Changer d'édition

Les start-up de l’économie circulaire

Les start-up de l’économie circulaire

Les start-up de l’économie circulaire

Sponsored Content

Les start-up de l’économie circulaire

En s’inscrivant dans une logique d’économie circulaire, de nombreuses jeunes pousses œuvrent aujourd’hui pour offrir un monde plus durable et plus responsable. Présentation de trois start-up luxembourgeoises bien décidées à se mettre au vert.

Shime part à la chasse aux mégots

Saviez-vous qu’un seul mégot pouvait polluer jusqu’à 500 litres d’eau ? Et si l’on vous disait, en plus, que chaque seconde, ce sont près de 140.000 mégots qui sont abandonnés dans la nature, pouvez-vous imaginer la catastrophe écologique que représente ce petit geste anodin pratiqué par de nombreux fumeurs ? La start-up luxembourgeoise shime, basée à Contern, a décidé de lutter contre ce fléau en créant un modèle de recyclage des mégots de cigarette. La jeune pousse créée en 2017 s’est associée à des entreprises telles que PwC, Lux-Airport et les hôtels Ibis, mais aussi à des communes luxembourgeoises comme Bettembourg, Schifflange et Dudelange. Shime récolte les mégots jetés dans les cendriers installés par ses soins et les achemine vers son partenaire MéGO!. Cette société bretonne dépollue alors les mégots et les transforme en mobilier urbain… destiné à être utilisé par les fumeurs. L’économie circulaire en plein ! Depuis la création du projet, shime a permis à près de deux millions de mégots luxembourgeois de connaître une seconde vie. L’objectif ambitieux de la start-up ? Faire du Luxembourg le premier pays zéro mégot.

 Our Choice, les premières sneakers circulaires

Le secteur de la mode semble lui aussi prendre conscience de l’importance de s’inscrire dans une logique circulaire. Le jeune Suédois Filip Westerlund, étudiant en psychologie à Luxembourg, a ainsi lancé sa start-up Our Choice. Son concept ? Créer les premières sneakers circulaires, sans plastique, 100 % recyclables et biodégradables. Une première mondiale ! Grâce au soutien du programme d’incubation de l’Université du Luxembourg, le concepteur d’Our Choice a pu concrétiser son projet en lançant une première campagne de crowdfunding. Et avec succès puisque la start-up a récolté plus 24.000 euros, loin devant l’objectif initial de 4.300 euros. Fabriquées uniquement à la demande pour éviter la surproduction, les sneakers Our Choice sont composées de cuir végétal et de latex naturel. Lorsque les chaussures sont abîmées, elles peuvent être renvoyées à la start-up pour être réparées. Cerise sur le gâteau, pour compenser toutes les émissions de CO2 liées à la production et à l’expédition des baskets, et ainsi s’inscrire dans une politique d’économie circulaire, Our Choice s’est associé à Empower.eco pour ramasser et recycler le plastique des océans.

 Ama Mundu Technologies au secours de l’eau

À l’instar d’autres déchets comme le fer, le papier ou le carton, les eaux usées peuvent désormais être recyclées localement. La start-up Ama Mundu Technologies, créée en 2015, propose une technologie basée sur la nano-filtration permettant d’inscrire cette ressource essentielle dans une économie circulaire. Comment ça fonctionne ? L’unité de recyclage compacte – de la taille d’un conteneur – installée au sein d’un éco-quartier peut capter les eaux usées des ménages et les recycler en séparant, d’une part, l’eau réutilisable, et d’autre part, une fraction résiduelle valorisable sous forme d’engrais ou d’énergie. L’eau recyclée peut ensuite être réinjectée dans l’éco-quartier pour alimenter les chasses d’eau ou les systèmes d’arrosage. Grâce à ce procédé, qui peut également faire écho dans le secteur industriel, grand consommateur de cette ressource, l’eau n’est plus considérée comme une ressource à usage unique. De quoi répondre à la problématique grandissante de la raréfaction de l’eau potable. On estime en effet qu’en 2035, le Luxembourg ne pourra plus pourvoir à ses besoins en eau potable. Inquiétant… 


Sur le même sujet