Changer d'édition

Albert Cartier: «Ravi pour le FC Metz et pour Hinschberger »
Sport 3 min. 18.05.2017 Cet article est archivé
Ligue 1

Albert Cartier: «Ravi pour le FC Metz et pour Hinschberger »

Albert Cartier se réjouit de la prolongation de contrat de Philippe Hinschberger. «Quand on veut s’améliorer il faut avoir de la continuité dans le travail et dans le choix des hommes.» Il a apprécié la saison des Grenats pour leur retour en Ligue 1.
Ligue 1

Albert Cartier: «Ravi pour le FC Metz et pour Hinschberger »

Albert Cartier se réjouit de la prolongation de contrat de Philippe Hinschberger. «Quand on veut s’améliorer il faut avoir de la continuité dans le travail et dans le choix des hommes.» Il a apprécié la saison des Grenats pour leur retour en Ligue 1.
Photo: Michel Dell'Aiera
Sport 3 min. 18.05.2017 Cet article est archivé
Ligue 1

Albert Cartier: «Ravi pour le FC Metz et pour Hinschberger »

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
Le FC Metz (14e, 43 points) en termine avec son parcours en Ligue 1 en se déplaçant à Guingamp (10e, 47) ce samedi (20h). Une ultime étape commentée par Albert Cartier, en partance de Sochaux et qui se montre heureux pour Philippe Hinschberger et ses hommes.

Le FC Metz (14e, 43 points) en termine avec son parcours en Ligue 1 en se déplaçant à Guingamp (10e, 47) ce samedi (20h). Une ultime étape commentée par Albert Cartier, en partance de Sochaux et qui se montre heureux pour Philippe Hinschberger et ses hommes.

Interview: Hervé Kuc

Albert, comment analysez-vous la saison du FC Metz ?

Les Messins ont essentiellement acquis leur maintien en Ligue 1 à domicile même s’ils ont réussi quelques bons coups à l’extérieur. Ils ont connu des moments délicats mais c’est logique car la Ligue 1 est très difficile. Le FC Metz s’en est finalement bien sorti face à des formations qui, ces dernières saisons, présentaient une expérience de la Ligue 1 plus affirmée. Le club a fait ce qu’il fallait au bon moment. C’est un maintien logique. Regardez Guingamp, qui a effectué six premiers mois absolument superbes puis qui a peiné lors du second acte. Rien n’est facile et rien n’est acquis. Malgré des défaites au score assez élevé, jamais les Messins n’ont baissé les bras: c’est aussi une des qualités qu’il faut avoir pour se maintenir à ce niveau d’exigence.

Philippe Hinschberger va prolonger sa mission en Ligue 1 sous les couleurs messines…

Cela me paraît tout à fait logique. Je suis ravi, vraiment, et même très heureux pour Philippe avec qui j’entretiens une vraie relation de respect et d’amitié. Il le mérite car il a réalisé deux objectifs en dix-huit mois: une montée et un maintien. Ensuite, j’estime que c’est une bonne chose pour le club: quand on veut s’améliorer il faut avoir de la continuité dans le travail et dans le choix des hommes. Philippe va pouvoir bénéficier d’un soutien supplémentaire, d’une confiance plus importante de la part des différents acteurs messins et je suis persuadé que le FC Metz réussira une saison encore plus aboutie en 2017-2018. Tout ceci va donner plus de force à Philippe qui a su parfaitement gérer tous les aléas d’une saison au plus haut niveau.

Les Messins s’en vont à Guingamp ce samedi. Est-ce une «rencontre en bois»?

Certainement pas! Il ne faut jamais négliger le sportif ni là l’aspect financier: il y a un peu plus d’un million d’euros qui peuvent entrer dans les caisses du club s’il parvenait à terminer à la 11e place. Ce n’est pas rien mais même si ce n’était «que» 150.000 euros, les joueurs doivent comprendre que c’est un enjeu important, cela mérite qu’ils «se mettent le cul par terre». Les joueurs professionnels ne peuvent nullement se dire qu’il y a des parties «en bois» à disputer dans leur carrière.

Votre collaboration avec le FC Sochaux (11e, 46 points, L2) va s’achever. Où serez-vous la saison prochaine?

Effectivement, nous avons décidé, d’un commun accord, de nous séparer. J’ai vécu de belles choses ici en à peu près 20 mois de présence. Nous avons assuré le maintien et l’objectif de cette saison était de finir parmi les huit premiers et notre troisième place à Noël a certainement nourri des espoirs mais la montée n’était pas l’objectif fixé. Depuis plusieurs semaines on fait jouer des jeunes de 17 ans. Nous avons réussi à vendre deux joueurs et faire rentrer 5 millions d’euros dans les caisses, chose qui n’était pas arrivée au club depuis quelque temps. Mon avenir? J’ai des contacts depuis quelques semaines avec des formations de Ligue 1 et Ligue 2. On discute, on échange. La Belgique et la Grèce, où j’ai passé des moments forts, sont également des points de chute possibles. Tout se décidera après la réception de Troyes ce vendredi et devrait être entériné vers le 1er juin. Personnellement, j’avais besoin de voir autre chose même si à Sochaux j’ai découvert des aspects du football qui m’ont beaucoup plu.


Sur le même sujet

Luc Sonor porte fortement le FC Metz dans son cœur et ce qu’il a pu voir face à Guingamp et Bordeaux ne plaît pas à l’ex-latéral grenat. Les hommes de Philippe Hinschberger accueilleront Monaco ce vendredi (20h45) avec la peur de recevoir une démonstration de football et de subir un score élevé.
Luc Sonor demande de la mansuétude au peuple grenat envers Philippe Hinschberger.
Le FC Metz s’en va défier Lille ce samedi (20h). Un déplacement délicat, mais qui va se faire sans pression aucune pour les hommes de Philippe Hinschberger. En cas de succès, le maintien sera assuré, sinon, il faudra tendre l’oreille en direction des concurrents directs puis accueillir Toulouse le 14 mai. Thierry Pauk préface le déplacement grenat dans le Nord.
Au lendemain du partage des points concédés par les Messins devant les Caennais (2-2), Jean-Marc Rodolphe, l’ex-gardien mosellan fervent supporter du club, fait le point sur la situation du FC Metz. Le PSG arrive à Saint-Symphorien ce mardi (18h30).
Jean-Marc Rodolphe ne ferait pas tourner l'effectif contre le PSG. Selon l'ancien gardien, disputer une affiche si prestigieuse est un Graal pour un footballeur.
Le FC Metz accueille Toulouse ce samedi (20h) à l'occasion de la 31e journée de Ligue 1. Stéphane Borbiconi préface la rencontre, souhaite voir un onze grenat déterminé à bien finir un exercice qui s'éternise. Pour lui, c'est certain, les dirigeants travaillent déjà sur la prochaine saison en L2.
Albert Cartier n'est pas du genre à lâcher le morceau. Le coach grenat exigera des résultats jusqu'au bout du championnat.