Politmonitor: 1ère partie

Une question de confiance

Le CSV doit se réjouir des bons résultats de ce sondage qui lui accordent toute la confiance des électeurs.
Le CSV doit se réjouir des bons résultats de ce sondage qui lui accordent toute la confiance des électeurs.
Guy Jallay

(VO/ham) - 49% des électeurs luxembourgeois déclarent lors du dernier sondage d'opinion, le Politmonitor, faire confiance à l'actuel gouvernement. La coalition DP/LSAP/Verts continue de faire bonne figure même si le pays se dit tout aussi confiant dans les partis d'opposition et surtout dans le CSV.

Avoir confiance en tout le monde, est-ce vraiment accorder sa confiance? Depuis deux ans, on assiste à une polarisation en terme de confiance des électeurs. Ils donnent autant leur confiance au gouvernement qu'à l'opposition ou aux syndicats, comme vient de le montrer une nouvelle fois le sondage de ce mois de décembre.

En décembre 2013, le gouvernement a débuté son mandat avec une cote de confiance de 63% mais le référendum de juin 2015 a laissé des traces et l'opinion publique ne lui accorde alors plus que 33% de confiance.

En novembre 2014, les mesures mises en place pour retrouver un équilibre budgétaire le sanctionnent une nouvelle fois et le gouvernement se retrouve avec une cote de 36%.

Ce n'est que depuis mai 2016, après la présentation de la réforme fiscale qu'il retrouve l'adhésion des électeurs et remonte dans les sondages.

Mais le gouvernement n'a pas été le seul à payer les pots cassés et l'opposition, les syndicats, le patronat et les partis ont, eux aussi, enregistré alors une baisse. Ainsi, depuis mai 2017, le fossé entre le gouvernement et l'opposition s'est amoindri.

La polarisation des résultats oblige à regarder plus en profondeur les chiffres afin de départager gouvernement et opposition dans l'opinion des sondés. A la question: "Avez-vous plutôt confiance en..." les résultats sont pratiquement égaux: 39% en faveur du gouvernement, 41% pour l'opposition.

C'est l'occurence "pleine confiance" qui fait la différence et permet de voir que les sondés ont davantage foi dans le gouvernement qu'en l'opposition.

11% d'entre eux accordent leur "pleine confiance" à la coalition contre 7% à l'opposition, 6% aux syndicats, 3% au patronat et 3% aux partis politiques. En tout, 45% des sondés font confiance aux partis politiques.

Le CSV en tête

La confiance que les électeurs accordent aux partis politiques ne connaît pas de changement par rapport au dernier sondage datant de mai 2017.

Le DP gagne un point de pourcentage (45%), le LSAP perd un point (47%) tandis que les Verts perdent deux points à 50%.

Du côté des partis d'opposition, le CSV fait un bond de 6 points et passe de 56 à 62%.

Le parti des chrétiens-sociaux a été le grand gagnant des élections communales et les chiffres de ce dernier sondage montrent que l'opinion publique est favorable à ce parti.

C'est l'ADR qui est le grand perdant de ce dernier sondage avec 10 points de moins par rapport à janvier.

Le gouvernement contrôle la situation 

Depuis trois ans, les sondés considèrent que le gouvernement contrôle la situation du pays. En novembre 2014, ils étaient seulement 35% à le penser et aujourd'hui, 66% des sondés le disent: le gouvernement a la situation économique du pays bien en main.

Près de neuf Luxembourgeois sur dix (88%) pensent que le Grand-Duché a une situation financière et économique florissante. Un progrès pour les partis de coalition puisqu'au début de leur mandat, seul un électeur sur deux était de cet avis.

  • Méthodologie

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 1.020 personnes résidentes de nationalité luxembourgeoise à partir de 18 ans. Échantillon représentatif de la population électorale du Luxembourg (en se référant aux données du STATEC) sur base des variables suivantes: tranche d’âge, sexe, région d’habitation, activité professionnelle et niveau d’éducation.

Les interviews ont été réalisées par téléphone (49.6%) et en ligne (50.4%) via MyPanel de TNS Ilres entre le 9 novembre et le 21 novembre 2017.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.