Travaux

Du nouveau sur l'agrandissement de l'A3

90.000 véhicules circulent quotidiennement sur cette portion d'autoroute dans les deux sens.
90.000 véhicules circulent quotidiennement sur cette portion d'autoroute dans les deux sens.
Photo: Serge Waldbillig

Par Sophie Wiessler, avec Jacques Ganser

Avec une moyenne de 36.940 véhicules par jour au sud et 34.410 véhicules au nord, l'A3 entre l'intersection de Gasperich et la frontière avec la France est l'un des itinéraires les plus fréquentés du Grand-Duché. 

Aux heures de pointe, jusqu'à 90.000 véhicules sont comptés quotidiennement dans les deux directions.

Pas étonnant donc que le gouvernement luxembourgeois planche sur l'agrandissement de cette portion d'autoroute pour faciliter le trafic, de moins en moins fluide aux heures de pointe.

François Bausch, ministre des Infrastructures avait ainsi présenté son projet d'aménagement d'une troisième voie de circulation sur l'A3 - dans les deux sens attention -, en avril dernier.

Cette semaine, le projet a été présenté à la Commission du Développement durable. L'occasion de faire un point.

Des travaux qui devaient commencer en 2018: peut-être pas finalement

En avril dernier, François Bausch annonçait un début de travaux probable pour début 2018. Souvenez-vous, le ministre était plutôt optimiste

«J'ai bon espoir de faire voter la loi de financement à la Chambre avant cet été. Les dossiers pourront ainsi être finalisés en automne, pour un début des travaux en 2018».

Ce délai semble désormais plus que discutable. D'autant plus que les travaux vont prendre beaucoup plus de temps que prévu.

Sept ans de travaux et non plus cinq

Selon les responsables de l'administration de la construction routière, les routes secondaires régionales devraient être soulagées par cet agrandissement autoroutier.

«Il s'agit d'accélérer le transport de marchandises lourdes entre le centre de manutention de conteneurs CFL Multimodal et le centre logistique sur l'autoroute», a déclaré Josée Lorsché («Déi Gréng»), présidente du comité de développement durable.

Oui enfin ça, et surtout permettre aux milliers de frontaliers de - peut-être - gagner un peu plus de temps sur le chemin du travail.

Encore une fois, si en avril dernier, on parlait de cinq années de travaux, sept années semblent correspondre à une estimation plus réaliste aujourd'hui.

Cinq kilomètres avec un mur antibruit

«Dans l'ensemble, une barrière antibruit de cinq kilomètres de long et 4,5 mètres de haut sera créée, ce qui profitera particulièrement aux habitants de Bettembourg», explique Josée Lorsché, ajoutant que «ce n'était pas prévu jusqu'ici».

Concrètement, ce mur sera construit de Bettembourg vers Livange, sur cinq kilomètres, pour isoler l'autoroute des communes avoisinantes.

Sa construction coûtera 23 millions d’euros, inclus dans l’enveloppe globale de 356 millions des travaux de l’A3 déjà évoquée depuis un moment.

Un pont sauvage, l'achèvement du réseau de pistes cyclables entre Bettembourg et Peppange et la modification des échangeurs actuels font également partie des travaux à venir.

Quels travaux à venir?

Les travaux - qui n'ont donc pas officiellement de date de début - se suivront de cette manière:

  • Première partie: le tronçon croix de Gasperich-Livange
  • Deuxième partie: la partie entre la croix de Bettembourg et la frontière française,
  • Troisième partie: l'échangeur de Livange et le viaduc,
  • Quatrième partie: le tronçon entre l'échangeur Livange et la croix de Bettembourg,
  • Dernière partie: la croix de Bettembourg
Les automobilistes pourront circuler dans un premier temps le long du chantier avant de basculer d'un côté puis de l'autre de l'autoroute.
Les automobilistes pourront circuler dans un premier temps le long du chantier avant de basculer d'un côté puis de l'autre de l'autoroute.
MDDI


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.