Changer d'édition

Andrej Gorbachev: «Je me suis fait jeter»
Sport 3 min. 14.03.2012

Andrej Gorbachev: «Je me suis fait jeter»

Andrej Gorbachev ne comprend pas la façon de procéder de la FLVB

Andrej Gorbachev: «Je me suis fait jeter»

Andrej Gorbachev ne comprend pas la façon de procéder de la FLVB
Photo: Photo: Christian Kemp
Sport 3 min. 14.03.2012

Andrej Gorbachev: «Je me suis fait jeter»

Sélectionneur de l'équipe féminine de volley-ball depuis onze ans, Andrej Gorbachev a été licencié. Voici cinq semaines, le directeur technique national, Burkhard Disch, lui a envoyé un texto sans lui fournir la moindre explication. «Cette façon de communiquer est bizarre...», se lamente Gorbachev qui a été remplacé par Detlev Schönberg.

Sélectionneur de l'équipe féminine de volley-ball depuis onze ans, Andrej Gorbachev a été licencié. Voici cinq semaines, le directeur technique national, Burkhard Disch, lui a envoyé un texto sans lui fournir la moindre explication. «Cette façon de communiquer est bizarre...», se lamente Gorbachev qui a été remplacé par Detlev Schönberg.

M. Gorbachev, que s'est-il passé au cours des quatre derniers mois car une rumeur persistante courait à votre propos?

«Si la fédération était venue me trouver au mois de juin, tout aurait été plus clair. Au lieu de m'expliquer que la venue d'un nouveau sélectionneur (Detlev Schönberg) allait permettre un nouvel élan, etc., et de me proposer un changement dans mon travail. Elle ne m'a rien dit. Strictement rien.

De la fin des JPEE (le 4 juin au Liechtenstein) à la fin août, j'ai passé un été catastrophique. Incroyablement stressé, j'ai perdu sept kilos. En fait, j'ai un contrat à durée indéterminée de 30h par semaine à la FLVB. Le conseil d'administration voulait m'en proposer un à durée déterminée de 20h. J'ai toujours refusé, encore lors de la dernière réunion début septembre.

Les choses se sont précipitées. J'ai reçu un sms puis un autre du DTN, Burkhard Disch. A y regarder de près, c'était un ordre: "Je n'ai plus besoin de toi sur le terrain." Je les ai conservés. Comment expliquer cette façon de communiquer? C'est incroyable mais vrai. Les gens me soutiennent et la fédération fait exprès de répondre par le... silence.»

Votre travail répondait-il encore aux attentes?

«Les filles ont obtenu la médaille de bronze au Liechtenstein et les juniores, elles, ont très souvent décroché l'or. Mais plus concrètement, je n'ai jamais eu la moindre remarque sur mon travail en onze ans au service des volleyeuses.

Et puis, sans m'expliquer, je suis licencié. Burkhard Disch me déteste-t-il?

A l'exception de Ranguel Krivov qui a en charge les U18, on ne retrouve que des Allemands. Je ne remets pas en cause les compétences sportives de mon successeur, Detlev Schönberg, mais c'est un copain de Disch. Des choses privées ont pris le pas sur le volet sportif.

Elles ont eu lieu dans mon dos. Je suis en droit de me poser des questions. Quel gaspillage d'argent de la part de la fédération!»

Vous continuez à travailler pour la FLVB. Mais est-ce possible dans ces conditions?

«Il n'entre pas dans mes intentions de quitter le pays mais si j'avais été prévenu plus tôt, qui sait?

L'atmosphère est lourde, pesante. Néanmoins, j'ai peu de contact avec les autres entraîneurs, ce n'est donc pas un problème. Je possède un solide caractère et je ne suis pas du genre à rouspéter. Par contre, j'ai envie de trouver la vérité sur mon licenciement de sélectionneur de l'équipe A et de tous les cadres des équipes nationales.

Je me suis fait jeter. Je suis au courant de l'existence des projets Letz Volley School et Letz Volley Clubs mais, par contre, on n'a pas discuté de mon investissement. Je donne aussi entraînements du Sportlycée depuis quatre ans et j'entraîne les messieurs de Diekirch.»

La FLVB calme le jeu

Suite à notre entretien, le vice-président de la FLVB, Guy Erpelding, a tenu à apporter quelques précisions.

«Andrej Gorbachev sera actif dans les projets Letz Volley School et Letz Volley Clubs ainsi que pour les entraînements du Sportlycée pour la saison 2011-2012. Ces projets sont de grande importance pour la FLVB qui veut ainsi poursuivre son concept de développement du volley-ball au Luxembourg.

Andrej pourra y faire valoir toute son expérience et ses connaissances afin de trouver de nouveaux talents, de promouvoir le volley-ball et de faire évoluer les talents reconnus dans le cadre des activités du Sportlycée.»