Changer d'édition

L’industrie des fonds moteur de la relance

L’industrie des fonds moteur de la relance

Corinne Lamesch, Présidente de l'ALFI

L’industrie des fonds moteur de la relance

Corinne Lamesch, Présidente de l'ALFI
Sponsored Content

L’industrie des fonds moteur de la relance

L’industrie des fonds luxembourgeois a bien résisté aux premiers effets de la crise lié à COVID-19. Pour la présidente de l’Alfi, Corinne Lamesch, cette résilience traduit la confiance des investisseurs dans la capacité de l’économie à rebondir rapidement.

Selon les chiffres de la CSSF, le volume d’actifs gérés au départ de fonds domiciliés au Luxembourg était de 4.696,762 milliards fin août, avec une progression de 1,72% par rapport à la fin du mois de juillet. Il n’aura donc pas fallu longtemps pour effacer en grade partie les pertes engendrées par la pandémie. Au mois de mars, on a en effet constaté une baisse du niveau d’actifs sous gestion d’environ 11%, avec un encours s’établissant à 4.149,9 milliards d’euros. Sur les six premiers mois de l’année, la diminution des actifs ne s’élevait qu’à 2,8%. Fin août, le volume flirtait à nouveau avec le record du mois de janvier, proche de 4800 milliards. 

La confiance des investisseurs maintenue

La situation n’est en rien comparable avec celle de 2008. Le secteur financier n’est pas responsable de la crise. Les investisseurs ont sur garder leur sang-froid. Sur les 8 premiers mois de l’année,, ils ont injecté 83 milliards d’euros supplémentaires nets dans des véhicules de gestion collective. Pour la présidente de l’Alfi, cette réaction « traduit la confiance des investisseurs dans la capacité de notre économie à rebondir et à continuer à progresser ».

Leur projection peut apparaître optimiste, mais elle reste réaliste, assure Corinne Lamesch. Si beaucoup d’incertitudes demeurent tant que le virus continuera à circuler, si l’environnement reste volatile, les investisseurs marchés maintiennent le cap. Les investisseurs, , restent confiants.

assure Corinne Lamesch, Présidente de l'ALFI

Au secours d’une économie fragile

Les conséquences de la pandémie sur l’économie se font pourtant ressentir, mettant en exergue la fragilité de certains acteurs et modèles. On peut donc s’étonner de cette confiance des marchés qui semblent à bien des égards en décalage avec l’économie réelle. « Les politiques mises en œuvre au niveau des banques centrales comme les plans de relance définis par les autorités nationales et européennes ont  soutenu l’économie et les  entreprises par l’intermédiaire des banques. Dans ce contexte, une perte de confiance des investisseurs, avec des retraits massifs, serait certainement la pire des choses qui pourraient arriver, assure Corinne Lamesch. Au contraire, les marchés peuvent jouer un rôle clé dans la relance économique. A travers les fonds, les investisseurs et épargnants peuvent y prendre part. Il est donc important de préserver la confiance de chacun dans les marchés et dans l’économie de demain. »

les marchés peuvent jouer un rôle clé dans la relance économique

Corinne Lamesch, Présente de l'ALFI

Dans un environnement où les taux d’intérêt sont bas, de plus en plus d’investisseurs ont tendance à privilégier des investissements dans des classes d’actifs alternatifs. C’est ce qui explique notamment le succès rencontré par les fonds alternatifs, notamment  l’investissement dans le capital risque, l’immobilier ou encore dans des produits de dette.

Au chevet de la transition durable

L’autre grande tendance, dans une démarche de relance écologique et responsable, se traduit dans l’attrait grandissant des investisseurs pour des produits durables, autrement dit intégrant les critères ESG.

Les investisseurs ne souhaitent désormais plus uniquement un rendement financier. Ils veulent aussi contribuer à un monde meilleur, en investissant dans des acteurs qui font attention à leurs employés, à l’environnement, à la société en général

Commente Corinne Lamesch, Présidente de l'ALFI

Le développement du segment des fonds durable s’inscrit accompagne le Green New Deal souhaité par la Commission européenne, en soutenant la mobilisation d’actifs au service des ambitions de transition écologique et solidaire en Europe.

Luxembourg s’est positionné comme une place financière pionnière dans la domaine de la finance durable. La place financière jouit d’une solide réputation en matière d’investissements socialement responsables et d’impact. Sur ce segment, le Luxembourg représente 39% des parts du marché européen si l’on considère les actifs sous gestion.

5000 milliards à l’ horizon

Tout renforçant ses fondations déjà robustes, c’est désormais à travers le développement de ces nouveaux segments, en soutenant davantage les acteurs économiques clés et les enjeux sociaux et environnementaux, que l’industrie des fonds luxembourgeoise poursuit sa croissance. Les opportunités restent  toujours importantes. Elles devraient, à moyen terme, selon l’importances de turbulences possibles liées à l’impact d’une deuxième vague ou encore à l’élection présidentielle américaine, emmener le secteur à viser - la barre des 5.000 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

RETOUR AU DOSSIER