Changer d'édition

Anthony Moris: "Jouer contre la Belgique serait un rêve"
Sport 3 min. 05.03.2014

Anthony Moris: "Jouer contre la Belgique serait un rêve"

Anthony Moris: "Pour les éliminatoires de l'Euro 2016, on peut espérer viser la 4e, voire la 3e place du groupe".

Anthony Moris: "Jouer contre la Belgique serait un rêve"

Anthony Moris: "Pour les éliminatoires de l'Euro 2016, on peut espérer viser la 4e, voire la 3e place du groupe".
Photo: Fernand Konnen
Sport 3 min. 05.03.2014

Anthony Moris: "Jouer contre la Belgique serait un rêve"

Anthony Moris, le gardien de Saint-Trond (D2 belge) est désormais la doublure de Jonathan Joubert en équipe nationale. L'Habaysien de 23 ans, naturalisé depuis peu, n'est pas dénué d'ambitions: il aimerait disputer la rencontre contre les Diables Rouges au mois de mai à Genk et s'inscrire dans la durée chez les Roud Léiwen.

Anthony Moris, le gardien de Saint-Trond (D2 belge) est désormais la doublure de Jonathan Joubert en équipe nationale. L'Habaysien de 23 ans, naturalisé depuis peu, n'est pas dénué d'ambitions: il aimerait disputer la rencontre contre les Diables Rouges au mois de mai à Genk et s'inscrire dans la durée chez les Roud Léiwen.

  • Anthony, vous n'étiez pas du stage en Turquie, quelles sont vos premières impressions au sein de la sélection?

Je suis arrivé dimanche soir et j'ai découvert un très bon groupe, qui m'a de suite bien accueilli, une bonne ambiance, de la sérénité et une forte envie de bien faire.

  • Vous n'êtes pas souvent titulaire en club. Considérez-vous que c'est un problème pour postuler à l'équipe nationale?

Luc Holtz suit les cours (pour le diplôme UEFA pro) avec mon entraîneur en club, Yannick Ferrera. Ils se voient régulièrement et ont beaucoup de contacts, je suppose que mon coach ne lui a dit que du bien me concernant, c'est pourquoi je suis là aujourd'hui avec la sélection nationale.

  • Luc Holtz n'est pas favorable à un partage du temps de jeu entre les gardiens, pensez-vous toutefois avoir rapidement une chance d'être titularisé dans les buts?

Si je ne joue pas contre le Cap-Vert, ce sera pour une fois prochaine, contre la Belgique ou en Italie. Pour l'instant, l'important pour moi est de m'intégrer dans ce groupe, connaître mes partenaires, et à être au mieux de ma forme quand on fera appel à moi. Si c'est demain (ce mercredi soir), je répondrai présent sur le terrain, si c'est au mois de mai je patienterai et continuerai à travailler en club.

  • A choisir, n'auriez-vous pas une préférence pour le mois de mai et ce match contre la Belgique?

C'est certain! Si je pouvais jouer contre la Belgique, en plus à Genk, à côté de Liège, ce serait un rêve. En plus, je connais les trois quarts des joueurs qui composent cette équipe. Mais quel que soit l'adversaire, j'ai envie d'évoluer sous les couleurs du Luxembourg.

  • Quelles sont vos relations avec l'actuel n°1, Jonathan Joubert?

Très bonnes. Dès mon arrivée, il m'a très bien accueilli , les relations sont facilitées puisque le français est sa langue maternelle, comme Maxime Chanot. L'ambiance entre nous est très importante pour travailler correctement ensemble.

  • Comment avez-vous vécu la polémique qui a suivi votre naturalisation et votre déclaration "J'ai envie de jouer pour une sélection nationale"?

Honnêtement, je ne regarde jamais la presse ou les réseaux sociaux. Quand je suis arrivé en sélection, Luc Holtz m'en a touché un mot et je suis tombé des nues. Si j'ai la nationalité luxembourgeoise c'est que je le mérite aussi: j'ai un papa qui parle le luxembourgeois, qui est attaché aux racines du pays, qui est venu voir quelques matches notamment contre le Portugal... je n'arrive donc pas comme un étranger voulant absolument la nationalité luxembourgeoise. Et je tiens à préciser que c'est moi qui ait fait la démarche pour l'obtention de la nationalité, et non la fédération qui m'a contacté. Il y a une grosse différence. 

  • Quelles sont vos ambitions avec la sélection nationale?

Pourquoi ne pas suivre les traces de Jonathan Joubert et faire une carrière aussi longue que lui? En plus le Luxembourg est une nation en devenir, avec des matches-références, notamment contre le Portugal. Nous ne nous sommes inclinés chez nous que sur le score de 1-2. Pour le groupe des éliminatoires de l'Euro 2016, on peut espérer viser la 4e, voire la 3e place du groupe. A part l'Espagne et l'Ukraine, deux grandes nations de football, nous n'avons rien à envier à nos autres adversaires.

Propos recueillis par Didier Hiégel


Sur le même sujet

Maxime Chanot: "Montrer que le Luxembourg est à la hauteur"
Maxime Chanot est toujours invaincu en sélection. Le solide défenseur de Courtrai, qui devrait occuper une place en charnière centrale au côté de Tom Schnell, compte bien le rester contre le Cap-Vert avant de se projeter sur le match tant attendu contre la Belgique.
Les Lions Rouges défient les Requins Bleus
C'est la rentrée! Le Luxembourg accueille le Cap-Vert ce mercredi soir. Privé de Mutsch, Philipps et Bensi, Luc Holtz a récupéré Schnell et Chanot, de quoi donner de la puissance et un surplus d'expérience à une défense qui devra contrarier les flèches offensives des Requins Bleus.