Après l'élimination de l'Italie

L'«apocalypse» et la «honte» pour la presse italienne

Stephan El Shaarawy et la Squadra Azzurra sont au tapis. Le Mondial 2018 se disputera sans l'Italie.
Stephan El Shaarawy et la Squadra Azzurra sont au tapis. Le Mondial 2018 se disputera sans l'Italie.
Photo: AFP

(AFP) - L'«apocalypse», «la honte»: la presse italienne titre à l'unisson ce mardi sur l'immense déception d'une élimination en barrage d'accession à la Coupe du Monde 2018 et sur «le saut en arrière» de son équipe de football, absente d'un Mondial pour la première fois depuis 1958.

Le Corriere della Sera, principal tirage en Italie, titre ainsi «Sans Mondial après 60 ans» avec la photo du capitaine Gigi Buffon en larmes. «Un Mondial sans l'Italie. Mais surtout une Italie sans Mondial. Adieu les nuits plus au moins magiques, les groupes de spectateurs avec un morceau de pizza et une bière glacée, l'illusion de compter encore pour quelque chose, au moins dans le football», écrit Massimo Gramellini dans une colonne.

«La Fin», lance en Une La Gazzetta dello Sport, sur une grande photo du capitaine Buffon qui a mis fin lundi soir à sa carrière internationale.

La Repubblica titre de son côté «Défaite des Azzuri, le Mondial sans l'Italie. Les larmes de Buffon: nous avons échoué». Le quotidien de gauche souligne que la défaite aura «des répercussions négatives non seulement sur le football mais aussi sur le PIB du pays».

«Apocalypse azzura, Mondial adieu», titre La Stampa, un journal modéré, évoquant «un saut en arrière de 60 ans». «Il y a pire dans la vie. Mais dans son genre, c'est difficile à avaler. C'est un saut en arrière de 60 ans et à l'époque aussi l'Italie sortait de deux éliminations brutales en phase de poules», rappelle le quotidien.

Pour le quotidien sportif turinois Tuttosport, «l'Italie n'ira pas au Mondial parce que c'est ce qu'elle mérite». «La honte ne concerne pas que Ventura, qui ne sera plus sélectionneur, mais l'ensemble de notre football», ajoute Tuttosport.

Quand au Corriere dello Sport, il envoie «tout le monde dehors !» en grand titre de Une. Pour le quotidien sportif, «Ventura va partir, mais il ne doit pas être le seul».