Ville de Luxembourg

Nouvelle coalition: une alliance "basée sur la confiance"

Le nouveau collège des bourgmestre et échevins de la Ville de Luxembourg avec, de g. à dr., Laurent Mosar (CSV), Colette Mart (DP), Simone Beissel (DP), Serge Wilmes (CSV), Lydie Polfer (DP), Isabel Wiseler (CSV), Maurice Bauer (CSV) porte-parole, Patrick Goldschmidt (DP)
Le nouveau collège des bourgmestre et échevins de la Ville de Luxembourg avec, de g. à dr., Laurent Mosar (CSV), Colette Mart (DP), Simone Beissel (DP), Serge Wilmes (CSV), Lydie Polfer (DP), Isabel Wiseler (CSV), Maurice Bauer (CSV) porte-parole, Patrick Goldschmidt (DP)
Pierre Matgé

(nas trad. ChB) -  Après pas moins de douze réunions, l'accord de coalition entre le DP et le CSV dans la capitale est bouclé. Une coopération qui, selon la bourgmestre réélue, Lydie Polfer, s'est déroulée dans la "logique la plus démocratique qui existe".

Lors du scrutin du 8 octobre dernier, les libéraux ont remporté la majorité des voix (30,04%) suivis des chrétiens-sociaux (25,03%). Alors que le DP a perdu un siège et est passé ainsi de 10 à 9 sièges, le CSV a gagné 2 sièges, passant de 5 à 7 élus au conseil communal.

Un nouveau départ "basé sur la confiance"

"Si nous n'avions pas tenu compte de ce résultat, cela aurait été tout sauf juste", déclare Lydie Polfer qui, lors de la conférence de presse de vendredi a également souligné la bonne coopération avec l'ancien partenaire de coalition déi Gréng.

Elle précise aussi que, contrairement aux rumeurs, il n'y a pas eu de discussions le soir des élections avec les Verts François Bausch, Sam Tanson et François Benoy.

Selon elle, les négociations avec le CSV se sont ensuite déroulées dans une atmosphère "très ouverte et amicale". "Une bonne coopération ne fonctionne que s'il y a une base de confiance. Et c'est le cas entre nous."

Une déclaration que la bourgmestre a probablement jugée nécessaire suite aux rumeurs qui évoquaient un climat tendu. Tête de liste du CSV dans la capitale, et maintenant premier échevin, Serge Wilmes confirme que la confiance et le respect ont été mutuellement accordés dès le début. "Les relations ont bien fonctionné immédiatement". 

Maurice Bauer écarté "dans l'intérêt de la capitale"

Le collège échevinal passe de six à sept personnes: en plus de la bourgmestre, Lydie Polfer, le DP est représenté tel qu'il a été jusqu'à présent avec Simone Beissel, Colette Mart et Patrick Goldschmidt. Le résultat  électoral a été pris en compte. Cependant, c'est un peu différent avec le CSV.

Alors que Serge Wilmes et Isabel Wiseler, les plus hauts scores lors des élections, accèdent aux postes d'échevins, le 3e élu sur la liste, Maurice Bauer repart presque avec les mains vides. Au lieu d'échevin, il est nommé porte-parole de la fraction. C'est Laurent Mosar (4e aux élections) qui prend sa place.

Serge Wilmes explique que Laurent Mosar est le seul membre du parti à avoir déjà une expérience en tant qu'échevin. Une décision qui aurait été clarifiée lors de discussions en privé.

Ils n'ont pas nié que des débats ont eu lieu mais, selon Laurent Mosar, "nous avons discuté de ce qui serait la meilleure combinaison pour la Ville de Luxembourg et on a conclu avec un accord".  Maurice Bauer, déclare, pour sa part, que le groupe avait pris cette décision ensemble, avec sa bénédiction. "Il ne s'agit pas d'une seule personne, mais de l'intérêt de la capitale."

Les Verts en colère

Logement, mobilité, développement urbain, éducation et cohésion sociale, environnement, sécurité: voici les 6 priorités au centre des réunions de la nouvelle coalition.

Par exemple, côté logement, les projets Centre de Merl et Porte de Hollerich seront concrétisés ces 6 prochaines années, tout comme un ensemble sur la route d'Arlon et sur l'ancien site de Villeroy & Boch à Rollingergrund. En termes de mobilité, les élus veulent continuer à travailler pour une amélioration du transport public - et placent beaucoup d'espoirs dans le tramway.

On n'en sait pas plus pour le moment, les détails étant réservés pour le 4 décembre, lors de la première séance du conseil communal avec ses nouveaux membres. Un manque de contenu que n'ont pas manqué de critiquer les Verts, désormais dans l'opposition.

Un communiqué envoyé par erreur

Le fait que les Verts s'attaquent à la nouvelle majorité n'est pas étonnant, puisque ce sera leur rôle pour les 6 prochaines années. Par contre, une petite erreur de communication bien embarrassante a été commise vendredi: en effet, la presse a reçu une première version d'un communiqué de la part de Sam Tanson puis une seconde, revue et corrigée. 

Et il apparaît que beaucoup de critiques de la version originale ont été nuancées dans la seconde version. Par exemple, la phrase qui disait "les postes semblent être plus importants qu'un programme de coalition, et les individus plus importants que leur expertise ou leur engagement" a été tronquée.

La version originale épinglait aussi le conseiller Laurent Mosar (CSV) qui aurait surtout brillé par son absence dans le passé. La seconde version se contente de souligner qu'il n'a pas manifesté "un grand intérêt pour la politique communale".