Changer d'édition

Gerard Lopez à la tête des Girondins de Bordeaux
Sport 3 min. 13.07.2021
Annonce officielle

Gerard Lopez à la tête des Girondins de Bordeaux

La société Jogo Bonito Group, propriété du presque quinquagénaire, se substitue à King Street pour un versement annuel de 4,9 millions d'euros.
Annonce officielle

Gerard Lopez à la tête des Girondins de Bordeaux

La société Jogo Bonito Group, propriété du presque quinquagénaire, se substitue à King Street pour un versement annuel de 4,9 millions d'euros.
Photo: AFP
Sport 3 min. 13.07.2021
Annonce officielle

Gerard Lopez à la tête des Girondins de Bordeaux

Le gendarme financier du football français a officiellement approuvé lundi soir l'offre de reprise de l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois. Laquelle permet au club bordelais de se maintenir en L1 pour la prochaine saison.

(AFP) - «Le club est sauvé ! C'est un grand jour pour les Girondins.» Gerard Lopez ne cache pas sa joie. Lundi soir, la commission d'appel de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) a approuvé le plan de reprise de l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois concernant le FC Girondins (FCGB). Le gendarme financier du football français permet ainsi au club de foot bordelais de se maintenir en Ligue 1.


Lopez
Gerard Lopez jette son dévolu sur Bordeaux
L'homme d'affaires hispano-luxembourgeois a déposé, lundi, une offre d'achat auprès des actuels propriétaires des Girondins de Bordeaux. De quoi lui permettre de reprendre pied en Ligue 1, quelques mois après son départ du Losc.

Cette décision «s'accompagne de mesures de maîtrise de la masse salariale du club, ainsi que d'une obligation de procéder à la vente de joueurs avant toute acquisition», a souligné Gerard Lopez dans un communiqué lundi soir. 

Le 2 juillet, les Girondins avaient annoncé avoir été rétrogradés à titre conservatoire en Ligue 2 en raison du désengagement de l'actionnaire majoritaire King Street après une première audition devant la DNCG. Le club avait fait appel. «Notre projet sportif et économique, construit avec toutes les parties prenantes, doit permettre de rétablir l'équilibre financier, condition nécessaire au sauvetage du club», soulignait le nouveau propriétaire avant l'annonce de la décision.

Vendredi, Gerard Lopez avait déjà réussi à convaincre les élus de Bordeaux Métropole, propriétaire du stade Matmut Atlantique. Ces derniers ont approuvé les garanties apportées par l'homme d'affaires de 49 ans pour le paiement du loyer du stade, acceptant que sa société Jogo Bonito Group se substitue à King Street pour ce versement annuel de 4,9 millions d'euros.

Alors que la menace d'un redressement judiciaire pesait fin juin, l'accord trouvé avec Gerard Lopez avait soulagé les amoureux des Girondins, malgré son passage mitigé à Lille entre janvier 2017 et décembre 2020.


(FILES) This file photo taken on January 13, 2017 shows the new owner of Lille LOSC football club Gerard Lopez of Luxembourg giving a press conference at the training center of the club in Camphin-en-Pevele, northern France. / AFP PHOTO / FRANCOIS LO PRESTI
Gerard Lopez sur le point de vendre le Losc
Bien que le club occupe la tête de la Ligue 1, il s'apprête à changer de main, selon le quotidien L'Equipe. Propriété de l'homme d'affaires luxembourgeois depuis 2017, le club, très endetté, serait repris par le fonds d’investissement Elliott.

Son modèle économique - emprunter beaucoup et à taux élevé pour acheter le club, faire du «trading» de joueurs acquis jeunes et/ou sans indemnité de transfert avant d'être revendus pour financer l'emprunt - l'avait alors conduit à céder le Losc en décembre 2020, malgré de bons résultats sportifs. Il était alors incapable d'honorer la dette empruntée au fonds d'investissement Elliott Management, soit 225 millions d'euros.

Gerard Lopez a néanmoins répondu en juin aux attentes de la banque d'affaires Rothschild, chargée de la vente des Girondins, en investissant lui-même 7 millions d'euros et en faisant appel au Club Scapulaire, une association de 250 entrepreneurs ayant apporté autour de 5 millions d'euros.

Le FCGB version Lopez se dessine alors dès le 27 juin, cinq jours après l'annonce de reprise, lorsqu'il fait nommer Admar Lopes directeur technique. Car après l'aspect administratif et financier, Lopez sera aussi attendu du côté sportif après une saison compliquée, terminée à la 12e place.

Dans la soirée, la DNCG a également décidé de maintenir en L1, le SCO d'Angers, lui aussi rétrogradé à titre conservatoire début juillet. «On est en Ligue 1», s'est félicité l'Angers SCO sur le réseau social tandis que son président Saïd Chabane souhaitait une «longue vie en ligue 1» au club angevin.


Sur le même sujet

L'homme d'affaires hispano-luxembourgeois a déposé, lundi, une offre d'achat auprès des actuels propriétaires des Girondins de Bordeaux. De quoi lui permettre de reprendre pied en Ligue 1, quelques mois après son départ du Losc.
Lopez
Bien que le club occupe la tête de la Ligue 1, il s'apprête à changer de main, selon le quotidien L'Equipe. Propriété de l'homme d'affaires luxembourgeois depuis 2017, le club, très endetté, serait repris par le fonds d’investissement Elliott.
(FILES) This file photo taken on January 13, 2017 shows the new owner of Lille LOSC football club Gerard Lopez of Luxembourg giving a press conference at the training center of the club in Camphin-en-Pevele, northern France. / AFP PHOTO / FRANCOIS LO PRESTI
L'offre de Frank McCourt, ancien propriétaire des Dodgers (baseball) s'est avérée plus attrayante que celle de l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois aux yeux de la propriétaire de l'Olympique de Marseille.
Selon certaines sources dans l'entourage de la propriétaire du club, Gerard Lopez a été qualifié de "plaisantin"
Alors que le site francefootball.fr avait annoncé lundi l'arrivée actée de Gerard Lopez à la tête de l'Olympique de Marseille, et que l'actionnaire majoritaire de l'OM, Margarita Louis-Dreyfus, avait dans la foulée formellement démenti cette annonce, c'est cette fois l'homme d'affaires luxembourgeois qui appelle à ce que cessent les «élucubrations».
12.8. Wi / ITV Gerard Lopez , Genii Capital / Howald Foto: Guy Jallay