange peut-il aller chercher autre chose que le maintien?

Sensations de ce début de championnat, Rodange et Hostert sont aujourd’hui dauphins du Progrès Niederkorn.

Si l’objectif d’un promu reste le maintien, il est évident que ces points offrent un coussin confortable à ces deux équipes au profil différent.

Contrairement à l’US Hostert, Rodange n’a pas révolutionné le groupe qui a accédé à l’élite. Il possédait déjà une ossature de joueur mêlant expérience et révélations.

En ajoutant des recrues de qualité dans chaque ligne (Dog, Makasso et Menaï) aux joueurs comme Ramdedovic, Hornuss et Boulahfari mais aussi aux révélations comme Yao et Tapé, Rodange s’est constitué un noyau d’une petite dizaine de joueurs ayant très largement le niveau de la BGL Ligue.

On a réellement la sensation que, sur le terrain, les joueurs sont capables de gérer leur match sans que leur entraîneur intervienne. On sent le coach Ribeiro soulagé d’un poids qui lui permet de se concentrer sur le jeu mais surtout sur la motivation de ses joueurs et c’est peut-être ce qui explique la belle entame rodangeoise.

On entend de plus en plus qu’un entraîneur doit avant tout être un bon manager, avoir une bonne gestion humaine, c’est peut-être cela qui permettra au promu de ne pas imploser en cas de tempête et de faire la différence sur d’autres clubs au profil similaire.

Daniel Goedert a réalisé un grand match face à Differdange.
Daniel Goedert a réalisé un grand match face à Differdange.
Photo: Manu Da Luz

Les tops

Daniel Goedert (Rodange): des arrêts d’extra-terrestre combinés à une réussite insolente.

Hakim Menaï (Rodange): ultra-disponible. Souvent seul face à la défense adverse il a transformé n’importe quel ballon reçu en quelque chose de constructif. Précieux.

La paire Makasso-Tapé (Rodange ): infatigables, ils ont imposé leur physique dans le milieu de terrain et ont cassé le jeu differdangeois. Une paire référence.

Les flops

David Vandenbroeck (Differdange): étonnant de sa part. Souvent sur le reculoir, loin de son adversaire. Laisse Menaï se retourner, toucher cinq fois le ballon et marquer.

Mathias Jänisch (Differdange): souvent en difficulté face à la vitesse de Boulahfari, il n’a jamais participé offensivement.

Gilles Bettmer (Differdange): il n’a pas réussi à se rendre assez disponible pour diversifier le jeu de son équipe. Trop peu en réussite sur les nombreux coups francs obtenus.

Nicolas Perez a trouvé l'ouverture mais cela n'a pas suffi au FCD03.
Nicolas Perez a trouvé l'ouverture mais cela n'a pas suffi au FCD03.
les Differdangeois



Sur le même sujet

BGL: Guy Tapé: «Ribeiro a fait trop confiance aux joueurs»
Après un bon début de saison, Rodange est complètement rentré dans le rang. Sous l'impulsion de leur nouveau coach Domenico Micarelli, les promus comptent bien inverser la tendance. «On doit trouver la tactique qui nous permettra d'encaisser moins tout en restant efficace offensivement», avance Guy Tapé (25 ans), le taulier de l'entrejeu des Coalisés.
Guy Tapé (Rodange #28)
/ Fussball BGL Ligue Luxemburg, 5. Spieltag, Saison 2017-2018/ 10.09.2017 /
F91 Düdelingen - FC Rodange 91 (Duedelingen, Dudelange) / 
Stade Jos Nosbaum, Düdelingen /
Foto: Ben Majerus
BGL Ligue: Buteurs: Karapetian grimpe les marches trois par trois
Pour Aleksandre Karapetian, les journées de BGL Ligue se suivent et... se ressemblent. Auteur d'un triplé samedi à Strassen, le prolofique attaquant du Progrès a remis le couvert ce jeudi, cette fois au détriment de l'Union Titus Pétange. Il carbure à l'impressionnante moyenne de deux buts par match.
09 Fussball BGL Ligue Spielzeit 2017-18 zwischen dem Progres Niederkorn und der Unio Titus Petingen am 24.08.2017 Aldin SKENDEROVIC (4 UTP) und Alexsandre KARARETIAN (87 PN)
Jeunesse - Differdange 1-0: «Le plan bien rodé de la Jeunesse»
En se déplaçant sur le terrain de la Jeunesse, dimanche, Differdange avait son avenir entre les mains après les matches nuls du Fola mais surtout de Dudelange la veille. Malheureusement pour la troupe de Pascal Carzaniga qui lorgnait le fauteuil de leader, les Eschois se sont fait un malin plaisir de contrecarrer leurs plans.