Changer d'édition

Adam Bouzid (Etzella): «Je pourrais m'installer plusieurs saisons ici»
Sport 4 min. 09.11.2018 Cet article est archivé

Adam Bouzid (Etzella): «Je pourrais m'installer plusieurs saisons ici»

Adam Bouzid a trouvé son équilibre au Deich. Bien parti pour rester?

Adam Bouzid (Etzella): «Je pourrais m'installer plusieurs saisons ici»

Adam Bouzid a trouvé son équilibre au Deich. Bien parti pour rester?
Photo: Ben Majerus
Sport 4 min. 09.11.2018 Cet article est archivé

Adam Bouzid (Etzella): «Je pourrais m'installer plusieurs saisons ici»

Christophe NADIN
Christophe NADIN
Adam Bouzid a beaucoup bourlingué depuis qu'il a quitté le centre de formation du FC Metz. Le milieu défensif d'Etzella a trouvé un bel équilibre au Deich. Le petit frère d'Ismaël évoque ses débuts au pays et son envie d'y rester quelques saisons.
  • Adam Bouzid, le Luxembourg est le sixième pays dans lequel vous évoluez. Vous avez la bougeotte?

C'est un peu le monde du football qui veut ça. Je n'ai jamais rien eu contre le fait de bouger. J'ai beaucoup aimé apprendre plusieurs langues et découvrir d'autres cultures. Voilà qui explique en partie mon parcours. Je suis Nancéien d'origine. A 15 ans, j'ai rejoint le centre de formation du FC Metz puis j'ai fait un an à Châteauroux entre la CFA2 et les -18 nationaux.


  • Comment êtes-vous arrivé à Ettelbruck?

J'étais à Trèves en Allemagne la saison dernière. Au mois de mai dernier, des contacts se sont liés avec le président et avec le coach puis ça c'est fait.


  • Quelles impressions la BGL Ligue vous laisse-t-elle jusqu'à présent?

C'est un bon championnat dominé par deux ou trois équipes. Je l'ai suivi ces dernières années à travers mon frère qui a porté les couleurs du Progrès. Je suis venu voir des matches et je constate que le niveau augmente chaque année. L'intensité et le rythme sont de plus en plus élevés.


  • Vous êtes arrivé dans un groupe euphorique qui venait de monter? Comment gagne-t-on sa place?

Quand on est un nouveau joueur, on ne peut pas revendiquer quoi que soit en référence à son passé. On doit faire sa place au cours de la préparation, prouver sa valeur au coach et à ses coéquipiers. Cela ne se fait pas en un claquement de doigt.


  • Vous étiez titulaire lors du premier match avant de disparaître des radars. Que s'est-il passé?

J'ai eu un problème au mollet lors d'un match amical que l'on a joué le jour où on aurait dû affronter le Progrès lors de la deuxième journée. Le temps de me soigner et je suis de retour.


  • L'affaire est plutôt bien embarquée pour Etzella. Quelle est la recette du bonheur?

On a un bon groupe composé de jeunes joueurs et de garçons plus expérimentés. L'invincibilité de l'équipe la saison dernière lors du deuxième tour a montré à quel point elle avait des qualités. Comme le coach le dit, les nouveaux joueurs ont apporté encore un plus. Sans oublier le staff technique qui véhicule de bonnes idées et de bons principes de jeu.


  • Comme décririez-vous la méthode «Ottelé»?

C'est un bosseur. Quelqu'un qui aime que son équipe joue au ballon. Cela se voit. Mais quand ça chauffe vraiment derrière, il n'a rien contre le fait que l'on dégage le ballon bien loin devant.


  • Que manque-t-il encore à cette équipe pour franchir un palier?

De l'expérience. Quand on peut «tuer» un match, on doit le faire. Cela viendra en se maintenant cette saison et encore la suivante.


  • Vous êtes un peu un club de l'ombre. Cela vous convient-il?

Oui, on fait notre bonhomme de chemin dans le calme. Moi, ça me va. Pas besoin d'articles tous les jours dans les journaux. Si les résultats suivent, ça viendra. Mais ce n'est pas quelque chose que l'on recherche.


  On fait notre bonhomme de chemin dans le calme.  


  • Dimanche, vous vous déplacez au F91. Que vous inspire ce rendez-vous?

On connaît tous ce club. Il pourrait mettre trois équipes avec presque le même niveau. C'est un match que tout le monde souhaite jouer. On n'évolue pas dans la même catégorie mais un match de foot reste un match de foot.


  • Quelle attitude adopter face à un tel adversaire?

C'est compliqué. Il faut s'adapter un peu à l'adversaire, mais la parole est au coach. C'est lui qui décidera. Mais oui, il faudra défendre un petit peu, voire beaucoup plus que d'habitude.


  • Vous imaginez votre transfert à Etzella comme un nouveau point de passage ou vous pourriez vous installer un peu plus longtemps là-bas?

Je me sens très bien ici. J'envisage d'y rester quelques saisons. Le niveau de la BGL me satisfait. J'ai 30 ans, je n'ai plus trop l'objectif de vadrouiller. Je suis marié et j'ai une petite fille.


  • Pour finir, peut-on vous demander vos pronostics pour cette onzième journée?

Samedi à 17h 

Fola - Hostert 2-1

Samedi à 18h

Racing - Jeunesse 2-2

Titus Pétange - Progrès 0-2

Strassen - USR 1-1

Differdange - RM Hamm Benfica 2-0

Dimanche à 15h

Dudelange - Etzella 2-2

Dimanche à 15h30

Mondorf - Rosport 1-1


Sur le même sujet

BGL Ligue: Romain Ruffier (Wiltz): «Nous manquons de Luxembourgeois»
Ecrasé 0-6 par Dudelange, lors de l'ouverture du championnat, Wiltz va connaître un mois d'août difficile et passera un test intéressant dimanche à Rumelange, une formation appréciée par Romain Ruffier. Par la même occasion, le portier nordiste nous livre aussi ses «pronos» pour cette deuxième journée de BGL Ligue.
Romain Ruffier apprécie les valeurs véhiculées par l'USR mais il ne lui déplairait pas de prendre un point à Rumelange dimanche.